Voir le film

Il y a quelque chose de particulier quand les cinéastes réfléchissent à leur art et évoquent leur passé. Comme une réminiscence, un souvenir ouateux. The Fabelmans est un portrait à peine déguisé de l'enfance et l'adolescence du réalisateur. De la découverte du cinéma à ses premiers pas derrière la caméra, du New Jersey jusqu'à Hollywood en passant par l'Arizona, Steven Spielberg livre une véritable déclaration d'amour au Septième art. Un prisme que Steven alias Sammy découvre très jeune en assistant à la projection de The greatest show on earth de Cecil B. DeMille. À la fois terrifié et émerveillé par ce qu'il vient de voir, Sammy comprend que la fiction peut lui permettre d'échapper au réel. Échapper au réel, celui d'une famille quelque peu dysfonctionnelle, échapper au moqueries et aux remarques antisémites. Le cinéma devient alors un refuge et une nécessité. Spielberg aurait pu regarder son passé avec nostalgie, avec amertume mais il choisi de le regarder avec les yeux d'un gamin encore rêveur, c'est ce qui fait la beauté et la singularité de The Fabelmans, un grand film anthume. Dans le Dernier Nabab, Elia Kazan avait choisi de clôturer son film par les portes d'un studio qui se referme comme pour signifier la fin d'un monde et d'une carrière, Spielberg fait lui le contraire. Les portes d'un studio s'ouvre en grand, Sammy s'élance ainsi vers sa destinée avec un seul leitmotiv: filmer pour exister.

Slapkanovitch
9
Écrit par

Créée

le 9 déc. 2022

Critique lue 560 fois

8 j'aime

2 commentaires

Slapkanovitch

Écrit par

Critique lue 560 fois

8
2

D'autres avis sur The Fabelmans

The Fabelmans
Sergent_Pepper
8

The Dig Picture

Parce qu’il est considéré en Europe comme un auteur, et que son génie visuel a frappé dès ses premiers films, la critique a rapidement cherché dans le cinéma de Steven Spielberg, spectaculaire et...

le 22 févr. 2023

103 j'aime

8

The Fabelmans
Moizi
3

Un bide mérité !

Je sais que tout le monde se touche la nouille sur ce truc, mais moi je peux pas... C'est quoi cette merde ? De toute la tétrachiée de films nostalgique sur l'enfance de "grands" réalisateurs qu'on a...

le 16 déc. 2022

95 j'aime

29

The Fabelmans
Behind_the_Mask
9

Il était une fois l'envie

C'est tendance de conchier Spielberg. Cela fait genre cinéphile. Parce que le gars est déclaré pachydermique dès lors qu'il verse dans le drame. Ou encore qu'il est au mieux manichéen, au pire...

le 23 févr. 2023

82 j'aime

14

Du même critique

L'Île rouge
Slapkanovitch
8

Tropicale maladie

Six ans après 120 battements par minute, l'un des plus beaux films de la dernière décennie, Robin Campillo réalise son quatrième long-métrage, situé au début des années 70 sur une base militaire...

le 12 mai 2023

11 j'aime

2

Revoir Paris
Slapkanovitch
8

Rapprocher les vivants

Après le magnifique Proxima, Alice Winocour filme le retour à la vie d'une femme ayant survécu à un attentat. Une histoire personnelle car son frère est un rescapé de l'attaque du Bataclan du 13...

le 26 juin 2022

11 j'aime

Les Herbes sèches
Slapkanovitch
9

Tourments sur les âmes

Après Le poirier sauvage, Nuri Bilge Ceylan touche à nouveau au sublime. Samet est professeur d'arts plastiques dans une bourgade de l'Anatolie orientale. Sa vie va basculer lorsque l'une de ses...

le 28 mai 2023

10 j'aime

3