Films vus en 2016

Avatar Aramis Liste de

282 films

par Aramis

Agenda cinématographique personnel de l'année 2016 (films vus en VO, avec ou sans sous-titres), avec commentaires.
Vus par décennies : 20s (18), 30s (21), 40s (29), 50s (41), 60s (26), 70s (38), 80s (25), 90s (22), 2000s (23), 2010s (38).
Répartition par note : 1 (0), 2 (0), 3 (2), 4 (12), 5 (14), 6 (63), 7 (115), 8 (68), 9 (6), 10 (2).

Réalisateurs les plus vus :
6 films : Wyler, Anderson, Wilder
5 films : Melville, Ford, Mann, Hitchcock, Wellman, Altman, Farhadi
4 films : Bergman, Linklater, Van Dyke, Kormákur, Curtiz
3 films : Ashby, Kazan, Aldrich, Ágúst G., Walsh, Dreyer, Cassavetes, Gray, Thorpe, Allen
2 films : Fassbinder, Browning, Scola, Lang, Hughes, Deutch, Lester, Vidor, Rapper, Lubitsch, Reiner, Penn, Grímur H., Hellman, Baldvin Z., McKay, Russo, Foley, Friðrik F., Kurosawa, Huston, La Cava, Hawks, McCarey, Scott, Lumet

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Le Retour de Frank James (1940)

    The Return of Frank James

    1 h 32 min. Sortie : . Policier, historique et western.

    Film de Fritz Lang avec Henry Fonda, Gene Tierney, Jackie Cooper

    Vu le 01/01. Il n'y a pas de plus belle manière d'entamer l'année que de voir un petit film avec la superbe Gene Tierney et son inoubliable regard saphir. Pour le reste, ce western de Fritz Lang est assez inégal. Outre l'authenticité historique de l'intrigue, très contestable, les péripéties s'enchaînent assez bizarrement et sans réel intérêt. Le rythme n'est pas non plus parfait, et certains personnages semblent un peu à côté de leurs bottes (Jackie Cooper, par exemple, n'est pas toujours parfait). Le film connaît néanmoins ses moments de grâce, s'offrant une scène de procès assez absurde et remarquable.
  • Bande-annonce

    Dark City (1998)

    1 h 50 min. Sortie : . Science-fiction et fantastique.

    Film de Alex Proyas avec Rufus Sewell, William Hurt, Kiefer Sutherland

    Vu le 02/01. Film dystopique original, "Dark City" possède une ambiance très réussie, aussi bien sur les plans esthétique (une image qui rappelle fortement le "Metropolis" de Fritz Lang), que sonores. Sur ce dernier point, c'est même excellent, car la musique est parfaitement choisie. Le scénario du film est ce qu'il est... son originalité est intéressante, et les idées sont assez développées ; on va au bout des choses sans trop de redites ni d'incohérences. Malheureusement, l'acteur principal n'est pas au niveau, et toute la dernière demi-heure est assez mauvaise.
  • Monika (1953)

    Sommaren med Monika

    1 h 36 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Ingmar Bergman avec Harriet Andersson, Lars Ekborg, Dagmar Ebbesen

    Revu le 03/01. Aaaaah, "Monika"... J'avais vu ce film il y a bien dix ans, en classe de seconde, proposé par un professeur de français cinéphile. À l'époque, le film ne m'avait pas trop plu, probablement gêné que j'étais par l'odieuse infidélité de Monika envers son copain, qui est quand même une bonne poire. Au second visionnage, toutes les nombreuses qualités du métrage (et d'Harriet Andersson) sautent aux yeux. Belle histoire d'amours de jeunesse et de révolte contre l'ordre établi par les adultes, "Monika" pourrait être un film réalisé par les membres de la Nouvelle Vague (et les a certainement influencés). Une chouette histoire, narrée par l'un des plus grands conteurs du cinéma.
  • Bande-annonce

    No Smoking (1993)

    2 h 25 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Alain Resnais avec Pierre Arditi, Sabine Azéma et Peter Hudson

    Vu le 04/01. Vu quelques semaines après son pendant "No Smoking", eh bien, la sauce prend beaucoup moins ici. Une partie du plaisir de ces deux films provient certainement de la découverte du principe de l'oeuvre, de sa construction en différentes "timelines", de leur exploration, de leur originalité, et du jeu des acteurs. Tous ces éléments étant connus, on ne cherche plus qu'à chercher la plus-value de cette seconde version, dont les personnages sont malheureusement beaucoup moins drôles et attachants que les premiers. Exit Toby Teasdale, exit Lionel Epplewick, Miles Coombes, bien qu'ayant une femme rousse, est hélas nettement moins marrant.
  • Bande-annonce

    Le Clan des Siciliens (1969)

    2 h. Sortie : . Drame et policier.

