Mon gaming 2019 commenté

Avatar ThoRCX Liste de

18 jeux vidéo

par ThoRCX

La 7e édition de mes listes annuelles de jeux terminés (ou abandonnés), avec un petit commentaire pour expliquer rapidement ce que j'ai ressenti.

2013 : http://www.senscritique.com/liste/Mon_gaming_2013_commente/187795
2014 : http://www.senscritique.com/liste/Mon_gaming_2014_commente/370606
2015 : http://www.senscritique.com/liste/Mon_gaming_2015_commente/737272
2016 : https://www.senscritique.com/liste/Mon_gaming_2016_commente/1157808
2017 : https://www.senscritique.com/liste/Mon_gaming_2017_commente/1596937
2018 : https://www.senscritique.com/liste/Mon_gaming_2018_commente/1989579
2019 : https://www.senscritique.com/liste/Mon_gaming_2019_commente/2340014

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    Total Chaos

    Sortie : . Aventure, FPS et survie.

    Mod de Wadaholic sur PC

    Total Chaos est à la base un mod pour Doom II, mais qui est devenu un jeu stand-alone. Techniquement, il tourne sur un moteur appelé "GZDoom" qui est une évolution du Doom Engine. Cela a permis au concepteur d'importer des modèles 3D animés, des textures hautes définitions et un level design complexe avec des pièces qui peuvent se chevaucher.
    Graphiquement, c'est impressionnant. L'ambiance est délicieusement glauque, et les niveaux regorgent de détails. On est clairement au niveau d'un jeu comme STALKER.
    Le jeu en lui-même est un survival-horror hardcore très inspiré de Silent Hill. On y retrouve également un système d'inventaire et de crafts. On trouve quelques armes à feu, mais il s'agit surtout d'un jeu qui mise sur le combat au corps-à-corps. Autant être clair : on ne reconnait absolument pas Doom II.

    C'est un projet qui a pris 8 ans au développeur et on sent clairement qu'il y a de la passion derrière. Hélas, on trouve quand même quelques défauts. Le dernier chapitre est franchement raté à mon goût, et casse un peu toute l'ambiance installée depuis le début. La gestion de l'inventaire devient un peu pénible à la longue. Je pense qu'avoir un système de cases comme dans Resident Evil était suffisant, et ce n'était pas nécessaire d'en plus rajouter une notion de poids limite à transporter. Attendez-vous donc à passer énormément de temps dans l'inventaire.

    C'est gratuit, ça dure environ 4~5 heures et c'est franchement bien foutu. Je le conseillerai à tous les amoureux du survival-horror.
  • Bande-annonce

    Deus Ex (2000)

    Sortie : . FPS et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Ion Storm Austin, Warren Spector et Eidos Interactive sur PC, Mac et PlayStation 2

    Chaque année je finis par relancer Deus Ex, ça devient quasiment un meme à ce stade. Cette fois, je l'ai terminé avec le mod GMDX.
  • Bande-annonce

    GMDX

    Sortie : . FPS et jeu de rôle.

    Mod de |Totalitarian| sur PC

    GMDX est un mod pour Deus Ex. Il améliore le jeu en corrigeant les bugs et autres détails pénibles, surtout en matière de gameplay. Le système d'augmentation a été revu par exemple, et on peut découvrir de nouveaux talents absents dans le jeu original. Mon pouvoir préféré est la capacité de soulever des objets lourds pour ensuite les balancer à la figure des ennemis. Ça devient difficile de s'en passer !
    On y découvre également la possibilité de s'accrocher sur les rebords, ce qui rend le platforming largement plus souple et agréable, ou encore une amélioration de l'IA des ennemis. Le mod corrige également les quelques bugs qui existaient dans les quêtes, comme un NPC qui n’apparaissait pas, ou les exploits avec de l'XP à l'infini etc...

    En fait il ne s'agit pas d'un mod qui révolutionne la formule de Deus Ex, ce n'est clairement pas son but. Il s'agit surtout d'une grosse compilation de bugfixes et des améliorations de gameplay qui peuvent paraître mineurs à première vue mais qui améliorent considérablement l'expérience.
    C'est un peu l'opposé du mod Deus Ex : Revision dans lequel les développeurs ont complètement modifiés certains niveaux etc...

