Un chien andalou
7.3
Un chien andalou

Court-métrage de Luis Buñuel (1929)

Luis Bunuel a beau être né en Espagne, une bonne partie de sa filmographie est française et son premier court-métrage en est bien la preuve. Assistant-réalisateur sur deux films de Jean Epstein (Mauprat et La chute de la maison Usher en 1926 et 1928), le futur réalisateur de Belle de jour se lance avec Salvador Dali dans un court lié à leurs rêves. Le premier avait rêvé d'un nuage coupant la lune, puis d'un œil fendu par une lame de rasoir. Le second avait imaginé des fourmis sortant d'une main. Ni une, ni deux, le duo avait trouvé deux des plans les plus iconiques du film, mais aussi de leur époque.


Si ce genre de plans sont courants de nos jours, notamment depuis l'explosion du gore depuis les 50's, en revanche tout cela était nouveau en 1929 et force est de constater que cela fonctionne toujours aujourd'hui. Que ce soit les effets-spéciaux qui tiennent bien la route ou l'impact graphique des plans. Il en est de même pour le dernier plan du film, sinistre au possible, ou ce personnage dégommé par une voiture devant un Pierre Batcheff tout sourire. On peut en dire autant de tout ce passage où Simone Mareuil est pourchassée par Batcheff, renvoyant directement au thriller avec la victime et l'amant revanchard / tueur.


Mais contre-toute-attente, Un chien andalou n'est pas un film narratif. Il est ponctué de scénettes qui semblent faire sens seules, mais pas forcément pour former un tout cohérent. Mais est-ce un problème ? Non car Un chien andalou fascine durant plus de vingt minutes. L'influence de Dali explose d'ailleurs à coups de pianos remplis à ras bord d'allusions à son travail (les ânes morts, la religion, la bourgeoisie).


Un pur cadavre exquis où le duo s'alimentait d'idées diverses pour créer leur scénario sur six jours, avant un tournage au Havre et aux studios de Billancourt. Qu'importe la signification des différents éléments ou de comprendre ce qu'il se passe à l'écran. Il n'est parfois pas nécessaire d'avoir tous les éléments en main pour se laisser prendre au jeu. Comme quelques images iconiques permettent à un film de devenir important dans la période où il a été créé. Un chien andalou a été aimé en son temps et continue de traverser les époques avec saveur.

Borat8
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Mad France (1896-1979) et Journal de bord 2021

Créée

le 1 oct. 2021

Critique lue 98 fois

Borat 8

Écrit par

Critique lue 98 fois

D'autres avis sur Un chien andalou

Un chien andalou
Ligeia
9

Avant garde

La scène d'ouverture avec le gros plan nous montrant la mutilation de l'oeil est une des scènes les mieux sensées que j'ai pu voir dans le cinéma avec le contexte de la période en art. Nous sommes en...

le 11 mars 2011

33 j'aime

1

Un chien andalou
Sergent_Pepper
7

More to the picture than splits the eye

Il est certains films qu’on est ravi d’avoir vus, sans pour autant avoir envie de leur mettre une note. Parce que les raisons du plaisir n’ont pas grand-chose à voir avec un avis ou un jugement...

le 25 janv. 2021

29 j'aime

Un chien andalou
Estrobir
10

Critique de Un chien andalou par Estrobir

- Salut mec, ça va ? - Ouais ouais. [...] Ecoute, j'ai fait un rêve bizarre la nuit dernière, j'ai rêvé d'une lame de rasoir fendant un oeuil. - Intéressant. Bah moi j'ai rêvé d'une main pleine de...

le 1 juin 2011

27 j'aime

2

Du même critique

Les Aventuriers
Borat8
9

L'aventure c'est l'aventure

Fort Boyard est diffusé en France depuis 1990 et a connu plus d'une version étrangère. La particularité du jeu est que le fort est un décor unique pour chaque version, monument historique situé dans...

le 12 avr. 2020

4 j'aime

Kaena : La Prophétie
Borat8
7

Entre deux mondes

En 2003, ce film d'animation français avait fait grand bruit avant sa sortie et pour cause, il était visiblement le premier long-métrage réalisé en CGI en France. Le souci est que le soufflet est...

le 19 févr. 2020

4 j'aime

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
Borat8
9

Everybody's gotta learn sometime

Après une première collaboration bien loufoque (Human Nature, 2001), Michel Gondry et le scénariste Charlie Kaufman se lançaient dans cette histoire de voyage mental un peu dans le sillon de Dans la...

le 21 déc. 2019

4 j'aime

6