    Film de Henri Verneuil avec Jean Gabin, Alain Delon, Lino Ventura

    Vu le 07/01. Le casting de ce film, un genre de "Parrain" de seconde classe à la française, a de quoi faire rêver. Néanmoins, l'affrontement proposé, s'il bénéficie d'une bonne ambiance et de quelques moments de grâce (le coup, sa préparation, comme toujours, bien faits), ne vaut pas l'exquise maîtrise d'un "Cercle rouge". Jean Gabin peine à s'imposer face à ces monstres que sont Ventura (sous exploité) et Delon, charismatique en diable. Et la fin est assez minable.
  • Bande-annonce

    Le crime était presque parfait (1954)

    Dial M for Murder

    1 h 45 min. Sortie : . Policier et thriller.

    Film de Alfred Hitchcock avec Ray Milland, Grace Kelly, Robert Cummings

    Revu le 08/01. C'est un film policier, et probablement l'un des plus grands de tous. C'est un film d'Hitchcock, et probablement l'un de ses meilleurs... Avec un Ray Milland so british au sommet de son art, et Grace Kelly - l'une des plus belles femmes de l'histoire du cinéma -, "Le crime était presque parfait" est un condensé rare d'immenses qualités d'écriture et de mise en scène.
  • Bande-annonce

    Le Vent (1928)

    The Wind

    1 h 35 min. Sortie : . Muet, western et comédie dramatique.

    Film de Victor Sjöström avec Lillian Gish, Lars Hanson, Montagu Love

    Vu le 10/01. Lorsqu'un film commence de cette manière, comprendre, avec un train qui fuse à toute allure dans une tempête de vents violents, où les chapeaux et les cheveux volent face à la tourmente, et sous une musique impressionnante (du moins sur mon DVD), tous les plus grands espoirs sont permis. C'est bien simple, les quinze premières minutes de "The Wind" sont d'une perfection rarement égalée... Malheureusement, l'histoire devient assez convenue au bout d'un moment, et ne retrouve de l'intensité vers la fin, sauvant ainsi un petit huit.
  • Le Commissaire Pepe (1969)

    Il Commissario Pepe

    1 h 47 min. Sortie : . Comédie, policier et drame.

    Film de Ettore Scola avec Ugo Tognazzi, Giuseppe Maffioli, Marianne Comtell

    Vu le 11/01. Dans le plus pur style Scola, le film nous fait partager le quotidien du commissaire Pepe dans une petite ville italienne aux apparences très tranquilles, mais en réalité gangrénée par un trafic de prostituées mineures. Tout le monde est coupable - surtout les notables de la ville - et personne ne semble s'offusquer des petites affaires des uns et des autres. Tout le monde, sauf Parigi, invalide de la deuxième guerre qui se déplace à moto en insultant tout le monde. Une ambiance indolente et doucereuse, des personnages intéressants, et une vraie figure impressionnante en la personne d'Ugo Tognazzi. Une belle réussite, un peu sous-estimée sur le site !
  • Bande-annonce

    Le Doulos (1962)

    1 h 48 min. Sortie : . Policier et thriller.

    Film de Jean-Pierre Melville avec Jean-Paul Belmondo, Serge Reggiani, Jean Desailly

    Vu le 12/01. "Le Doulos" est un film de gangsters français du roi du genre, Jean-Pierre Melville. Vont s'y croiser Jean-Paul Belmondo, Serge Reggiani et Michel Piccoli, dans cette peinture peu amène des milieux troubles et parfois poreux de la police et de la mafia, dans les rues de Paris. Le film bénéficie d'une atmosphère soignée, mais souffre de quelques faiblesses d'interprétation qui l'empêchent de prétendre à la même qualité que les autres œuvres dédiées au même sujet de Melville, telles que "Le Deuxième Souffle" ou "Le Cercle rouge".
  • Bande-annonce

    Tous en scène ! (1953)

    The Band Wagon

    1 h 52 min. Sortie : . Comédie, comédie musicale et romance.