    En général, je ne conseille jamais aux novices de lancer un jeu avec un mod. Mais en l’occurrence, si vous n'avez jamais joué à Deus Ex et vous avez toujours voulu essayer, je pense qu'on peut commencer direct avec GDMX d'installé.
  • Bande-annonce

    Resident Evil 2 (2019)

    Biohazard RE:2

    Sortie : . Action-Aventure et survie.

    Jeu vidéo de CAPCOM sur PlayStation 4, Xbox One et PC

    Je n'ai malheureusement pas joué à l'original donc je ne peux pas faire de comparaison. Mais une chose est sûre, ce remake est un très bon survival-horror old-school et ça fait du bien de voir encore des jeux de ce style sortir et connaître un gros succès en 2019 !
    L'ambiance est efficace, le gameplay agréable, et les comportements des zombies ont été travaillés pour nous surprendre à plusieurs reprises. Le level design est particulièrement bien foutu. Je préfère définitivement les jeux avec un level design minutieux de ce genre plutôt qu'un vaste open world vide dans lequel on passe son temps à rien faire.
    J'ai joué à la campagne de Leon A ainsi que Claire B, et ça vaut vraiment le coup de recommencer le jeu grâce aux nombreuses différences entre les 2 campagnes. Au final je pense que je préfère celle de Claire, mieux maîtrisée en terme de rythme, et avec des passages plus marquants. Et puis Leon a droit au pire passage du jeu dans les égouts, une séquence pour le coup un peu à côté de la plaque qui aurait mieux fait d'être dans Resident Evil 6.

    Tout n'est pas parfait non plus, mais dans l'ensemble j'en sors satisfait. Si vous êtes fan de survival-horror, achetez le jeu les yeux fermés.
  • Bande-annonce

    Project Warlock (2018)

    Sortie : . FPS et action-aventure.

    Jeu vidéo de Buckshot Software sur Linux, Mac et PC

    Project Warlock est un sympathique hommage aux doom-likes des années 90. Il n'y a pas de place pour de la subtilité ici, on avance dans des niveaux labyrinthiques en explosant des hordes de monstres et en trouvant des cartes de couleur pour ouvrir des portes.
    Contrairement à un jeu comme DUSK qui tente de reproduire les graphismes de l'époque, Warlock a un style visuel particulier. Tout est fait à base de sprites 2D avec un pixel-art proche de ce qu'on aurait pu voir sur un Gameboy, mais on trouve également des effets modernes comme de l'éclairage dynamique et des réflexions temps réels sur certaines surfaces. Le résultat est intéressant, sorte de bon mélange entre le rétro et la modernité.

    Warlock est cool à jouer pendant quelques heures, mais il finit par devenir un peu répétitif. Le level design manque un peu de folie. Il n'y a pas de notion de saut et de verticalité, et tous les murs sont composés d'angle à 90°. Du coup, là où j'espérais plus des niveaux façon Doom voire Quake, on se retrouve plus avec du Wolfenstein 3D ++. D'un chapitre à l'autre le joueur est transporté dans des environnements différents (Egypte antique, château médiéval, ville moderne post-apocalyptique etc...) mais à cause du level design répétitif, on ne ressent pas vraiment de différences hormis le visuel.

    Ce n'est pas un must-play non plus, mais si vous le trouvez à petit prix et si vous aimez les FPS rétro, c'est un jeu à essayer.
  • Bande-annonce

    Mirror's Edge (2008)

    Sortie : . Plateforme, FPS et action.

    Jeu vidéo de DICE et Electronic Arts sur PlayStation 3, Xbox 360, PC et Xbox One

    En attendant la sortie de Metro Exodus ce vendredi, je n'avais pas envie de commencer un jeu long. Et ça faisait longtemps que je voulais réessayer Mirror's Edge donc voilà chose faite. Je savais que c'était un jeu court mais je pensais pas que j'allais le finir en environ 4 heures (en sachant quand même que je connais déjà les niveaux).
    Le jeu a désormais plus de 10 ans, et pourtant je le trouve toujours aussi agréable à regarder grâce à sa DA incroyable. L'avantage de ce genre de parti-pris artistique est que ça vieillit vachement bien, contrairement aux jeux photo-réalistes.

