Avis sur

L'Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S.... par rmd

Avatar rmd
Critique publiée par le

Temsukeh Sansonnet Spivet, jeune surdoué de douze ans, a deux passions : la science et l'illustration. Dès qu'il peut, il trace des cartes, décortique des mouvements, dessine des planches naturalistes, et envoie ses dessins à la Smithsonian, la grande institution culturelle américaine. Ses œuvres sont si réussies que le musée, ignorant son âge, lui décerne le prix Baird, généralement destiné à un chercheur, et lui demande de venir faire un discours à Washington avant d'être en résidence pour une année.

TS, n'osant ni avouer son âge au directeur du musée ni parler de l’invitation à ses parents, décide de quitter clandestinement son Montana natal à bord d'un train de marchandises, à la manière des hobos, ces SDF américains empruntant le réseau ferré. Cette traversée, véritable parcours initiatique (TS, peu sorti de son village, n'a même jamais vu de grande ville) va être une occasion unique pour lui de faire un bilan de sa vie, de ses liens familiaux et de son rapport à la science, aussi bien par le biais de ses rencontres que par la découverte du passé de son arrière-grand-mère, première femme géologue des États-Unis.

Il suffit de tourner quelques pages pour comprendre que ce livre n’est pas comme les autres : récit de voyage d’un enfant doué pour les sciences et le dessin, la forme fait tout pour coller au fond. Le jeune n’a pu s’empêcher de gribouiller ses cartes ou ses diagrammes sur la grande majorité des feuillets : de « la salinité de cinq liquides mystère » au « système circulatoire du Limulus Polyphemus » en passant par le « bruit du train perçu comme un sandwich sonore », aucun détail n’échappe aux dessins et aux explications de TS Spivet dans les marges de son carnet de route. Loin de gêner la lecture, cet amoncellement hétéroclite d’informations augmente l’effet de réel et permet de plonger au plus vite dans l’esprit du narrateur.

Nerd absolu, la capacité exceptionnelle d’analyse de TS est bien évidemment contrebalancée par son incompréhension globale des êtres humains. Tout d'abord, la communication est difficile avec sa famille : si ce n’est pas simple avec son père, cow-boy rustre, et sa mère, scientifique tout aussi autiste, cela vire à la catastrophe avec son frère Layton, bagarreur violent qui se tue avec un fusil la seule fois où ils arrivent à jouer ensemble. Et l’arrivée à la capitale, avec la découverte d’adultes avides, fous ou manipulateurs (on regrettera d’ailleurs une opposition un peu trop manichéenne entre le Montana, simple, naturel, et Washington DC, ville complexe remplie de mystificateurs et d’arrivistes) ne simplifie rien.

Bien que n’ayant qu’un rapport très lointain avec la science-fiction (même si un improbable trou de ver surgit au milieu du livre), « L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet » devrait plaire à une partie du lectorat habituel de nooSFere : amoureux de la science, aventurier en culotte courte, ce TS rappellera à beaucoup leurs rêves d’enfant. Vision malgré tout lucide d’une Amérique passée de la conquête de l’Ouest et des libertés à la perte de ses repères, récit profondément humain centré sur la disparition d’un proche et la redécouverte d’une famille (la scène ou Spivet se présente sans raison apparente comme orphelin au directeur du Smithsonian est tout à fait emblématique), ce récit à plusieurs niveaux de lecture se déguste à la fois comme roman d’aventures, drame familial et comédie légère dans l’Amérique d’aujourd‘hui.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 170 fois
3 apprécient

Autres actions de rmd L'Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet