👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Paul Thomas Anderson peaufine son art de film en film. Après la frénésie de ses débuts et de ses films chorales tous impregnés d'une insouciance formelle manifeste, le cinéaste américain semble désormais vouloir s'exprimer plus sérieusement. Ce virage, amorcé timidement avec "Punch Drunk Love", poursuivi brillament par "There Will Be Blood", se confirme indéniablement à la vision de "The Master".

Il est difficile cependant de vous décrire l'objet filmique que je viens de voir tant il navigue en eaux inconnues, empruntant ici et là quelques ruisseaux sinueux. Montage, musique, rythme et découpage sont à des lieux des standards habituels... Et que dire de la performance des acteurs...
Pourtant, on a l'impression de voir venir ; un vétéran de la seconde guerre mondiale alcoolique et limite psychotique, Freddie Quell (interprété par un Joaquin Phoenix habité dont le mal être est tel qu'il en devient palpable), croise sur son chemin le leader charismatique d'un mouvement appelé "La Cause", Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman très convaincant en gourou intimidant et indéchiffrable).
Leader qui ne va pas tarder à prendre cet être en perdition comme cobaye afin de prouver, à lui-même ou aux autres (?), que son "pouvoir" est réel et qu'un être aussi delabré que Freddie peut s'en sortir grâce à sa doctrine.
Débute alors leur "affrontement" rythmé par plusieurs "séances" d'hypnose scientologique dont la première restera un sommet de cinéma. Je dis "affrontement" car le film évite soigneusement de hierarchiser ses personnages. Jessie Quell est-il un être "guérissable"... est-il malade d'ailleurs... Peut être ne l'est-il pas plus que ce "Master" qui prétend que la terre est vieille d'un trilliard d'années et qui cache ses manuscrits au fin fond des montagnes... Et ce "Master", croit-il vraiment en ce qu'il prêche ou invente-t-il tout au fur et à mesure...? Finalement, ne serait-ce pas Jessie qui aide Lancaster ?
Durant 2h17, on s'attarde à essayer de deviner qui dit vrai, qui est sincère, qui à l'emprise sur qui pour finir par se poser la question ultime...
Qui est "The Master"...?
Y'en a-t-il un...?

Le film parle avec puissance du syndrôme post guerre, de la sexualité, de l'alcoolisme, de l'influence, de l'amitié, de l'endoctrinement, de l'échec sous toute ses formes, de l'Amérique et de sa perpétuelle quête de perfection familiale, économique, physique.
La réalisation sert à merveille l'intention. D'une musique tantôt en décalage, tantôt en symbiose avec le récit en passant par un montage audacieux parsemé d'ellipses pleines de sens, sans oublier un sens du cadrage confondant de justesse, le cinéaste continue sa dissection de l'Amérique. L'opération est douloureuse mais ô combien salvatrice.

On a souvent reproché à P.T.A de ne pas parvenir à s'affranchir de ses réfèrences. "Boogie Nights" c'était Scorsese, "Magnolia" c'était Altman, "Punch Drunk Love" c'était Tati, "There Will Be Blood" c'était Kubrick...
Et bien "The Master" c'est Anderson. Il n'appelle aucune réfèrence. Le cinéaste vogue désormais en solitaire, avec force et originalité...
Anyo
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Visuellement étourdissant, Un film, un plan., 2013, Top 10 2012 Sight and Sound et Mes Paul Thomas Anderson

il y a 9 ans

85 j'aime

6 commentaires

The Master
Bex
6
The Master

Critique de The Master par Bex

Si j'écris cette critique, c'est bien plus pour tenter de clarifier mon sentiment vis-à-vis du film que pour réellement lui accorder sa vraie valeur. En effet The Master est le genre de film très...

Lire la critique

il y a 9 ans

91 j'aime

9

The Master
Anyo
9
The Master

Confrontation Mutuelle

Paul Thomas Anderson peaufine son art de film en film. Après la frénésie de ses débuts et de ses films chorales tous impregnés d'une insouciance formelle manifeste, le cinéaste américain semble...

Lire la critique

il y a 9 ans

85 j'aime

6

The Master
guyness
6
The Master

La voie de son maître

Impossible de parler de ce film sans en dissocier absolument la forme souvent somptueuse, du fond pour le moins déroutant, pour ne pas dire abscons. The Master, haute définition La (grande) forme...

Lire la critique

il y a 9 ans

45 j'aime

9

Game of Thrones
Anyo
8

(R)évolution télévisuelle

HBO a régné sur le petit écran pendant une bonne dizaine d'années avec des séries comme "Oz", "Les Sopranos", "Six Feet Under", "The Wire", "Deadwood" et j'en passe. Avec l'arrêt des "Sopranos" et...

Lire la critique

il y a 10 ans

141 j'aime

24

Only God Forgives
Anyo
8

Le langage du silence

Le cinéma est un art Visuel et Auditif. Notre cher réalisateur Danois acquiesce et nous livre une oeuvre à la facture audio-visuelle irréprochable. "Only God Forgives" rejoint "Samsara" et "The...

Lire la critique

il y a 9 ans

136 j'aime

11

Un prophète
Anyo
9
Un prophète

Merci Monsieur Audiard

Le cinéma français d'aujourd'hui c'est quoi ? C'est son film le plus cher : "Astérix aux jeux olympiques", c'est Michael Youn qui réalise, c'est la dernière miss météo qui joue les premiers rôles,...

Lire la critique

il y a 11 ans

90 j'aime

4