2019 : Mes Chroniques Filmographiques

Avatar darevenin Liste de

117 films

par darevenin

Les films que j'ai vu (DVD, Blu-Ray, YouTube, Dailymotion, cinéma) en 2019 par ordre chronologique. Liste faite pour faire travailler ma mémoire et sélectionner les films à revoir un jour.

Je me suis inspiré de cette liste de The Lizard King : https://www.senscritique.com/liste/Voyage_Dans_Ma_Memoire_2019/2304182#page-1/
Je rajoute aussi le terme "Spooktober", représentant le mois d'Octobre et Halloween consacrés aux visionnages et revisionnages de films d'horreur, de fantastique et assimilés particulièrement (un par jour, du moins j'essaie).

J'en profite aussi pour y faire des ébauches de critiques quand j'ai pas assez d'idées ou pas de quoi développer suffisamment, voyez les comme des micro-critiques à chaud.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    La Compagnie des loups (1984)

    The Company of Wolves

    1 h 35 min. Sortie : . Drame, fantastique et Épouvante-horreur.

    Film de Neil Jordan avec Sarah Patterson, Georgia Slowe, Stephen Rea

    2e visionnage le 01/01/2019 en Blu-Ray (offert à Noël).

    Toujours aussi bien, beau et mystérieux. Et me faisant revoir certaines interprétations que j'avais sur le film (je suis maintenant persuadé que le chasseur loup-garou est le fils de la sorcière et du comte).
  • Bande-annonce

    La Famille Addams (1991)

    The Addams Family

    1 h 39 min. Sortie : . Fantastique et comédie.

    Film de Barry Sonnenfeld avec Raúl Juliá, Christopher Lloyd, Christina Ricci

    Enfin vu en intégralité le 12 janvier (je crois), et Christopher Lloyd et Raul Julia sont super en Fétide et Gomez !
  • Bande-annonce

    Phantasm 3 : Le Seigneur de la mort (1994)

    Phantasm III: Lord of the Dead

    1 h 31 min. Sortie : 1994. Action, science-fiction, fantastique, fantasy et Épouvante-horreur.

    Film de Don Coscarelli avec Reggie Bannister, A. Michael Baldwin, Bill Thornbury

    Vu le 25/01/19 et c'est un des meilleurs et des plus lovecraftiens de la série (voir ma liste https://www.senscritique.com/liste/C_est_pas_du_Lovecraft_mais_ca_y_ressemble/2175815)

    Beaucoup n'ont pas aimé la répétition des scénarios et lieux des 1 et 2, mais on appréciera aussi une section à la "Maman, j'ai raté l'avion" version hardcore !
  • Bande-annonce

    Phantasm 4 (1998)

    Phantasm 4 : Aux sources de la Terreur

    1 h 30 min. Sortie : 1998. Fantastique et Épouvante-horreur.

    Film de Don Coscarelli avec Roger Avary, A. Michael Baldwin, Reggie Bannister

    Vu le 26 ou 27 janvier.

    Assez ennuyeux et contemplatif vis-à-vis des épisodes 1 à 3.
    Cet épisode de la saga est marqué par beaucoup de flashbacks et retcons, et avec quelques longueurs inutiles.

    J'ai cependant aimé la symbolique et le côté dramatique et nostalgique. Et je vous rassure, comme dans les épisodes précédents, ça finit "mal".

    Le 5 est bien mieux, malgré quelques effets spéciaux cheapos, croyez-moi.
  • Bande-annonce

    La Ligue des Justiciers vs Teen Titans (2016)

    Justice League Vs. Teen Titans

    1 h 18 min. Sortie : . Animation, action, comédie, fantastique et science-fiction.

    Long-métrage d'animation de Sam Liu avec Rosario Dawson, Christopher Gorham, Shemar Moore

    Revu à la TV le 02 février au matin, et ça fait du bien de revoir la section où les Titans vont jusqu'en Enfer pour battre Trigon et sauver le monde. On y voit toute la tragédie de Raven résumée en peu de temps avec beaucoup de puissance. C'est un des meilleurs films d'animation DC pour moi et une bonne interprétation de la mythologie des Titans.