    Et ça m'a fait tout bizarre de revoir le logo Electronic Arts. De nos jours cette boîte a une image exécrable avec ces jeux multi à base de lootboxes et micro-transactions, mais c'est vrai qu'à l'époque c'était une boîte qui osait encore sortir des jeux solo remarquables comme Dead Space, Mass Effect ou encore ce Mirror's Edge. Et perso je n'achète plus aucun jeu EA : sur cette génération les 2 seuls jeux que j'ai acheté c'est Battlefield 1 et Mirror's Edge Catalyst (en occasion). Ce n'est même pas que je boycotte EA, c'est juste que leurs productions ne m'intéressent plus.
  • Bande-annonce

    Final Fantasy XIV : Heavensward (2015)

    Sortie : . MMO et jeu de rôle.

    Extension de jeu de SQUARE ENIX sur PlayStation 3, PlayStation 4 et PC

    Je suis un joueur très occasionnelle de FFXIV donc il m'aura fallu un long moment pour terminer l'histoire de Heavensward. Au total j'ai passé 256 heures juste sur cette extension. Les quêtes sont globalement plus intéressantes que dans A Realm's Reborn, un peu moins de fedex même s'il y en a encore un peu. La ville d'Ishgard a une histoire intéressante, et tout l'univers autour des dragons est bien développé.
    Les donjons sont pour la plupart bien meilleurs à ceux de ARR, avec des boss aux mécaniques variés. Je ne suis toujours pas accro au jeu pour autant, mais j'ai globalement passé un meilleur moment sur cette extension que dans le jeu original (qui oscillait constamment entre passages sympas et quêtes sans intérêts).

    A l'heure actuelle, j'ai 4 jobs : Guerrier lvl 70, Chevalier noir lvl 62, Samouraï lvl 63 et Machiniste lvl 67.
  • Bande-annonce

    SharpShooter3D (2018)

    Sortie : . FPS.

    Jeu vidéo de HeadHuntersGames et Dagestan Technology sur PC

    J'ai découvert ce jeu par hasard en fouillant sur Steam. Il s'agit d'un mod pour Doom qui est vendue à 6€ pour une certaine raison. Sorte de Postal² et Hatred en Russie, c'est le genre de projet super edgy qui rappelle de nombreux mods obscures de Doom comme Grezzo 2 ou Moon Man. On parcourt la banlieue russe en cassant la gueule à des tas de gens. Hippies, drogués, punks, gopniks, antifas, flics, clodos... tout le monde y passe.
    Graphiquement c'est vraiment spécial, avec des acteurs digitalisés qui composent les sprites des ennemis. L'ensemble a un certain charme je suppose mais il faut accrocher. Au moins on reconnait assez bien l'ambiance de la Russie décadente, et le level design réussit à toujours orienter le joueur vers l'objectif sans trop donner d'indice non plus.

    Je ne suis pas contre ce genre de jeux volontairement provocateurs mais malheureusement je n'ai pas accroché. Le gameplay est vraiment pas fou et c'est assez chiant de combattre ces personnages, ce qui casse un peu tout l'intérêt du projet. Les contrôles manquent de précisions, et c'est souvent plus rapide de foncer vers la porte de sortie plutôt que d'affronter ces hordes de russes enragés.
  • Bande-annonce

    Enemy Front (2014)

    Sortie : . FPS.

    Jeu vidéo de CI Games et BANDAI NAMCO Games sur PC, Xbox 360 et PlayStation 3

    Il y a quelques années, j'avais eu une offre d'emploi pour bosser en tant que graphiste sur Enemy Front, mais j'avais refusé en voyant que c'était un jeu City Interactive (ou CI Games). Et j'ai bien fait, Enemy Front est un jeu vraiment médiocre dans tous les aspects.
    Un peu comme la quasi-totalité des productions de ce studio, Enemy Front est ultra générique et on dirait presque un jeu généré procéduralement par une IA qui a analysé d'autres shooters de la 2e GM. La plupart des idées sont bêtement reprises des autres jeux plus réussis. On peut cacher des corps car d'autres jeux d'infiltration l'ont fait, même si ça ne sert à rien ici. On peut camoufler ses tirs grâce aux bruits environnementaux car Sniper Elite l'a fait. On peut défoncer des portes et passer en ralenti pour tuer les gens dans la pièce car Call of Duty l'a fait etc...
    Graphiquement ce n'est pas horrible, mais c'est très fade. Et ça tourne sur CryEngine, ça reste une prouesse de faire un jeu aussi peu convainquant visuellement en utilisant ce moteur.
    La VF est pitoyable, le level design est peu inspiré et parfois inutilement vaste (plein de pièces à visiter qui ne servent à rien), l'IA est inexistante, les checkpoints très mal placés et la musique ressemble à du Michael Giacchino coupé à l'eau.