    Film de Vincente Minnelli avec Fred Astaire, Cyd Charisse, Oscar Levant

    Vu le 13/01. Une comédie musicale survitaminée des années 50 en technicolor, c'est assez idéal pour découvrir le bon Fred Astaire et les jambes interminables de Cyd Charisse. Evidemment, en termes de numéros dansants, c'est très impressionnant, la musique est chouette, et la bonne humeur générale du film est assez irrésistible.
  • Bande-annonce

    Les 8 Salopards (2015)

    The Hateful Eight

    2 h 47 min. Sortie : . Thriller et western.

    Film de Quentin Tarantino avec Samuel L. Jackson, Kurt Russell, Jennifer Jason Leigh

    Séances de cinéma (1 salle)
    Vu le 14/01 au cinéma. Tarantino, c'est un peu le premier réalisateur que j'ai apprécié, et qui m'a fait aimer le cinéma. Après "Django", qui avait ses qualités, mais déjà pas mal de faiblesses, je suis tristement déçu par "The Hateful Eight", qui est bien loin du festival promis... Il y avait un potentiel immense derrière ce film, un western, un relai de diligence emprisonné dans une tempête de neige folle, et, surtout, surtout, un casting cinq étoiles. La non réalisation de tout ce potentiel est presque criminelle. J'ai trouvé les dialogues peu inspirés (à l'aune d'un Tarantino, j'entends... où est passé le dialoguiste de "Reservoir Dogs" bon sang ?), et globalement, les personnages assez peu attachants. Il y a des qualités et des choses intéressantes. Globalement, jusqu'à un certain point, tout se passe bien. Et puis, assez sottement, ça devient pénible. On retiendra Samuel L. Jackson, Kurt Russell et Tim Roth qui sont, comme d'habitude, excellents, et la belle prestation de Jennifer Jason Leigh, très impressionnante.
  • Bande-annonce

    Convoi de femmes (1951)

    Westward the Women

    1 h 58 min. Sortie : . Western et drame.

    Film de William A. Wellman avec Robert Taylor, Denise Darcel, Hope Emerson

    Vu le 14/01. Un grand western signé Wellman que ce "Convoi de femmes" ! Inspiration évidente de la "Fiancée de Lucky Luke", ce film présente l'un des phénomènes de la conquête de l'ouest : les grandes caravanes exclusivement composées de femmes destinées à aller épouser des pionniers partis s'installer en Californie. Le film est excellent, un subtil équilibre entre un humour assez présent, des personnages parfaits et une mise en ambiance merveilleuse tout au long du voyage.
  • La belle ténébreuse (1928)

    the Mysterious lady

    1 h 29 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Fred Niblo avec Edward Connelly, Greta Garbo, Conrad Nigel

    Vu le 15/01 en ciné-concert. Un film d'espionnage muet entre la Russie et l'Autriche, ce n'est pas sans rappeler "Dishonored" de Josef von Sternberg avec la merveilleuse Marlene Dietrich... Forcément, Greta Garbo dans un muet, même si elle porte des robes transparentes affriolantes, c'est assez nettement en-dessous. Enfin, de l'espionnage, c'est toujours chouette, et si l'on fait exception des désastreuses scènes où la belle est censée nous faire croire qu'elle chante divinement, le film passe pas trop mal. Et puis, avec du Rachmaninov derrière, c'est toujours beaucoup plus facile à digérer.
  • Bande-annonce

    The Big Short : Le Casse du siècle (2015)

    The Big Short

    2 h 11 min. Sortie : . Comédie dramatique et biopic.

    Film de Adam McKay avec Christian Bale, Steve Carell, Ryan Gosling

    Vu le 16/01 au cinéma. Une excellente surprise que ce "Big Short"... que je ne m'attendais vraiment pas à apprécier ! Tirant pleinement parti d'un rythme très dynamique et impeccablement maîtrisé, Adam McKay nous emmène dans l'univers des spéculateurs de Wall Street à l'orée de la crise financière de 2008. L'on y suit les trajectoires de quelques personnages qui ont anticipé ladite crise. Steve Carell et Ryan Gosling sont excellents, le film pèche parfois par un manque de clarté (les notions financières abordées sont très compliquées, et les explications confuses... et c'est peut-être voulu), mais, quel pied !
  • Bande-annonce

