Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte

Avis sur

Chanson douce

Avatar BibliOrnitho
Critique publiée par le

Deux enfants gisent sur le sol de l’appartement. C’est baignant dans leur sang que leur mère, voulant leur faire une surprise en rentrant plus tôt du boulot, les découvre.
Leur nounou – la meurtrière – est inconsciente, à côté d’eux.

Le premier chapitre de ce livre glaçant est pour le moins efficace. Très court, il plonge immédiatement le lecteur dans le drame inouï qu’il va retracer dans les pages suivantes, semaines, après semaine, mois après mois.
Myriam et Paul sont heureux. Ils ont deux enfants et Myriam s’est arrêté de travailler pour être avec eux. Mais sa condition de mère au foyer lui pèse chaque jour davantage. La compagnie des adultes lui manque. Avoir une vrai conversation, prendre une pause-café, réfléchir à autre chose qu’à la prochaine lessive ou au menu du soir, s’aérer la tête. Elle en parle à Paul qui est naturellement d’accord : engageons une nounou et trouve toi du boulot.

Défilé des candidates, entretien d’embauche. Louise convient et débarque chez eux chaque matin à 7h30 permettant à maman d’aller travailler.
Louise se révèle rapidement être une perle rare. Elle s’occupe à merveille des enfants mais, en plus, prend sur elle de tenir l’appartement dans une propreté méticuleuse. Lorsque le couple rentre le soir, il a également la joie de découvrir leur dîner préparé. Louise n’est pas simplement leur nounou, elle est aussi une domestique zélée, dévouée et disponible. Corvéable à merci. Elle devient très rapidement indispensable au couple. Mais comment faisaient-ils avant ? On finit même par l’emmener en vacances pour pouvoir pleinement profiter de la plage.

On charge de plus en plus Louise, se reposant entièrement sur elle. Louise encaisse. Et semble même en demander toujours plus. Elle fait presque partie de la famille, mais reste pourtant une employée. La frontière s’amenuise progressivement. On finit un peu par s’y perdre. Louise aussi.

Leila Slimani décrit de façon extrêmement intelligente l’évolution des personnages. L’engrenage est tellement précis, tellement juste qu’on se prend à craindre que cette histoire terrible ne soit pas tout à fait une fiction. Tout est parfaitement analysé sans que le lecteur en est seulement conscience. Tout semble couler de source et la folie s’insinue de façon insidieuse et implacable. Le travail psychologique est remarquable et servi par une écriture parfaite : l’auteur n’en fait ni trop ni pas assez. Un livre très bien écrit, sobre dans sa forme mais bouleversant dans son fond. Une histoire d’une extrême gravité qui se lit avec angoisse et avidité.

Une belle découverte. Un livre à lire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 941 fois
7 apprécient

BibliOrnitho a ajouté ce livre à 2 listes Chanson douce

Autres actions de BibliOrnitho Chanson douce