Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Ratatouille
7.3
Ratatouille

Long-métrage d'animation de Brad Bird et Jan Pinkava (2007)

Le contexte de production de Ratatouille n'est pas aussi riche que celui des autres Disney-Pixar, le projet étant d'avance entre d'excellentes mains et partant sur de très bonnes bases.
Brad Bird, fort du succès de son premier film chez Pixar Animation Studios avec Les Indestructibles, se retrouve une nouvelle fois à la tête d'un long-métrage d'animation pour la boîte à la lampe de bureau.
Le film sera sans aucune surprise un carton général et n'aura aucun mal à trouver son public en France.
Ratatouille est souvent cité depuis comme un de ces films d'animation parfaits dans lesquels trouver un défaut serait agir comme le roi du chipotage.


Et selon moi, ce qui fait que le film marche aussi bien vient de sa touche proche des courts-métrages Pixar. Une touche qu'on retrouvera dans les deux Pixar qui suivront: WALL-E et Là-Haut.
Je veux dire par là que Ratatouille est un film très visuel qui parle bien plus à travers ses images qu'à travers ses dialogues. Et pas uniquement pour les moments de contemplation mais également lors des scènes comiques.


Les instants où le spectateur observe la ville de Paris du point de vue du rat Rémy sont ainsi de toute beauté, de même pour les nombreuses scènes où le petit animal se faufile à travers les moindres recoins de la cuisine du restaurant Gusteau. Très dynamiques et superbement réalisées, on a vraiment l'impression d'être de la taille d'un rat dans un environnement aussi actif et gigantesque. Brad Bird arrive à immerger le spectateur avec une aisance incroyable.
Les moments drôles, quant à eux, profitent de la loufoquerie propre à Pixar. La scène la plus mémorable étant celle où Rémy apprend à contrôler Luiguini avec ses cheveux. Inattendue et sans aucun sens, on arrive pourtant à prendre ce "fonctionnement" au sérieux tout en rigolant de bon coeur.


Le réalisateur des Indestructibles n'oublie jamais d'être créatif et va jusqu'à présenter des séquences dignes des cartoons Pixar comme lorsque les goûts de Rémy face aux différents aliments qu'il déguste sont représentés par des couleurs et des courbes. C'est toutes ces petites idées, n'oubliant jamais d'exploiter l'animation à son maximum, qui démarquent la direction de Brad Bird à celle des autres réalisateurs engagés chez Pixar.


Cela n'était pas chose aisée, l'intrigue paraissant sur le papier bien plus simple que les dernières productions du studio.
C'est donc à la narration de donner le sentiment au public de découvrir quelque chose de nouveau. Une astuce intelligente est donc employée, Rémy conversant à plusieurs reprises avec une vision de son idole, Gusteau, qu'il prend pour un fantôme. Le récit devient alors extrêmement agréable à suivre en passant par plusieurs péripéties tantôt hilarantes tantôt très touchantes.
La galerie de personnages n'est pas aussi mémorable que dans d'autres Pixar mais reste très convaincante. Après tout, le film reste centré là où il doit le rester: sur Rémy.


C'est grâce à ce rat que Brad Bird montre tout son talent de metteur en scène. La préparation des plats fait partie des meilleures parties du film. Chaque étape de la mise en oeuvre des repas en cuisine fait saliver le spectateur comme jamais. Il y a une telle passion et un tel amour communicatif qu'on ne peut que passer un super moment.


Pendant presque 2 heures, Brad Bird émerveille son auditoire et encense la gastronomie française en veillant toujours à traiter la culture bien de chez nous avec respect, ne cédant jamais aux clichés. Avouons-le, nous avons tous eu envie de donner une seconde chance à la ratatouille après avoir assisté à cette aventure divertissante à souhait.
Paris n'a jamais semblé être aussi belle et Pixar, jamais aussi bon.

Walter-Mouse
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films d'animation Pixar, Les meilleurs films d'animation (3D), Les films Disney-Pixar, Ma collection DVD/Blu-Ray et Walt Disney Studios en 2007

Créée

le 3 mai 2016

Critique lue 1.7K fois

44 j'aime

12 commentaires

Walter-Mouse

Écrit par

Critique lue 1.7K fois

44
12

D'autres avis sur Ratatouille

Ratatouille
Grard-Rocher
9

Critique de Ratatouille par Gérard Rocher La Fête de l'Art

Qui peut détester le plus les rats que les restaurateurs! Et pourtant l'une des plus grandes tables de Paris n'a pas fini de les subir pour le meilleur et pour le pire. En effet Rémy, un jeune rat,...

63 j'aime

7

Ratatouille
zombiraptor
8

Puppet Master Chef

Ceci doit être un message de plus pour expliquer que l'heure du mea culpa est arrivée. Je l'ai souvent dit et je vais me faire un plaisir de réévoquer l'idée ici : Je n'aime pas vraiment les...

le 26 déc. 2013

55 j'aime

15

Ratatouille
Gand-Alf
8

Jazzy Kitchen.

Le challenge était double pour les studios Pixar. Techniquement, les animateurs devaient animer une centaine de rats tous poils au vent. Ensuite, le public devait s'attacher immédiatement pour son...

le 6 févr. 2015

45 j'aime

Du même critique

Star Wars - Les Derniers Jedi
Walter-Mouse
7

Girouette

Conséquence inévitable de la fermeture brusque de l'Épisode VII, Les Derniers Jedi s'ouvre sur un texte défilant dont le contenu est à peu de choses près exactement le même que celui du Réveil de la...

le 14 déc. 2017

197 j'aime

50

Solo - A Star Wars Story
Walter-Mouse
5

Qui a éteint la lumière?

Légère entorse à la règle. Kathleen Kennedy rompt temporairement sa promesse de ne lancer des films indépendants dérivés de l'univers Star Wars qu'à partir de sujets originaux pour consacrer son...

le 23 mai 2018

128 j'aime

28

Coco
Walter-Mouse
9

Ce n'est qu'un au revoir

Coco pourrait très bien marquer un tournant dans l'histoire de Pixar. Jusqu'à présent, le studio de Luxo Jr. s'était toujours spécialisé dans les œuvres contemporaines au regard porté sur l'avenir et...

le 26 nov. 2017

111 j'aime

6