    L'animation est sublime et détaillée surtout quand elle verse dans le fantastique.
    SPOILER : j'ai aussi aimé quand Damian Wayne (Robin, fils de Batman) se bat contre une version démoniaque de son grand-père Ras al Ghul (sous-entendu qu'il doit son pouvoir à Trigon... sauf que Damian le décapite et sa tête se transforme en démon sbire de Trigon → donc... vrai ou faux Ras al Ghul ?)
  • Bande-annonce

    Phantasm V: Ravager (2016)

    1 h 27 min. Sortie : . Action et fantastique.

    Film de David Hartman avec Reggie Bannister, A. Michael Baldwin, Dawn Cody

    Vu en DVD le soir du 2 février. Et que ça fait du bien de voir le dernier Phantasm !
    Après un épisode 4 un peu en deçà des autres épisodes, Ravager arrive à remettre la saga au goût du jour.

    Alors, c'est vrai que y a des effets spéciaux, écritures et montages dignes de mauvais films avec mauvaises SFX des années 2000-2010, mais ça se corrige vers la fin.

    En plus, on appréciera la façon dont le film fait douter de la réalité subie et racontée par Reggie. J'ai été très heureux de revoir le trio Reggie + Jody + Mike après tant d'années (10 ans ou plus entre chaque épisodes, le temps les a marqués).

    Mais Ravager est conscient qu'il porte le poids symbolique de la saga, et que ses acteurs sont trop vieux (Angus Scrimm est mort en 2016 après tout). C'est pour ça qu'il a fait une fin semi-ouverte, que j'accepterais comme conclusion de la saga.

    Je m'attends à un Phantasm VI dans les années 2020, vu la fin post-générique, mais à imaginer que Ravager soit le dernier, il aurait bien fini la saga (mieux que ne l'aurait fait le 4).

    Excellent épisode qui fait de Phantasm une des meilleurs séries de films d'horreur. Merci Don Coscarelli, merci Angus Scrimm et merci Reggie Bannister.
  • Bande-annonce

    Police Story (1985)

    Ging chaat goo si

    1 h 40 min. Sortie : . Policier, arts martiaux, action et comédie.

    Film de Jackie Chan et Chen Chi-hwa avec Jackie Chan, Brigitte Lin Ching-hsia, Maggie Cheung

    Vu le 08 février, et j'ai bien fait. Après tous les Jackie Chan dont on m'a parlé, j'avais un sacré retard à rattraper.

    Globalement un film d'action/comédie où un policier karatéka est poussé à bout par des trafiquants de drogue mais aussi par sa hiérarchie. Il perd un peu les pédales à mi-chemin mais fait justice et se venge façon Bruce Lee, Jojo's Bizarre Adventure et Ken le Survivant.
  • Bande-annonce

    Pee-Wee Big Adventure (1985)

    Pee Wee's Big Adventure

    1 h 30 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Tim Burton avec Paul Reubens, Elizabeth Daily, Mark Holton

    Vu le 9 février. J'aime bien comment Tim Burton montre Pee-Wee déboussolé puis obsédé à l'idée de récupérer son fantastique vélo. L’expressionnisme véhicule très bien l'état d'esprit du personnage.

    À mon avis, le film a un peu inspiré Bob l'Éponge, puisqu'il met en scène un grand enfant créatif soumis à rude épreuve (la scène avec Large Marge, les cauchemars qu'il fait, etc.)

    Malgré une pub gratuite pour les Warner Bros Studios (studioception !), un bon point bonus pour la fin où l'histoire de Pee Wee est transposée sur grand écran avec des acteurs baraqués à la James Bond.
  • Bande-annonce

    Astérix : Le Domaine des Dieux (2014)

    1 h 25 min. Sortie : . Animation, aventure et comédie.

    Long-métrage d'animation de Louis Clichy et Alexandre Astier avec Roger Carel, Guillaume Briat, Lorànt Deutsch

    Revu le 10 février en DVD.

    Rien à dire, si ce n'est que c'est une bonne adaptation mais que la voix d'Obélix est pas terrible. Mais j'ai bien rigolé en le regardant à nouveau un soir de pluie (coïncidence : en même temps que quand Panoramix fait une potion d'averse sur le Domaine des Dieux).
  • Bande-annonce

    Creepshow 2 (1987)

    1 h 25 min. Sortie : . Sketches et Épouvante-horreur.

