👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je n'ai jamais autant soupiré à la lecture d'un Werber. En fait, à bien y réfléchir, je n'ai jamais autant été agacé à la lecture d'un roman.
Ici, Werber est totalement en roue libre et nous propose un véritable accident industriel.
L'idée de départ aurait pu être bonne si elle ne donnait pas lieu à une histoire totalement grotesque qui ne sert qu'à ressortir tout une floppée de principes déjà lus dans les romans précédents, et enveloppés dans un anthropomorphisme délirant, des incohérences majeures (Werber s'est-il relu ?), et surtout des anecdotes pseudo historiques pompées sur des blogs fumeux sur internet. Il faut vérifier ses sources, monsieur l'écrivain !
- Non, le chat ne voit pas le spectre de couleurs comme nous ! Pourquoi faire sans cesse référence à la couleur des objets ?
- Non, Cambyse 2 n'a pas mis des chats sur ses boucliers pour vaincre les Egyptiens, c'est un canular !
- Non, César n'était pas phobique des chats !
- Non, Newton n'a pas inventé la chatière (canular!)
- Non, Louis XIV n'avait pas horreur des chats ! Non ce n'est pas Louis XV qui a interdit de brûler des chats en 1648 (même pas né !)
- Même sur le dessin animé les Aristochats vous arrivez à dire dzs conneries : O'Malley n'est pas gris !

Etc Etc. Combien de lecteurs vont tomber dans le panneau, croire qu'ils apprennent des choses intéressantes, les ressortir à leurs amis et propager de la merde ?! Vous devez savoir Monsieur Werber que vos lecteurs croient ce que vous leur dites, vous avez une responsabilité. En plus, je me souviens de vos propos dans un autre livre, disant que le danger moderne était la trop grande quantité d'information à disposition et qu'il était crucial de faire le tri. Visiblement vous n'appliquez pas vos principes en diffusant des fakes !

Quant à l'intrigue, elle vole bien bas en suivant le schéma habituel dans les derniers Werber. Un grand combat final raconté n'importe comment, et des pseudo conclusions philosophiques à la fin sur fond de référence au Sixième Sommeil, roman qui avait le mérite d'être un peu plus travaillé.

Une vraie arnaque !

caiuspupus
1
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Livres lus en 2017

il y a 5 ans

24 j'aime

3 commentaires

Demain les chats
Nizzle
6

Hier Werber

Connaissant Werber, j'étais très enthousiaste à l'idée de recevoir son nouveau roman. Un bon pavé de 320 pages comme je les aime, mettant en scène un narrateur pour le moins inattendu : un chat !, ne...

Lire la critique

il y a 5 ans

20 j'aime

1

Demain les chats
Robin-Ho_Od
6

Demain c'est trop tard.

Demain les chiens est un livre génial sorti en 1944 dans lequel l'auteur décrit l'évolution des hommes et de chiens dans des futurs proches et lointains. Des concepts philosophiques, sociologiques et...

Lire la critique

il y a 5 ans

16 j'aime

Demain les chats
DarkRegal
3

Pas de ronronnerie en vue.

j'avais mis tellement d'espoir dans ce livre, j'avais envie de revivre une aventure telle "les fourmis". Mais Bernard??? t'as foutu quoi là??? On dirais un essai de jeune écrivain qui n'a même pas...

Lire la critique

il y a 5 ans

8 j'aime

Astérix chez les Pictes - Astérix, tome 35
caiuspupus
7

Un album "épicte"!

Ca faisait 8 ans qu'un nouvel Astérix n'était pas sorti, et on peut dire que le dernier opus n'était pas bien terrible, ni au niveau du scénario, ni au niveau du dessin, bien en dessous de la moyenne...

Lire la critique

il y a 8 ans

28 j'aime

14

Demain les chats
caiuspupus
1

Une grosse arnaque !

Je n'ai jamais autant soupiré à la lecture d'un Werber. En fait, à bien y réfléchir, je n'ai jamais autant été agacé à la lecture d'un roman. Ici, Werber est totalement en roue libre et nous propose...

Lire la critique

il y a 5 ans

24 j'aime

3

La Trêve
caiuspupus
10
La Trêve

Critique de La Trêve par caiuspupus

Gros gros coup de coeur pour cette série belge produite par la RTBF, scénarisée et réalisée par trois jeunes du cru. Il y a dans cette série une vraie ambiance (on sent que les réalisateurs ont été...

Lire la critique

il y a 6 ans

23 j'aime

4