    Fenêtre sur cour (1954)

    Rear Window

    1 h 52 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Alfred Hitchcock avec James Stewart, Grace Kelly, Thelma Ritter

    Séances de cinéma (1 salle)
    Revu le 18/01. (Et c'est toujours aussi bon !) L'un des plus grands films d'Hitchcock, où son héros, un James Stewart toujours classe, s'adonne au plus inavouable des délicieux vices de l'homme : le voyeurisme. Blessé à la jambe, incapable de se déplacer, il épie donc les tranches de vie de ses voisins de sa fenêtre, allant jusqu'à sortir le téléobjectif s'il le faut... En ces temps modernes de préoccupations pour la "vie privée", le propos du film semble curieusement, particulièrement d'actualité. Grace Kelly est la plus belle femme du monde, et le film est excellent.
  • Chut... Chut... Chère Charlotte (1964)

    Hush... Hush, Sweet Charlotte

    2 h 13 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Robert Aldrich avec Bette Davis, Olivia de Havilland, Joseph Cotten

    Vu le 19/01. Encore un film d'ambiance, mâtiné d'un peu d'angoisse et de sordides secrets de famille, comme sait si bien le faire Robert Aldrich. Bette Davis prouve, une fois de plus, son statut très, très élevé parmi les plus grandes actrices de tous les temps, et s'adjoint ici Olivia de Havilland comme acolyte de première classe. Le film demeure cependant en-deçà de son grand frère, "Qu'est-il arrivé à Baby Jane", se montrant assez prévisible par moments, et souffrant d'une conclusion un peu bâclée. Cela reste un kiff monstrueux (pour parler vulgairement).
  • Rêve de femmes (1955)

    Kvinnodröm

    1 h 27 min. Sortie : . Drame.

    Film de Ingmar Bergman avec Eva Dahlbeck, Harriet Andersson, Gunnar Björnstrand

    Vu le 20/01. Un Bergman très Allenien, où l'on suit la journée de deux femmes, jouées par Harriet Andersson et Eva Dahlbeck, dans les rues de Goteborg alors que l'une retrouve son amant, et l'autre fait la rencontre d'un vieux consul richissime. Il y a quelques passages très drôles, de la bonne humeur, une fin réussie (forcément, Bergman sait conclure ses histoires) et l'une des voix d'actrice les plus belles du cinéma (avis aux amateurs, il s'agit de celle d'Inga Landgré). Mais, quelle flemme de la part des éditeurs du DVD, qui, passé un moment, ont décidé de ne traduire qu'une phrase sur dix dans les sous-titres !!!
  • Bande-annonce

    Innocents (2003)

    The Dreamers

    1 h 55 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Bernardo Bertolucci avec Michael Pitt, Eva Green, Louis Garrel

    Vu le 21/01 au cinéma. Je suis assez partagé au sujet de ce film de Bertolucci, vu à la cinémathèque de Toulouse. Le début est assez sympathique : l'hommage et l'amour du cinéma qui transparaît dans les discussions et les actes des personnages me semble aussi enthousiaste que sincère. Par contre, le film devient très vite hautement racoleur, tout fleure bon l'anticonformisme facile (les pseudo discussions politiques, sur fond de Mai 68, sont ridicules, le background incestueux est un peu crade). On a plus l'impression que Bertolucci veut montrer ses acteurs à poil plutôt qu'autre chose, et le propos est finalement vide de sens.
  • Bande-annonce

    Ivanhoé (1952)

    1 h 46 min. Sortie : . Aventure, drame, historique et romance.

    Film de Richard Thorpe avec Robert Taylor, Elizabeth Taylor, Joan Fontaine

    Vu le 22/01. Les superbes Elizabeth Taylor et Joan Fontaine offrent un spectacle magnifique pour ce film d'aventures chevaleresques dans l'Angleterre de Richard Coeur de Lion. Le film a un peu vieilli - certains combats sont ridicules - mais possède encore un charme fou. Un excellent divertissement.
  • Bande-annonce

    Creed : L'Héritage de Rocky Balboa (2015)

    Creed

    2 h 12 min. Sortie : . Drame et sport.