    Film de Michael Gornick avec Domenick John, Tom Savini, George Kennedy

    Vu le 20 février, pas la meilleure suite de tous les temps : rythme lent, effets spéciaux assez cheapos en comparaison du 1, une musique avec 10 ans de retard et une atmosphère banale rendant certains protagonistes idiots dans certaines situations (surtout les jeunes contre le blob mazouté).

    Seul point bonus : les transitions en animation, qui sont plus intéressantes et vivantes que la majorité du film. Un Creepshow en film d'animation a tout de suite l'air plus intéressant.
  • Bande-annonce

    Alita : Battle Angel (2019)

    2 h 02 min. Sortie : . Action et science-fiction.

    Film de Robert Rodriguez avec Rosa Salazar, Christoph Waltz, Jennifer Connelly

    Vu le 22 février. Si, au fond, ça ressemble à un remake de l'OAV (https://www.youtube.com/watch?v=_vRxKshQGjs), ça reste assez original malgré que ce soit PG13.

    Mais j'ai quand même aimé l'effort des Américains pour adapter Gunnm (même si ça adapte surtout les tomes 1 à 3). Faut espérer que y aura bien les suites adaptant au moins Gunnm 4 à 9, même s'ils ne font pas Last Order et Mars Chronicles après.
  • La Nuit des diables (1972)

    La notte dei diavoli

    1 h 31 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de Giorgio Ferroni avec Gianni Garko, Agostina Belli, Roberto Maldera

    Vu le 1er mars 2019. Film d'horreur qui s'installe progressivement et simplement. Avec une forte dose d'hémoglobine (et de "Nichons-Ville") à certains moments.

    Ça ressemble aussi un peu à Resident Evil 4 (le côté campagnes et forêts européennes reculées et inquiétantes, le tout avec des possédés).
  • Bande-annonce

    Ralph 2.0 (2019)

    Ralph Breaks The Internet

    1 h 53 min. Sortie : . Action, comédie, science-fiction et animation.

    Long-métrage d'animation de Rich Moore et Phil Johnston avec John C. Reilly, Sarah Silverman, Gal Gadot

    Vu le 2 mars, un bon film avec un regard entre innocence et clairvoyance sur l'Internet (malgré quelques allures de pubs pour l'univers étendu Disney, mais c'est un peu normal).

    La vision que Disney a de l'Internet est assez créatif et reste en continuité avec les mondes des jeux vidéos de Ralph puisqu'il parle des jeux en ligne.

    On aimera aussi les détails offerts par la 3D (comme les grains de beauté du "fournisseur de virus"... ou quoi que ce puisse être, ou du nombre de clones de Ralph composant le faux Ralph géant).

    Disney oblige, on a droit à une formidable définition de ce qu'est l'amitié → quand on aime ou qu'on est amis avec quelqu'un, il faut savoir lui faire confiance et le laisser partir réaliser ses rêves.

    C'est beau, juste beau :)

    En tout cas, ça fait un meilleur travail que "Le Monde secret des Emojis", qui croit que le monde des humains ne se résume qu'à l'utilisation sans fin d'émojis "sinon T tro nul XD XD XD".
  • Bande-annonce

    Pokémon, le film : Le pouvoir est en nous (2018)

    Gekijō-ban Poketto Monsutā Minna no Monogatari

    1 h 40 min. Sortie : . Animation, action, aventure et fantastique.

    Long-métrage d'animation de Tetsuo Yajima avec Rica Matsumoto, Ikue Ōtani, Megumi Hayashibara

    Visionnage commencé le 5 mars, fini le 6 mars.

    Film disponible gratuitement et légalement ici :
    https://www.pokemon.com/fr/episodes-pokemon/films-pokemon/pokemon-le-film-le-pouvoir-est-en-nous-2018?fbclid=IwAR0svoAw1-ECEMWHuc

    En tout cas, c'est meilleur que les deux premiers films Pokémon (les seuls que j'ai vu), qui étaient hypocrites dans leur morale. Ce film-là a certes des morales et des lieux communs, mais l'exécution et l'esthétisme sont simples mais suffisamment correctes.

