Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Après l'énorme échec commercial de son précédent film "Les aventures de Jack Burton" John Carpenter revient au film d'horreur à petit budget.
Cette fois Il s'intéresse au satanisme avec cette histoire d'un prêtre qui fait appel à un professeur et plusieurs de ses étudiants pour étudier un mystérieux cylindre de verre conservé dans une église désaffectée.Le résultat de ces analyses laisse penser que le liquide vert prisonnier de ce cylindre n'est autre que le fils de Satan...
John Carpenter comme souvent signa le scénario sous un faux nom n'aimant pas voir apparaitre plusieurs fois son nom au générique!Il choisit le nom de Martin Quatermass en hommage à "The Quatermass Experiment" réalisée par Val Guest auquel il rend hommage.
Pour sa troisième collaboration avec Donald Pleasance,il lui fait une surprise de taille:son personnage s'appelle Loomis comme dans "Halloween" mais cette fois au lieu d'être un psychiatre il joue un prêtre.Ce n'est sans doute pas un hasard puisque ces 2 films parlent du mal:dans "Halloween" Le jeune Michel Myers incarnait le mal en personne et dans ce film c'est le mal au sens satanique du terme.Mais dans les 2 Donald Pleasance joue un homme tourmenté et se révèle une fois de plus remarquable.
Comme dans "Halloween" Carpenter signe une musique angoissante qui créée le malaise.
Il installe progressivement un suspens en nous présentant les personnages dont se détachent les personnages Brian Marsh et Catherine Danforth qui vont tomber amoureux l'un de l'autre.
Mais ce film fait aussi partie de sa trilogie sur l'apocalypse après "The thing" et avant "L'antre de la folie" qui font d'ailleurs partie selon moi des grandes réussites de Carpenter.
Le film se passe quasi entièrement en huis clos ce qui donne une impression de claustrophobie qui renforce le suspens ce que Carpenter avait déjà fait avec "The thing" mais aussi "Assaut".
Avec ce film Carpenter signe un film d'horreur magistral d'un pessimisme rare.Et Carpenter prouve une fois encore que l'on peut faire de grands films avec des petits budgets quand on a beaucoup de talent!

Créée

le 10 août 2017

Critique lue 655 fois

16 j'aime

15 commentaires

cinemusic

Écrit par

Critique lue 655 fois

16
15

D'autres avis sur Prince des ténèbres

Prince des ténèbres
Buddy_Noone
9

Par-delà le miroir

A Los Angeles, le père Loomis (Donald Pleasance) réunit une équipe de scientifiques dans une église à l'abandon pour leur révéler un secret millénaire. Dans la crypte, se trouve un container dans...

le 24 nov. 2014

50 j'aime

10

Prince des ténèbres
SanFelice
10

Celui qui dort depuis si longtemps va se réveiller

“Des amis de Job voulant récompenser les bons et punir les méchants, aux chercheurs des années 30 prouvant avec horreur que tout ne peut être prouvé, l’homme a cherché à ordonner l’univers...

le 27 sept. 2020

48 j'aime

5

Prince des ténèbres
Deleuze
7

Retour vers le futur

Prince des ténèbres est un film d’horreur, qu’on se le dise, l’objectif du réalisateur est d’inspirer la crainte, la peur ou même la terreur. Ici, Carpenter réussit grâce à une réalisation efficace...

le 8 juil. 2013

41 j'aime

Du même critique

Blade Runner 2049
cinemusic
9

Comment réussir l'impossible....!

Tout le monde le sait:"Blade Runner" de Ridley Scott est considéré comme l'un des plus grands films de SF de l'histoire du cinéma avec cette fin qui fait tant parler! Cela faisait des années que l'on...

le 5 oct. 2017

47 j'aime

7

Zootopie
cinemusic
10

Un grand Disney!

Excellente surprise que "Zootopie"! Construit comme une comédie policière type "48 heures" avec l'alliance entre un flic et un voleur,ce film file à toute allure avec des vannes et des gags jouant...

le 23 févr. 2016

43 j'aime

4

Once Upon a Time... in Hollywood
cinemusic
10

Il était une fois Tarantino...!

Ricky Dalton (Leonardo Di Caprio) est un acteur de série qui a une proposition pour tourner un western spaghetti. Pour lui c'est le signe qu'il devient has been. Il se confie auprès de Cliff Booth...

le 14 août 2019

40 j'aime

23