    Film de Ryan Coogler avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson

    Vu le 23/01 au cinéma. J'ai toujours eu beaucoup d'affection pour le personnage de Rocky, un battant, qui véhicule pour moi beaucoup de valeurs. La série comporte du très bon (le premier film, excellent), et du moins bon (de mémoire, les épisodes 3 et 5), mais j'étais curieux de voir ce qu'allait donner ce "Creed". Et c'est une bonne surprise ! Opérant un retour aux racines - les similarités avec le premier Rocky sont trop nombreuses pour n'être qu'une coincidence - le film sait toutefois aborder de nouvelles thématiques pour proposer autre chose qu'un remake avec de nouvelles têtes (tout le contraire d'un Star Wars récent par exemple). Les acteurs sont chouettes et c'est cool de revoir ce bon vieux Sylvester encore vaillant (même boursouflé).
  • Le Vieux Fusil (1975)

    1 h 43 min. Sortie : . Drame, thriller et guerre.

    Film de Robert Enrico avec Philippe Noiret, Romy Schneider, Jean Bouise

    Vu le 24/01. Le moins qu'on puisse dire, avec "Le Vieux Fusil", c'est que le film est dur... Poignant, même, la faute à l'incroyable musique signée François de Roubaix, qui l'accompagne si bien. Philippe Noiret est excellent, Romy Schneider est pétillante et somptueuse. Le film surprend, au début, et l'on ne sait pas trop par quel bout le prendre, puis se déroule, sorte de catharsis amère, jusqu'à son dénouement.
  • Bande-annonce

    Carol (2015)

    1 h 58 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Todd Haynes avec Rooney Mara, Cate Blanchett, Kyle Chandler

    Séances de cinéma (3 salles)
    Vu le 26/01 au cinéma. Après les notes démesurées de mes éclaireurs, j'avais d'immenses attentes pour "Carol", qui se révèle finalement un très beau et bon film, mais n'atteint pas les sommets espérés. C'est l'histoire d'amour entre deux femmes, dans l'Amérique des années 50 ; l'une d'elle est âgée et vit un divorce douloureux, l'autre est jeune et timide. Rooney Mara est toute mignonne - le look 50s lui va à merveille - et Cate Blanchett ne m'a jamais paru aussi refaite. La musique est belle, la partie road-movie n'est pas pour me déplaire, mais j'ai la sensation qu'il manque quelque chose au film pour qu'il soit pleinement réussi.
  • Bande-annonce

    Le Magnifique (1973)

    1 h 35 min. Sortie : . Action, comédie, fantastique et romance.

    Film de Philippe de Broca avec Jean-Paul Belmondo, Jacqueline Bisset, Vittorio Caprioli

    Vu le 26/01. Bébel en roue libre dans une comédie parodique délicieusement absurde, qui part dans toutes les directions (et surtout les plus délirantes), avec une surenchère permanente. L'idée de base est géniale : un écrivaillon de romans de gare un peu raté se met en scène dans ses bouquins avec sa jolie voisine, la plantureuse Jacqueline Bisset - clairement l'une des plus belles femmes du cinéma - tout en réglant ses comptes avec son éditeur, son plombier, son électricien... Sans ce film, il n'y aurait probablement jamais eu OSS117, d'ailleurs.
  • L'Inconnu (1927)

    The Unknown

    50 min. Sortie : . Drame, romance et muet.

    Film de Tod Browning avec Lon Chaney, Norman Kerry, Joan Crawford

    Vu le 27/01 en ciné-concert. Une histoire de cirque - un milieu définitivement apprécié par Tod Browning ! - avec Lon Chaney, "L'homme aux mille visages", qui interprète un lanceur de couteaux sans bras... enfin, en apparence. Comme de juste dans un ciné-concert, c'est la performance du pianiste qui est souvent la plus importante, mais le film était prenant et intéressant, alors que ce n'est pas toujours le cas.
  • Bande-annonce

    Mademoiselle Gagne-tout (1952)

    Pat and Mike

    1 h 35 min. Sortie : . Sport et comédie.

    Film de George Cukor avec Spencer Tracy, Katharine Hepburn, Aldo Ray

    Vu le 28/01. Ce n'est probablement pas le meilleur Hepburn/Tracy. Et loin d'être le meilleur Cukor. Mais ça reste un délice ! Le plus grand des couples mythiques du cinéma s'offrent une comédie sur vitaminée sur fond de sport, de compétition (golf et tennis) et d'affaires de paris plus ou moins louches (quand on parle de matches truqués pour le tennis, il n'y a pas à tortiller, ça existait déjà dans les années 50 !).
  • Bande-annonce

    Spotlight (2015)

    2 h 08 min. Sortie : . Thriller.