    Un FPS générique et petit budget oubliable. Mieux vaut relancer les premiers Call of, Medal of Honor ou même plus récemment les Sniper Elite.
  • Bande-annonce

    Metro : Exodus (2019)

    Sortie : . Action-Aventure et FPS.

    Jeu vidéo de 4A Games et Deep Silver sur PC, PlayStation 4 et Xbox One

    J'avais peur que Metro Exodus allait être un énième jeu qui saute bêtement dans la mode de l'open world, mais 4A Games a fait ça intelligemment et avec beaucoup de passions. Le jeu propose une structure réussie qui oscille constamment entre les passages linéaires et scriptés et les vastes zones à explorer. Ces zones ont pile la bonne taille, c'est suffisamment grand pour récompenser l'exploration, mais assez petit pour qu'on ne passe pas des heures à vagabonder.
    Pas mal de mécaniques de survie des 2 précédents épisodes prennent plus de sens ici, avec l'apparition du craft, la customisation ultra poussée des armes, l'amélioration de notre combinaison etc... Et le fait que les campements des bandits sont désormais plus grands permettent d'enrichir les approches du joueur (même s'il faut avouer que l'IA est un peu bête et les ennemis galèrent souvent à nous trouver à cause de la taille de la map).

    Artistiquement c'est fabuleux. Comme d'habitude, 4A Games nous en met plein à la figure. Et le fait qu'on voyage dans cet épisode a permis à l'équipe de créer des décors très variés contrairement aux précédents épisodes. Il s'agit sans doute d'un des plus beaux jeux auxquels j'ai joué, et un des univers post-apocalyptiques les plus recherchés et intéressants.
    Les personnages sont également plus attachants. A vrai dire, je ne me rappelle de quasiment aucun personnages de 2033 et Last Light. Mais ici, le fait qu'on partage un véritable road trip avec ces personnages permet de créer de l'attachement. Artyom et Anna sont désormais mariés, et leur relation est bien illustrée tout au long du jeu. C'est plutôt rare d'avoir un héros marié qui part en mission avec sa femme dans un FPS.
    En revanche, c'est vraiment dommage que 4A Games continue avec ce choix de rendre Artyom muet durant le gameplay (alors qu'il a toujours une voix durant les chargements). Maintenant qu'il est entouré d'une famille et des amis, j'aurai aimé qu'il parle pour qu'ils puissent développer d'avantage les relations avec eux. Et ça fait un peu idiot d'avoir des séquences où les gens hurlent au micro pour savoir si Artyom est bien en vie, mais il continue à ne rien répondre.

    Metro Exodus a quelques défauts (certaines séquences un peu longues, une IA bof, des petits bugs par-ci par-là...) mais ils deviennent vite négligeables à côté de ses énormes qualités. Certains fans vont sans doute regretter les couloirs claustrophobiques, mais pour moi il s'agit du meilleur épisode de la franchise.
  • TENET

    Sortie : . Action.

    Jeu vidéo de ALTER-BOY sur PC

    Il s'agit d'un jeu d'action gratuit sur Steam, et c'est un simple mode hordes avec des vagues d'ennemis à tuer. C'est bête et inintéressant.
    Les contrôles sont approximatives et surtout il y a des tas d'effets de flou à l'écran comme du motion blur et depth-of-field qui donnent un visuel particulièrement désagréable à regarder. Le shoot est mou, et le level design est inexistant car c'est uniquement un terrain plat délimité par un mur invisible. Dans la description du jeu, c'était dit qu'il fallait rester dans la lumière pour survivre. Je me disais que c'était un mécanique intéressant comme dans Alan Wake mais en fait c'est juste un moyen pour dire qu'il y a des murs autour de l'arène qu'il ne faut pas franchir.
    Même pour un jeu gratuit, c'est sans intérêt.
  • Bande-annonce

    FarSky (2014)

    Sortie : 2014. Simulation, aventure, survie et bac à sable.

    Jeu vidéo de Farsky Interactive sur PC, Mac et Linux

    FarSky est un jeu de survie bac à sable dans lequel le joueur se retrouve bloqué au fond de l'océan, et sa mission est de retrouver la surface en reconstruisant un sous-marin.
    Même s'il n'utilise pas des graphismes voxel, on sent clairement une forte inspiration de Minecraft dans ce jeu. On retrouve pas mal de mécanismes repris tels quels au niveau du craft et de la survie.
    Graphiquement c'est plutôt mignon, avec une ambiance qui fonctionne bien. La musique est discrète mais sert bien le propos du jeu.