    À mi-chemin entre un épisode de Pokémon Soleil & Lune, un film Pokémon et autre film d'animation japonaise classique, "Le Pouvoir est en nous" est pour l'instant le meilleur long-métrage Pokémon que j'ai vu.
  • Bande-annonce

    The Visit (2015)

    1 h 34 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de M. Night Shyamalan avec Kathryn Hahn, Olivia DeJonge, Ed Oxenbould

    Vu le 7 mars 2019.

    Night Shyamalan, après des années à faire n'importe quoi, arrive enfin à faire un long-métrage décent et pas prétentieux.

    "The Visit" arrive à faire peur avec un sujet pourtant "simple" ou "normal" tel que la démence sénile vue par les yeux de deux enfants.

    Même si le twist est simple, il est mille fois plus percutant que dans ses autres films (comme "Signes" ou "La Jeune Fille de l'Eau", encore plus ridicules en comparaison).

    J'ai aussi aimé les délires un peu ésotériques du vieux couple, à mi-chemin entre le délire et la croyance.

    Y a que les impros de rap du petit, s'ils font rire au début, qui finissent par être navrants vers la fin.

    En tout cas, ça se regarde facilement et y a rien à regretter. Pas même la partir found footage, puisque ça travaille mieux l'immersion que dans d'autres films du même genre.
  • Bande-annonce

    Ran (1985)

    2 h 42 min. Sortie : . Drame et historique.

    Film de Akira Kurosawa avec Tatsuya Nakadai, Jinpachi Nezu, Masayuki Yui

    Vu le soir du 8 mars en DVD.

    Et il s'agit d'une excellente production franco-japonaise adaptant secrètement "Le Roi Lear" de Shakespeare, mais en remplaçant le roi anglais par un seigneur nippon, et ses trois filles par trois fils plus guerriers.

    Mais les deux oeuvres sont similaires dans leur représentation de la folie, de la tristesse et de la désolation, transformant des royaumes lumineux en ruines aux Soleils vacillants.

    Quelle horreur que la guerre (et surtout la guerre civile et fratricide) chez Kurosawa, car même si l'action attire l’œil, il rend le drame que plus lourd.

    Costumes, musique, propos, symboliques, tout est parfait pour délivrer le message dans "Ran".

    Il est rare pour moi de voir des films asiatiques, mais je tombe souvent sur de bons métrages quand je m'y met. Avec "Kwaidan", c'est un des meilleurs films japonais que j'ai vu.
  • Bande-annonce

    Captain Marvel (2019)

    2 h 04 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Anna Boden et Ryan Fleck avec Brie Larson, Samuel L. Jackson, Jude Law

    Vu au ciné le 9 mars.

    Plutôt une bonne surprise mais pas le film Marvel de l'année pour le moment. Mais les personnages des comics sont plutôt bien respectés (si on excepte un certain extra-terrestre nommé Mar-Vell) mis à part quelques points de mythologies (les fans de Nick Fury pourront rager sur certains éléments... mais pas moi).

    Même si c'est un peu "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil" par moments, c'est pas le plus mauvais film Marvel non plus.

    Ce serait à mi-chemin entre un épisode de X-Files, Les Gardiens de la Galaxie et même un peu de Star Wars et de Ennemy (de Wolfang Petersen).

    Bien aimé la façon dont le film adapte les personnages Kree et l'arrogance de leurs chefs (dont Atlas et Minerva et même l'Intelligence Suprême), montrant qu'ils ne valent pas mieux voire peuvent être pires que certains Skrulls.

    Aussi des références aux années milieu 1990 qui pourront plaire à ceux qui en ont marre de la glorification des années 70-80 (mais pas sûr que ça plaise à tout le monde).
    Exemple : "Only Happy When It Rains" de Garbage
    https://www.youtube.com/watch?v=GpBFOJ3R0M4
  • Bande-annonce

    Penguin's Memory : Shiawase Monogatari (1985)

    1 h 40 min. Sortie : . Animation, guerre et romance.

    Long-métrage d'animation de Shunji Kimura avec Takeshi Aono, Kai Atô, Yumiko Fujita

    Vu par petits bouts entre les 9 et 16 mars.

    Faut dire que ça paraît surestimé, bien que ça part d'un bon fond - à savoir : raconter la vie d'un vétéran de la Guerre du Vietnam après un traumatisme.

    Il y a même des thèmes matures sans être trop sanglants ou sexuels, comme le sexe, les fiançailles arrangées, le dilemme entre gloire et amour, la mort, les agressions, etc.