    Film de Tom McCarthy avec Rachel McAdams, Mark Ruffalo, Michael Keaton

    Séances de cinéma (1 salle)
    Vu le 30/01 au cinéma. Dans la lignée des grands films de journalisme, "Spotlight" s'intéresse à l'équipe éponyme de reporters du Boston Globe, qui a révélé au monde les scandales d'abus sexuels de mineurs par des prêtres catholiques dans la région, ainsi que les diverses connivences entre instances religieuses et cabinets d'avocats visant à couvrir les déviances. Un film puissant, choquant, avec d'excellents interprètes et une très bonne réalisation.
  • La Charge fantastique (1941)

    They Died with Their Boots On

    2 h 20 min. Sortie : . Western et biopic.

    Film de Raoul Walsh avec Errol Flynn, Olivia de Havilland, Arthur Kennedy

    Vu le 31/01. Rien de mieux qu'un grand western avec Olivia de Havilland et Errol Flynn - couple mythique de l'écran s'il en est - pour bien terminer le mois de janvier. Magnétiques, magnifiques dans leurs rôles, ce sont eux qui donnent tout son cachet au film, qui pourrait, autrement, être sans doute un peu critiqué pour sa vision fantasmée et romantique du général Custer (un personnage, en réalité, bien moins recommandable que le portrait qu'en font Walsh et Flynn).
  • Bande-annonce

    Les Anges aux figures sales (1938)

    Angels with Dirty Faces

    1 h 37 min. Sortie : . Drame et gangster.

    Film de Michael Curtiz avec James Cagney, Pat O'Brien, Humphrey Bogart

    Vu le 01/02. Un film de gangsters avec James Cagney, ce n'est pas forcément super original... mais celui-ci se démarque du lot ! Cagney y incarne un jeune délinquant, devenu criminel endurci après avoir fréquenté diverses maisons de redressement. Revenu dans son ancien quartier, il retrouve l'un de ses meilleurs amis d'enfance, devenu prêtre de la paroisse locale, et ses anciens associés criminels. Mais, surtout, il est le héros de toute une bande de jeunes, chez qui il suscite trop d'admiration. Le film est excellent, car il détourne les codes des films de gangster pour proposer un autre message, mettant avant tout en exergue la profonde humanité de Cagney, et la puissance de l'amitié indéfectible qu'il a pour O'Brien. Le côté religieux est peut-être un brin trop appuyé à mon goût, cela dit.
  • Bande-annonce

    Léon Morin, prêtre (1961)

    1 h 57 min. Sortie : . Drame, romance et guerre.

    Film de Jean-Pierre Melville avec Jean-Paul Belmondo, Emmanuelle Riva, Irene Tunc

    Vu le 02/02. Un peu déçu par ce Melville extrêmement religieux. Certes, les questions posées et les discussions d'Emmanuelle Riva et de Jean-Paul Belmondo sont intéressantes - et ce dernier est extraordinaire, comme d'habitude - mais tout cela me passe un peu par-dessus là tête. Le récit perd en rythme et en attrait ce qu'il gagne en force du message ; personnellement, j'ai plus d'intérêt pour les histoires profondément humaines que Melville conte dans ses autres films, que pour la question de Dieu.
  • Bande-annonce

    Devine qui vient dîner... (1967)

    Guess Who's Coming to Dinner

    1 h 48 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Stanley Kramer avec Spencer Tracy, Sidney Poitier, Katharine Hepburn

    Vu le 04/02. Le dernier film de Spencer Tracy... c'est un peu triste d'ailleurs de se dire que ce génie du cinéma n'a plus rien fait après, mais bon, avec sa carrière, on a déjà de quoi se mettre sous la dent. Le film est assez classique : un couple souhaite se marier, mais l'homme ne veut pas séparer sa belle de ses parents, car ils ne viennent pas du même milieu. Ici, c'est un mariage mixte entre une blanche et un noir qui occasionne bien des tracas. Le film est sympa, valant surtout pour ces exceptionnels acteurs que sont Katharine Hepburn et Spencer Tracy. Et puis, un peu pour la petite Katharine Houghton, nièce de la grande Hepburn, très mignonne.