    J'ai fini le mode histoire en 1h40, et je n'ai pas spécialement eu envie de lancer le mode bac à sable, surtout que le jeu ne contient pas de mode coop. C'est le genre de jeux de survie qui étaient vachement à la mode il y a 5, 6 ans, mais aujourd'hui ça a pris un coup de vieux. D'autant plus qu'il y a eu Subnautica entre temps qui est similaire et qui a l'air largement plus complet et intéressant.
  • Voxelstein 3D (2010)

    Sortie : 2010. FPS.

    Jeu vidéo de Ken Silverman et Hans Krieg sur PC

    Sur papier, le jeu avait un potentiel très intéressant : il s'agit d'un FPS très inspiré de Wolfenstein 3D avec des graphismes entièrement en voxel. On peut donc détruire un peu tout ce qu'on voit autour de nous pixel par pixel.
    Malheureusement ça s'est arrêté au stade d'un prototype hyper creux. Le gameplay est vraiment mauvais, et rien que le déplacement et le tir sont ratés. On ne retrouve au final pas grand chose qui faisaient le charme de Wolfenstein 3D, et le côté voxel ne rajoute absolument rien.
    Et visuellement c'est d'assez mauvais goût. On trouve des images random placardées sur les murs comme des tableaux. Qu'on trouve le portrait de Hitler sur les murs est logique surtout dans un jeu inspiré de Wolfenstein. Mais pourquoi on trouve aussi une photo de George W. Bush, un des 2 tireurs de Columbine ainsi que Seung-Hui Cho (le tireur coréen qui a tué 32 personnes dans une école en 2007) ? Juste pour être edgy ?
  • Bande-annonce

    Brutal Wolfenstein 3D (2014)

    Sortie : 2014. FPS.

    Mod de Zio McCall sur PC

    Malgré le nom, il ne s'agit pas d'un mod pour Wolfenstein 3D. C'est en fait un mod pour Doom II qui recrée l'intégralité de Wolf3D et en plus rajoute la composante "Brutal" inspirée de Brutal Doom.
    Ce n'est pas juste un mod qui rend le jeu plus violent. On y trouve de nombreuses améliorations comme les graphismes plus jolis (effets de lumière dynamiques etc...), la possibilité de détruire les objets du décor, de nouvelles armes issues de la 2ème GM ainsi que des nouveaux types d'ennemis. On retrouve pas mal d'éléments repris de Return to Castle Wolfenstein comme les bruitages et les classes d'ennemis (le soldat à lance-flammes ou les officières SS par exemple).

    Le jeu original a un peu mal vieilli, mais ce mod est un bon compromis si on cherche à rejouer à Wolfenstein 3D aujourd'hui. C'est nerveux et toujours fun, et les nouveaux éléments rajoutés ne dénaturent pas l'univers du jeu.

    PS : Je crois que c'est aussi la première fois que je rejoue d'une traite les 6 chapitres, et je dois dire que le dernier chapitre est vraiment mauvais comparé au reste. Le level design n'a absolument aucun sens, et les placements des ennemis et des items sont hyper frustrants.
  • Bande-annonce

    Postal 2: Paradise Lost (2015)

    Sortie : . Action et FPS.

    Extension de jeu de Running with Scissors sur PC

    Paradise Lost est l'extension totalement inattendue de Postal² qui sort 12 ans après le jeu original. C'est une vengeance complètement assumée de RWS après un Postal 3 universellement réputé pour être pourri.
    Il s'agit de la suite directe d'Apocalypse Week-end. Comme on pouvait s'y attendre, c'est rempli de blagues peu subtiles et des parodies plus ou moins taquines (Tim Schafer s'en prend plein la tronche par ex). On y découvre également quelques nouvelles armes amusantes.
    La carte du jeu est une reprise de Paradise City mais dans une version post-apocalyptique et c'est peut-être le problème. Malgré une certaine quantité de boulot pour essayer de changer le visuel du jeu, on a vite l'impression de revisiter la même ville. Sauf que l'ambiance est moins intéressante, c'est juste vide et terriblement laid. De plus, de nombreux chemins ont été fermés, ce qui rend le déplacement d'une zone à une autre assez pénible.
    Les missions ne sont pas hyper intéressantes, et la réalisation fait de la peine à voir. C'est truffé de bugs en tout genre, et il n'y a aucune volonté de proposer un jeu bien fini. Tout semble avoir été fait un peu à l'arrache.

