Parfois, la volonté ne suffit pas...
Je voulais lire 1984. Je voulais moi aussi accéder à l'impressionnant succès d'une oeuvre unanimement vénérée et ça y est, c'est fait.

Ce fut douloureux mais, je le crains, pas pour les bonnes raisons. Je ne souffris pas de découvrir ce monde noir et sans espoir dominé par le Parti, je souffris en tant que lectrice.

Je vais me faire lyncher, je le sens mais je vais quand même oser le dire : je n'ai pas aimé.
J'en suis la première désolée mais c'est la stricte vérité. Je me suis ennuyée, j'ai lutté dans ma lecture ; j'ai cherché la beauté d'un style tant applaudi, j'ai essayé de m'attacher à Winston et à Julia, j'ai tenté de me mettre à leur place... tout cela en vain.

Evidemment, je comprends parfaitement pourquoi 1984 a été un succès. Je comprends qu'un tel roman écrit en 1948, dans le contexte politique de la Guerre Froide, au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, ait paru et ait été révolutionnaire dans son genre, provocateur dans son style, précurseur dans son thème MAIS aujourd'hui, pour moi lectrice du XXIème siècle, le constant effort épuisant de me remettre dans ce contexte d'après-guerre en faisant abstraction des avancées technologiques qui font mon quotidien m'a demandé tellement de concentration qu'il en a gâché ma simple appréciation du récit.

C'est dommage ; il ne me reste que la très faible satisfaction de pouvoir dire "je l'ai lu donc je peux en discuter", c'est peu.

Pour modérer mon propos, je vais préciser que certains passages, malgré la terrible lenteur de la narration et le nombre infiniment petit de rebondissements au fil du récit, m'ont intéressée et que j'ai notamment pris du plaisir à découvrir l'organisation administrative du fonctionnariat du parti, l'invention du novlangue ou encore la description de la surveillance des actes et des pensées mais à aucun moment je n'ai ressenti le "froid dans le dos" qu'on m'avait promis ; je n'ai pas vibré, même dans les scènes de torture. Suis-je inhumaine pour autant ? S'il-vous-plaît, ne me lynchez pas et ne me livrez pas à Big Brother pour insoumission à la pensée unique...

Le 14 octobre 2012

110 j'aime

22 commentaires

1984
steka
10
1984

De l'actualité de 1984

En 1984, de nombreux médiatiques, visiblement intéressés au maintien d'un relatif optimisme dans les populations, s'empressèrent de clamer très fort que George Orwell s'était entièrement trompé dans...

il y a 11 ans

150 j'aime

35

1984
Ze_Big_Nowhere
8
1984

" 1984 " pour les nuls

Winston Smith en a un peu plein le cul de bouffer à la cantoche de son taf, où la bouffe fadasse et indigeste n'est pas sans rappeler le Menu Découverte du resto pour Bobos agueusiques de cette...

il y a 7 ans

115 j'aime

20

1984
Gwen21
4
1984

Critique de 1984 par Gwen21

Parfois, la volonté ne suffit pas... Je voulais lire 1984. Je voulais moi aussi accéder à l'impressionnant succès d'une oeuvre unanimement vénérée et ça y est, c'est fait. Ce fut douloureux mais, je...

il y a 10 ans

110 j'aime

22

La Horde du contrevent
Gwen21
3

Critique de La Horde du contrevent par Gwen21

Comme je déteste interrompre une lecture avant le dénouement, c'est forcément un peu avec la mort dans l'âme que j'abandonne celle de "La Horde du Contrevent" à la page 491 (sur 701). Pourquoi...

il y a 8 ans

59 j'aime

24

La Nuit des temps
Gwen21
10

Critique de La Nuit des temps par Gwen21

Je viens d'achever la lecture de ce petit livre qu'on me décrivait comme l'un des dix livres de science-fiction à lire dans sa vie sous peine de mourir idiot. Je viens d'achever la lecture de ce...

il y a 9 ans

50 j'aime

10

La Disparition de Stephanie Mailer
Gwen21
1

Critique de La Disparition de Stephanie Mailer par Gwen21

Jusqu'à présent, de Joël Dicker, je ne connaissais rien ou plutôt pas grand chose, c'est-à-dire le nom de son premier roman "La vérité sur l'affaire Harry Quebert". Depuis cette parution...

il y a 4 ans

29 j'aime

7