    Mais le film peut paraître difficile à regarder d'une traite tellement le sujet est classique, ça a juste l'honneur d'essayer de raconter ça aussi à des enfants sans être trop grave ou édulcoré.

    Mais le héros avec sa tête en {: n'aide pas toujours, entre traumatisme et manque d'ambition voire d'émotion.
  • La Folle Histoire de l'espace (1987)

    Spaceballs

    1 h 36 min. Sortie : . Science-fiction et comédie.

    Film de Mel Brooks avec Mel Brooks, John Candy, Rick Moranis

    Vu le 17 mars en DVD.

    Un peu surestimé et cheapos sans être foncièrement mauvais. Y a toujours de bons dialogues qui restent en tête (le coup du peigne fin, de la famille Trouduc*l, la parodie du merchandising Star Wars ou du prêtre-commentateur).

    Et malgré un scénario simpliste, il reste une part d'enchantement digne des films de SF et d'aventure.
  • Bande-annonce

    Enemy (1985)

    Enemy Mine

    1 h 48 min. Sortie : . Action, aventure, drame et science-fiction.

    Film de Wolfgang Petersen avec Dennis Quaid, Louis Gossett Jr., Brion James

    Vu aux alentours du 22 mars en DVD, et c'est un sublime film de SF qui m'a rappelé "Lifeforce" (autre film sur le thème de l'espace, aussi avec Richard Darbois comme doubleur du héros) mais avec l'émerveillement de "L'Histoire sans fin" puisque c'est le même réalisateur.

    Merveilleuse fable humaniste sur la tolérance, même si certains moments et morales peuvent paraître ridicules niveau exécution.

    Je me souviendrais de presque tout le film, y compris quand le héros tombe dans la fosse du ver géant (ça m'a fait peur, à mon âge...)

    Beau à en pleureur, je l'avoue.
  • Bande-annonce

    Pitch Black (2000)

    1 h 49 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et science-fiction.

    Film de David Twohy avec Vin Diesel, Radha Mitchell, Cole Hauser

    Vu Pitch Black avec Vin Diesel le 29 mars. C'était super, pas trop prétentieux mais avec des effets spéciaux 3D un peu datés et épileptiques par moments.

    Mais le jeu de lumière est bien, puisque ça se passe une planète sans nuit où des bestioles carnivores attaquent dans l'ombre (y a une scène où ils doivent utiliser des tubes fluos en pleine nuit pour éviter de se faire choper). Les choix esthétiques sont plutôt pas mal et bien utilisés (idem pour le clair-obscur, pertinent vu la situation des héros).

    Vin Diesel (qui joue Riddick) est plutôt bon, pas caricatural du tout (en tout cas, il est pas en mode "Baboulinet" comme disait Mozinor).

    Et encore une fois, j'ai pas pu m'empêcher de voir des références à Lovecraft là où y en a pas (on des "maigres bêtes de la nuit" comme véritables antagonistes).
  • The Empty Bottle in the Office (2007)

    24 min. Sortie : 2007.

    Court-métrage de Aymeric Pelzer

    Court-métrage vu le 30 mars qui adapte plus ou moins "L'Affaire Charles Dexter Ward" mais de façon film noir et un peu précipitée. Même si les dialogues et les voix transpirent un certain amateurisme, il y a suffisamment de conviction et d'effort dans l'atmosphère et la musique pour rattraper.

    On reconnait bien la patte de Lovecraft dans cette histoire, puisqu'on a un amnésique possédé par une entité chassée par un détective + une fin "triste" et avec fin plus ou moins ouverte.

    Disponible sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=0Q7lNeUac4Y
  • Bande-annonce

    Cold Skin (2017)

    La piel fría

    1 h 45 min. Sortie : . Aventure, Épouvante-horreur, science-fiction et thriller.

    Film de Xavier Gens avec Ray Stevenson, David Oakes, Aura Garrido

    Vu le 30 mars 2019 en streaming et c'est clairement une adaptation libre du "Cauchemar d'Innsmouth" de Lovecraft avec ses Profonds mi-hommes mi-amphibiens, mais avec plus d'action et de drame que d'horreur (même si on a des scènes anthropophages).

