1984 ... c'est pour bientôt

Avis sur 1984

Avatar Miguel Martin Perez
Critique publiée par le

http://dcafeine.blogspot.be/2017/08/1984-de-george-orwell.html

"1984" de George Orwell , fut un roman qui fit date (ha ha , je voulais la caser celle-là) et qui marqua l'esprit puisqu'il nous propose , à travers un roman d'anticipation, une vision d'un monde vers laquelle nous tendons tout doucement malheureusement.

Un bouquin qui fit donc mouche et qui fut même classé dans le top 100 des bouquins genre "trop trop bien". Les mauvaises langues pourront me dire aussi que les plus grande bouse du monde sont classée dans le top 1 Millions des meilleurs bouquins ... et je ne leur donnerai pas tort. Ne perdons pas trop de temps et prenons donc le taureau par les bourses en lui faisant faire un huit aérien histoire de voire de quel bois il est fait:)

Suite à une bonne troisième guerre mondiale, la carte du monde est complètement redessinée pour n'avoir que trois supercontinent se battant à travers une guerre perpétuelle, histoire de gratter des lopins de terres se trouvant dans un "no man's land"

Winston, 39ans , brave gars, toutes ces dents, vis et travaille à Londres ; mais la terre d'Albion est devenue un monde où les libertés sont réduites et ou sévisse la servitude et la loi. Grâce à différent ministère tel que celui de l'amour (vous vous aimerez quoi qu'il vous en coûte), voire même la police de la pensée (pensez ce que je dis!) ; la liberté et le libre arbitre en a pris un coup.

A tel point que son propre travail consiste à réécrire certains passage de l'histoire, et ce afin de complaire le parti symbolisé par Big-Brother (bref le retour du négationnisme en gros)

Mais Winston s'interroge car ces pensées sont pris en tenaille entre ses souvenirs et ceux imposé par le parti.
Obligé de dissimuler ces pensées et cherchant à tout pris à se soustraire de ce parti totalitariste, il tombera néanmoins amoureux de Julia avec qui il partagera les mêmes opinions politiques et ce, jusqu'à rejoindre la "fraternité", le groupe anti Big-Brother mené par le mystérieux Goldstein.

Mais personne ne se soustrait ni ne dévie de la ligne directrice de Big-Brother ... personne; et encore moins Goldstein et Winston.

Voilà donc un roman dystopique pur-jus qui vous ouvrira les pores et vous fera bien réfléchir.
Ecrit juste après la seconde guerre mondiale, l'auteur , étant assez visionnaire, exprima sous forme de roman ses craintes et les risques de dérive que peuvent engendrer des partis politiques quand idéologie, peur et pouvoir s'entremêle. Moins de liberté individuelles, le contrôle de la procréation , abolition de l'amour, la standardisation à l’extrême ...

Réparti en trois chapitres : le monde ou la naissance, l'amour et la mort de la pensée individuel au profit d'une pensée unique; c'est très intéressant.

Le style et l'écriture sont des plus classique et n'ont pas pris une ride. Maintenant c'est pas du Shakespeare , c'est ultra basique pour tout dire. Le ton est terne, acerbe, propre à cet univers et tout à fait en corrélation avec le ton que l'auteur veut donner.

Il pourra néanmoins clairement rebuter le lecteur car le rythme est lent et laborieux, rempli de répétition. Si cela ne tenait qu'à moi, j'aurai dis qu'il aurait mérité d'être un peu allégé dans le nombre de page sous peine de perdre certains lecteurs dans le lavage de cerveaux des répétitions (nan mais on a bien compris que c'est un monde prison sur-veillé).

Le bilan ? Un roman engagé contre le totalitarisme, témoin d'une époque, et qui fait une bonne piqûre de rappel quand on voit ce qui se passe à travers le monde et dans certains pays dis "civilisé" aujourd'hui. L'ami George nous annonce le glas de nos libertés si nous n'y faisons pas attention.

Soumettez-vous, soumettez-moi!

Ps : George, merci mais la prochaine fois , fait plus cours s'il-te-plait.

http://dcafeine.blogspot.be/2017/08/1984-de-george-orwell.html

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 116 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Miguel Martin Perez 1984