    Si vous êtes fan hardcore de cette licence, il y a sûrement moyen de s'amuser pendant plusieurs heures sur cette extension. Mais personnellement, je trouve cette expérience assez dispensable.
  • Bande-annonce

    The Elder Scrolls V : Skyrim - Dragonborn (2012)

    Sortie : . Aventure, action et jeu de rôle.

    Extension de jeu de Bethesda Softworks sur PC, PlayStation 3 et Xbox 360

    J'avais acheté cette extension depuis longtemps mais je ne l'avais jamais lancé (j'avais abandonné complètement ma partie de Skyrim). J'ai décidé de me refaire un nouveau perso, et j'en ai profité aussi pour faire Dragonborn.

    Le DLC ne révolutionne pas le gameplay du jeu, en soi c'est une continuité de ce qui est proposé dans Skyrim. Mais l'aventure proposée est poncutée de moments intéressants et de bonnes idées, et surtout l'ambiance est superbe. Ce mixe entre Morrowind et du Lovecraft donne un décor complètement différent de Skyrim à visiter.
    La quête principale dure environ 7 à 8 heures mais Solstheim est une île assez large avec plusieurs quêtes à accomplir, donc niveau contenu c'est assez généreux.
    C'est le genre de DLC qu'on peut acheter sans regretter.
  • Bande-annonce

    The Elder Scrolls V : Skyrim (2011)

    Sortie : . Action-Aventure et jeu de rôle.

    Jeu vidéo de Bethesda Game Studios et Bethesda Softworks sur PC, Xbox 360, PlayStation 3 et Nintendo Switch

    Bethesda a réussi à complètement ruiner sa réputation en un seul jeu l'année dernière, et aujourd'hui rien que le nom fait sourire. Et du coup, j'avais presque oublié qu'il s'agissait avant d'un vrai studio talentueux. N'ayant jamais fini Skyrim la première fois en 2011, j'ai décidé sur un coup de tête de me replonger dans l'aventure de Bordeciel en créant un nouveau personnage, ainsi qu'en installant plusieurs mods pour améliorer le gameplay et certains détails des graphismes (en faisant attention de ne piocher que les mods qui ne dénaturent pas la DA du jeu original).

    J'ai aussi fait exprès d'éviter les erreurs que j'avais commises lors de mon premier run, à savoir parler à tous les NPC, accepter toutes les quêtes et collecter tous les objets que je trouvais. Cela pourrit au final l'expérience, on ne sait même plus où on en est niveau histoire et ça faisait parti d'une des raisons de pourquoi je n'avais jamais fini le jeu.
    L'histoire principale et les quêtes de Sombrages sont bien plus intéressantes que dans mes souvenirs. Il y a plein de bons moments mémorables que je n'avais pas connu lors de mon premier run, et le jeu remonte pas mal dans mon estime.

    Le jeu est toujours aussi bourré de bugs, et il y a plein de moments où l'immersion se fait un peu détruire. Mais en échange, le jeu est rapide et c'est efficace à jouer. Après un RDR2 qui devient parfois mortellement lourdingue à jouer à force de vouloir être réaliste, ça fait du bien de se lancer dans un jeu vidéo qui n'a pas peur d'être un jeu vidéo.
  • Bande-annonce

    Samorost 2 (2005)

    Sortie : . Aventure et point’n’click.

    Jeu vidéo de Amanita Design sur PC, Mac et Linux

    Rolala, quel dommage. Le jeu a un véritable charme, il y a eu un vrai travail admirable en terme de visuel. Mais sinon, il s'agit d'un point and click catastrophique. Les puzzles sont complètement tirés par les cheveux, avec des objets à interagir qui sont parfois minuscules et à peine visibles à l'écran. Et le jeu est globalement lourd, en particulier le dernier puzzle du jeu qui nous demande de recommencer toute une série d'action si on a oublié de faire une seule manipulation. Le tout avec des bruitages agaçants en boucle.
    Ça ne dure même pas 1 heure pour finir, et ça a réussi à complètement me soûler. Mieux vaut directement jouer à Machinarium ou Botanicula si vous voulez découvrir le travail d'Amanita Design (qui ont aussi des gros soucis de mécaniques de jeu, mais ils sont quand même mieux équilibrés dans l'ensemble).