    Des thèmes comme l'amour inconventionnel, l'éternel combat, le cercle vicieux (le drame de Gruner condamné à se répéter comme s'il était surnaturel), la peur de l'autre et la paranoïa sont bien exploités. Bien sûr, le cadre du phare sur une île isolée atlantique, froide et désolée est assez respectueuse de l'univers de Lovecraft mais a aussi quelques allures de "L'étrange maison haute dans la brume" du même auteur.

    C'est un peu aussi "La Forme de l'Eau" mais en plus fataliste, et de surcroit un long-métrage franco-espagnol (cocori...qué !)

    Meilleures citations du film :
    "Personne ne quitte Gruner, c'est Gruner qui part !"
  • Bande-annonce

    Turbo Kid (2011)

    T Is for Turbo

    6 min. Sortie : octobre 2011. Épouvante-Horreur.

    Court-métrage de François Simard, Anouk Whissell et Yoann-Karl Whissell avec Yves Corbeil, François Gadbois et Anouk Whissell

    Le fils prodigue digne des années 80 et de Ken le Survivant !! Avec de la synthwave et du SFX gore d'antan comme je les aime.

    Vu le 04 avril sur YouTube.
  • Bande-annonce

    Scream Girl (2015)

    The Final Girls

    1 h 28 min. Sortie : . Comédie et Épouvante-horreur.

    Film de Todd Strauss-Schulson avec Taissa Farmiga, Malin Åkerman, Alexander Ludwig

    Vu le 5 avril 2019 au soir. Superbe "retro wave slasher", un bel hommage aux codes culturels des années 80 et aux films à la "Vendredi 13". Le film arrive à se moquer de certaines habitudes sans les qualifier d'ordures ou d'outrancières.

    "Scream Girl" arrive brillamment à faire du neuf avec du vieux et réussit l'exploit de rendre presque tous ses personnages attachants ou drôles.

    L'esthétisme avec ses fumées et lumières néons colorées, sa musique combinant hard rock (avec "Cherry Pie" de Warrant et "Bette Davis' Eyes" de Kim Carnes") et son utilisation très intelligente et parodique des cadres d'antan font de ce film une référence culte immédiate.

    Mes moments préférés à la Inception : l'utilisation du flou de flashback et cette réplique → "Je suis une méchante et on est à plus de la moitié du film, bien sûr que je vais crever".

    Coïncidence : on était vraiment à la moitié du film qui se passe lui-même dans un film... RetroWaveception !
  • Bande-annonce

    Shazam! (2019)

    2 h 12 min. Sortie : . Action, fantastique, science-fiction et comédie.

    Film de David F. Sandberg avec Zachary Levi, Mark Strong, Asher Angel

    Vu le 06 avril au ciné et c'est mieux que ne laisse le présager les bandes-annonces malgré l'aspect "d'jeuns / Fortnite".

    Seul bémol étant l'impression que DC n'aime pas trop Shazam au début puisqu'à la base, c'était un personnage créé par Fawcett, un concurrent de DC ayant créé un concurrent magique et rouge de Superman.

    DC avait fait un procès à Fawcett en 1953 et gagné, puis a racheté le perso en 1972. D'où cette impression d'amour/haine de DC envers Captain Marvel (oui, c'était son nom au début, ne pas confondre avec son homologue de Marvel).

    D'autant que le perso est assez ridiculisé et malmené au cours du film. Heureusement, il est mieux traité et considéré après et finit aussi par se moquer de ses derniers archétypes avec les derniers films Batman et Superman.

    Sinon, mis à part peut-être Sivana, la mythologie est assez bien respecté quoique adaptant surtout la version "Terre-Un" de Gary Frank et Geoff Johns.

    On peut féliciter DC d'en avoir finalement fait une version à la fois comique et épique, développant d'une certaine manières les idées de "Terre-Un" sans être too much.

    Ce film, bien qu'un peu prévisible, garde de bonnes surprises et se moque de certains codes de films de super-héros.
  • Bande-annonce

    Rage Of Fire 2 (2017)

    9 min. Sortie : .

    Court-métrage de Mathieu Caillière avec Mathieu Caillière, Kevin Duragrin, Eric Goron

    Vu le soir du 6 avril, court-métrage sympa mélangeant retro futurisme et jeux vidéos 16-32 bits.

