Couverture L'Insoutenable Légèreté de l'être

L'Insoutenable Légèreté de l'être

(1984)

Nesnesitelná lehkost bytí

12345678910
Quand ?
7.8
  1. 18
  2. 27
  3. 94
  4. 114
  5. 266
  6. 570
  7. 1468
  8. 2478
  9. 2047
  10. 1299
  • 8.4K
  • 1.1K
  • 5.7K
  • 180

L’insoutenable légèreté de l’être narre les errances de quatre êtres qui se cherchent et se perdent entre légèreté et pesanteur à Prague en 1968.

Match des critiques
les meilleurs avis
L'Insoutenable Légèreté de l'être
VS
"Alors, que choisir ? La pesanteur ou la légèreté ?"

L'insoutenable légèreté de l'être, c'est d'abord un titre magnifique, pour lequel on aurait seul envie de lire ce livre. Puis c'est l'histoire d'hommes et de femmes pris dans la Vie, traçant leur chemin, entre pesanteur et légèreté. Au fond, ils sont perdus, et leurs actions ne sont même pas les leurs : elles sont dictées par leurs peurs, les relations avec leurs parents, leurs expériences... Ils ne peuvent pas s'en empêcher, tout simplement. Comme nous tous. Tomas et Tereza, dont la...

39 3
L'insoutenable indigence

Trop de philosophie de Terminale exploitée avec les pieds (l'éternel retour de Nietzsche, un soupçon d'existentialisme de comptoir, une esquisse de réflexion sur le jugement pratique durant deux lignes, une référence au mythe d'Aristophane dans le Banquet de Platon) Trop de personnages mal dégrossis se résorbant dans leurs sexualités respectives Trop de périphrases maladroites d'où transpire l'auto-satisfaction de Kundera (les canalisations deviennent des "Venises... Lire l'avis à propos de L'Insoutenable Légèreté de l'être

17 8
Critiques : avis d'internautes (73)
L'Insoutenable Légèreté de l'être
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Simple critique

La réflexion autour de l’idée d’un éternel retour et de la légèreté de nos vies. Pour en parler, Kundera met en scène l’histoire du couple Tomas/Tereza. Partant de l’idée que nous vivons tous pour la première fois, comment savoir si ce que nous faisons est juste ? Ceci révèle la « légèreté », la futilité de nos existences. J’ai bien aimé la comparaison entre la vie et une esquisse qu’il fait... Lire la critique de L'Insoutenable Légèreté de l'être

3
Avatar JazzyZabu
8
JazzyZabu ·
Découverte
Apologie de Kundera

On a reproché ici même à Kundera de se complaire dans la méta-textualité, de débiter des truismes à la pelle, de faire de la philosophie de comptoir, de ne pas savoir se situer entre littérature et philosophie. Pardonnez-moi, intéressés, mais rien n'est plus réducteur. Quelques éclairages sur les ambitions kundériennes (en très très gros) : explorer l'existence humaine d'une façon inédite, en... Lire l'avis à propos de L'Insoutenable Légèreté de l'être

123 10
Avatar Eggdoll
10
Eggdoll ·
Ne pouvoir vivre qu'une vie, c'est comme ne pas vivre du tout !

Tereza et Tomas ! J'ai lu ce roman plusieurs fois. A chaque fois je l'aime un peu plus. J'ai vu l'adaptation, pas si mal, même si elle met de côté tout un pan de la réflexion abordée dans le roman. Normal me direz-vous ! Oui, adapter c'est faire des choix. Mais réduire L'insoutenable légèreté de l'être à une histoire de fesses (comment ça j'exagère ! Tss !) même si c'est Juliette et Daniel... Lire la critique de L'Insoutenable Légèreté de l'être

51 7
Avatar Rawi
8
Rawi ·
Critique de L'Insoutenable Légèreté de l'être par Emmanuel Lorenzi

Je ne me souviens pas exactement pour quelles raisons j’ai eu envie de me frotter à l’oeuvre de Milan Kundera, et en particulier à son roman phare : L’insoutenable légèreté de l’être. Il y a certainement une part de fascination liée à ce titre absolument splendide, comme la promesse d’un chef d’oeuvre intemporel, mais il y a aussi sans doute l’influence d’une certaine A., qui se reconnaîtra... Lire l'avis à propos de L'Insoutenable Légèreté de l'être

19 12
Avatar Emmanuel Lorenzi
8
Emmanuel Lorenzi ·
Critique de L'Insoutenable Légèreté de l'être par About

Rien de très abstrus dans l'Insoutenable légèreté de l'être, juste des dynamiques desquelles il faut bien revoir la pertinence à la baisse. Pour récapituler le procédé, deux plateaux d'une balance existentielle viennent s'ajuster tout le long du récit, dont l'un jauge la légèreté, l'autre, la pesanteur d'un trait, d'un comportement, bref, d'un caractère singulier de la condition de l'« être » :... Lire l'avis à propos de L'Insoutenable Légèreté de l'être

25 8
Avatar About
5
About ·
Toutes les critiques du livre L'Insoutenable Légèreté de l'être (73)