Cultissime du début à la fin, le style de QT explose et on en prend plein la tête

Exceptionnel. Pulp Fiction ne peut être classé dans aucune catégorie, il dépasse tout ce qui a été fait auparavant et crée quelque chose que personne ne pourra reproduire à part Tarantino lui-même. Son style explose littéralement, et les "débris" qui retomberont seront cultes à tout jamais.


Le scénario est très particulier, décousu et raccommodé avec pertinence afin de nous présenter le film sous un nouveau jour. On est transportés dans le passé, le futur et on revient au présent, on comprend des éléments qui paraissaient incongrus avant qu'ils ne soient expliqués. Le film n'apparaît dans toute sa splendeur que lors du générique de fin, il arbore son esprit fin et génial avec fierté et nous regarde de haut avec un rictus cruel : il nous a eus.


Les personnages sont excellents : leurs caractères sont forts, variés, uniques et ils interagissent de manière intelligente et intéressante. Des fils se tissent entre eux, leurs rencontres sont importantes et chacun est relié à l'histoire extraordinaire de l'autre. Tous les acteurs sont excellents : Uma Thurman dans le rôle de l'envoûtante Mia Wallace, John Travolta en Vincent Vega, Sam L. Jackson interprétant l'épatant Jules Winnfield, Bruce Willis en Butch (son personnage nous livre une petite morale bien placée), Harvey Keitel, Ving Rhames (interprète de Marcellus Wallace, un méchant humain finalement), Tim Roth et j'en passe. Il n'y a pas de méchant ni de gentil, ce qui augmente encore le génie du film.


Le style de Tarantino est très présent (quel euphémisme), si on aime pas le cinéaste dur d'adorer le film, mais pour moi aucun problème étant donné que je considère un peu Quentin comme le dieu du cinéma. On détecte quelque chose de différent dans ses films, jusque dans l'image, et on aura beau chercher, on ne trouvera ça nul part ailleurs. La façon de filmer sublime le tout et donne à l'œuvre ce côté particulier et unique qu'on apprécie volontiers. Les textes sont réfléchis même si quelques fois ils paraissent inutiles, ils caractérisent le film et sont quoi qu'on dise bien choisis, tant par les thèmes abordés (massage des pieds : un crime impardonnable ?) que par la façon dont ils sont formulés.


Culte de bout en bout, Pulp Fiction est à voir absolument. Il mérite son accueil (accueil néanmoins mitigé à l'époque) et fait preuve d'un génie peu commun. Excellent Tarantino, même si ce n'est pas mon préféré du cinéaste, je fus forcée de l'apprécier ! Délicieux !

Mia_Landa
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films de Quentin Tarantino et Car le jour où les blurays disparaitront, ce sera la fin d'une belle époque

Créée

le 2 avr. 2017

Critique lue 808 fois

15 j'aime

6 commentaires

Mia_Landa

Écrit par

Critique lue 808 fois

15
6

D'autres avis sur Pulp Fiction

Pulp Fiction
Sergent_Pepper
9

Dédale & hilares

Il est presque impossible de savoir par quel angle attaquer Pulp Fiction, continent culte dont les multiples visions n’épuisent pas la saveur. Commençons peut-être par ce qui fait sa filiation la...

le 13 mars 2016

178 j'aime

22

Pulp Fiction
Behind_the_Mask
4

Je t'aime, moi non plus

Pulp Fiction et moi, c'est une histoire très compliquée. Il aura fallu que je m'y reprenne à trois fois pour en voir le bout. La première fois, j'avais quinze ans. J'avais fait l'impasse au cinéma et...

le 10 mai 2015

154 j'aime

39

Du même critique

Touche pas à mon poste
Mia_Landa
1

Et voici... la lie de la télé française

"Touche pas à mon poste ! (TPMP) est une émission de télévision française diffusée en direct sur C8 (avant t D8), produite par H2O Productions et consacrée à l'actualité de la télévision et des...

le 26 mai 2017

67 j'aime

40

Star Wars - Les Derniers Jedi
Mia_Landa
9

Renaissance d'un mythe

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… ...un Réveil de la Force qui avait divisé. On lui reprochait un manque d’originalité, de nouveauté et d’audace. En vérité, il...

le 14 déc. 2017

60 j'aime

28

Dunkerque
Mia_Landa
8

Une semaine, un jour, une heure.

Une salle entière, qui ne se doute pas de ce qu’elle s’apprête à voir. Le logo Warner s’affiche, il a quelque chose de différent : le W doré a pris une teinte bleutée, et on comprend dorénavant que...

le 25 juil. 2017

50 j'aime

22