    Y a même un moment à la DOOM.
  • Bande-annonce

    Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution (1965)

    1 h 40 min. Sortie : . Film noir, drame et science-fiction.

    Film de Jean-Luc Godard avec Eddie Constantine, Anna Karina, Akim Tamiroff

    Vu le 10 avril 2019 en DVD. Malgré un début bien foutoir à coup de pan pan et de claques contre la première femme docile venue, plus des dialogues peut compréhensibles et peu audibles, "Alphaville" devient vite plus cohérent et plus appréciable.

    Faut dire que c'est une idée intéressante et visuellement belle que de mélanger les genres du policier/noir avec la science-fiction dystopique (sur fond de "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme").

    Pas forcément beaucoup de budget sinon, mais un univers assez développé en arrière-plan pour le rendre vivant et crédible.
  • Bande-annonce

    Arizona Dream (1993)

    2 h 22 min. Sortie : . Comédie dramatique, romance et fantastique.

    Film de Emir Kusturica avec Johnny Depp, Jerry Lewis, Faye Dunaway

    Vu les 11 et 12 avril 2019.

    Drame teinté d'onirisme et d'esthétisme délirant, avec un Johnny Deep à son apogée (dans le rôle d'un jeune tiraillé entre son oncle vendeur de Cadillac, un femme de 40 ans qui rêve de voler et sa fille qui aime les tortues).

    On aura un peu du mal à comprendre malgré les explications sur les liens entre les personnages, les Inuits, les poissons et les rêves (qu'ils soient projets ou issus de l'endormissement).

    Faut dire que le cadrage donne aussi l'impression que les acteurs volent aussi bien réellement que métaphoriquement (symbolisme puissance 1000).

    Et ces splendides toutous... y en a plein, à presque chaque cadre et ils sont beaux ! Ils ont des rôles essentiellement symboliques eux-aussi (je me demande aussi s'il y a pas un rapport à la mythologie inuite avec Sedna, déesse des océans marié à un homme-oiseau ou un homme-chien... → voir ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sedna_(mythologie))

    Toutefois, la musique rock alternatif/inuit appuie fortement l'atmosphère, idem pour Jerry Lewis (co-production franco-américaine oblige) malgré sa prestation plutôt écourtée. C'est qu'on l'aime bien, Jerry Lewis.

    Peut-être que le film essaye d'illuster l'expression "comme un poisson dans l'eau..." Bien aimé la scène où l'ambulance va vers la lune, et où Johnny Deep part pêcher le poisson avec Jerry Lewis en Alaska.
  • Bande-annonce

    Au revoir là-haut (2017)

    1 h 57 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Albert Dupontel avec Nahuel Pérez Biscayart, Albert Dupontel, Laurent Lafitte

    Vu le 18 avril 2019 en Blu-Ray, et il y a quelques différences entre la BD et le film (les seules adaptations que j'ai vu, n'ayant jamais vu le roman) - pas de spoilers cette fois-ci :
    - Le film est plus nuancé et fait passer tout le monde pour à la fois victime et bourreau (même si le méchant connaît une fin plus brutale mais moins cruelle).
    - Les retrouvailles entre le père et son fils artiste et gueule cassée se font avant le dernier geste du fils.
    - Maillard se sort d'une situation compromettante plus difficilement que dans la BD, mais a tout de même une chance limite providentielle.

    J'ai par contre moins apprécié :
    - Certaines phases en 3D mal incrustées au début et des explosions qui touchent leur cibles mais avec des effets qui paraissent complètement aléatoires (pourquoi elles ne font qu'exploser certains mais défigurent à peine puis fortement Edouard ?)
    - Le traitement de Merlin (le fonctionnaire, pas l'enchanteur), toujours aussi sympathique car il rétablit justice, mais complètement expédié par rapport à la bande dessinée.

    Toutefois, le film mérite qu'on s'en souvienne pour :
    - L'esthétisme de la France de la Belle Époque, complétée par celles des masques d'Édouard (dignes de Méliès et même de Dali).
    - Un cadrage et un code couleur très symboliques.
    - Une musique et une ambiance ramenant le cinéma français dans une place légitime auprès des grands films internationaux et hollywoodiens.
    - Une adaptation suffisamment différente du roman original sans trop s'éloigner, etc.