👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Voilà. C'est tout pour moi c'était Evy. Oh, ça va, vous êtes passés très près de "Ne jamais prendre le Del Toro par les cornes", donc estimez vous heureux, ce sera déjà pas mal.

Denis Villeneuve offre aux spectateurs un film ultra-classique -calme toi, c'est à peine le début de la critique et je te sens bouillonner, où les plus amoureux ne manqueront pas de faire référence à Prisoners, Enemy (toi aussi cite un film que tu n'as pas vu, tu verras c'est marrant), pour rappeler le génie de la tension qu'il est et sa signature bien particulière qu'il entretient film après film, cette mort dans l'âme tant dans la posture que dans les tréfonds de ses personnages. La réalité, c'est que Villeneuve est déjà très loin de Polytechnique, ovni absolu s'il en est, et qu'il ne prend aucun risque. Tout semble rouler sur son film. De là à dire qu'il est plat, Kate Moss sera en désaccord...

Les scènes dites "choc" retombent comme des soufflés, parce qu'elles sont d'une part attendues et d'autres part, tellement vues et revues, et pas seulement dans son propre cinéma. Au-delà de quelques plans très beaux, la photographie est beaucoup moins impressionnante que dans ses autres films, et le fait qu'elle me paraisse déshumanisée me repousse allègrement. Faire traîner certaines scènes en longueur (le bonhomme est amateur du genre) crée son petit effet mais ne vaut pas grand chose car : ce n'est pas en plan-séquence, c'est un regret, et ça arrive beaucoup trop souvent pour que l'admiration prenne le pas sur la lassitude.

On se retrouve donc avec un film dit classique (je l'ai déjà dit mais synonymes.com ne me propose que ça le lâche), avec un personnage principal complètement bouffé par l'ampleur du film. La faute au manque d'envergure et de charisme du personnage en question, engoncé dans une épaisse fourrure de déterminisme, et de Emily Blunt, qui contrairement à une Chastain dans Zero Dark Thirty, livre une copie fade et ne permet jamais à ce qu'on s'identifie à elle. A l'image du film, il est désengagé, distant, paralysé par les enjeux trop ambitieux (ou au contraire, trop pudiques). Josh Brolin est pas mal, amusant, même si sa présence est un peu gadget. La vraie sensation du film est, et j'ai bien envie de dire comme d'habitude, l'immense Benicio Del Toro. Ce serait un procès dégueulasse de parler de facilité en disant qu'il "joue toujours le même genre de rôles avec la même tête". Facile, avec sa carrure et sa gueule de cinéma ? Sûrement pas ! Un monstre d'acteur, qui n'a pas besoin de mots pour étayer le background de ses personnages.

Qui peut en dire autant ? Kad Merad, sûrement. Et encore.

Sicario
Vivienn
8
Sicario

Apocalypse Ñow

Ce qui fait de Denis Villeneuve, depuis maintenant quelques années, une véritable valeur sure du cinéma nord-américain, c’est qu’il est tout sauf un pur produit hollywoodien. Prisoners n’était pas...

Lire la critique

il y a 6 ans

150 j'aime

5

Sicario
Halifax
7
Sicario

Les dieux de la vengeance exercent en silence, traquant l'immoral au prix de la loi

Sicario c'est surement l'histoire d'une grosse attente et aussi d'un sentiment partagé lorsque l'écran s'est éteint. Partagé, très partagé même sur le coup. Sicario était plein de promesses, doté...

Lire la critique

il y a 6 ans

68 j'aime

7

Sicario
EvyNadler
5
Sicario

Tchéky Sikaryo

Voilà. C'est tout pour moi c'était Evy. Oh, ça va, vous êtes passés très près de "Ne jamais prendre le Del Toro par les cornes", donc estimez vous heureux, ce sera déjà pas mal. Denis Villeneuve...

Lire la critique

il y a 6 ans

58 j'aime

10

Her
EvyNadler
8
Her

Mauvaise foi

Bon déjà je tiens à préciser que je voulais mettre 5 dès le début. Avant même la première minute. Enfin dès le début quoi du coup. Oui je sais, c'est pas digne d'un critique, c'est pas digne d'un...

Lire la critique

il y a 8 ans

227 j'aime

21

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
EvyNadler
10

Un petit bijou de vie plein de poésie...

Jim Carrey prouve une fois de plus qu'il n'est pas qu'un trublion. C'est surtout un immense acteur avec une palette d'émotions immense. Kate Winslet, elle, livre ici une de ses plus belles partitions...

Lire la critique

il y a 8 ans

164 j'aime

12

Juste la fin du monde
EvyNadler
8

FAQ Xavier Dolan - Comprendre et apprécier Juste la fin du monde

Parce que je n'arrive pas spécialement à remettre toutes mes idées en place, parce que je n'arrive parfois pas à séparer le négatif du positif dans ce film, et surtout parce que je n'ai aucune idée...

Lire la critique

il y a 6 ans

131 j'aime

12