Couverture Le Peuple d'en bas

Le Peuple d'en bas

(1903)

The People of the Abyss

12345678910
Quand ?
8.0
  1. 0
  2. 0
  3. 0
  4. 1
  5. 1
  6. 13
  7. 61
  8. 113
  9. 72
  10. 11
  • 272
  • 42
  • 353
  • 17

1902, London, déguisé en clochard se perd pendant trois mois dans les bas-fonds de Londres, et en rapporte ce témoignage terrifiant. Loin des avenues de l'aventure, mais au plus près des réalités d'un siècle qui, décidément, commençait sous de bien sinistres couleurs.

Match des critiques
les meilleurs avis
Le Peuple d'en bas
VS
Avatar Vincent_Ruozzi
8
Chronique de la misère

1902, Jack London traverse l'atlantique pour l’Angleterre afin de se rendre par la suite en Afrique du Sud pour couvrir la guerre des Boers comme correspondant. A son arrivée, il apprend que ladite guerre touche à sa fin. Ne se laissant pas abattre, le jeune écrivain de 26 ans décide alors de se plonger dans les bas-fonds londoniens de l'East End en se faisant passer pour un marin sans le sou. De cette immersion de près de 3 mois naitra Le Peuple d'en bas,...

47 5
Avatar Myriam Veisse
5
Myriam Veisse
Critique de Le Peuple d'en bas par Myriam Veisse

De son enfance défavorisée, Jack London gardera une fibre sociale, socle de son engagement politique tout au long de sa vie. Cette fresque socio-économique du peuple londonien de l’ère post victorienne (nous sommes au moment du couronnement du fils la souveraine) s’accorde parfaitement dans son parcours d’idée. Jack London nous livre un récit, en se mettant lui-même dans la peau d’un de ces innombrables humbles du plus mal famé des quartiers Londoniens de l’époque, l’East end. Si l’ensemble... Lire la critique de Le Peuple d'en bas

1 1
Critiques : avis d'internautes (12)
Le Peuple d'en bas
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Famine antipersonnel

Les as-tu en tête ces images de Gustave Doré traçant une Londres grouillante, cisaillée de perspectives démentes, titan au souffle rauque, fourmilière chaotique, amas de figures à peine humaines entassées dans les rues, les gares et au coin d'alcôves tout juste éclairées comme autant de poupées de chiffon démantibulées errant dans leur clapier de charbon ? C’est cette Londres suintante,... Lire la critique de Le Peuple d'en bas

67 27
Avatar zombiraptor
9
zombiraptor ·
LA VIOLENCE DES RICHES : UNE INFAMIE

Comment peut-on rester indifférent à cette misère profonde décrite par JL ? Comment l'homme peut-il faire souffrir, affamer, spolier et au final dévorer, faire crever à petit feu ses semblables ? Comment croire en la bonté de l'homme et ne pas devenir misanthrope ? Comment échapper à cette réalité sordide banalisé par tant de gens ? Comment rester les bras ballants et ne pas s'indigner ?... Lire l'avis à propos de Le Peuple d'en bas

2
Avatar AdamTifrice
8
AdamTifrice ·
Découverte
A jamais abîmés, au fond de l'abîme

Jack London est un explorateur. Le grand nord, on le sait, lui a permis d'accoucher de romans célèbres qui ont bercé la jeunesse de millions d'enfants depuis des générations. Mais Jack ne s'est pas contenté d'explorer ce que la nature a de beau mais terrible. Il a aussi tenu à se fondre dans ce que la civilisation peut proposer de pire. Romancier, photographe (Phébus sort cette année un livre... Lire la critique de Le Peuple d'en bas

30
Avatar guyness
7
guyness ·
« Pour l'édification des populations bien pensantes et innocentes »

Relevant presque d'un journalisme proto-gonzo, empruntant indirectement à la sociologie (London s'intéressant semble-t-il peu à la théorie, même si son livre contribue à l'écriture d'une « histoire sociale ») et s'autorisant des envolées plus littéraires, « Le peuple d'en bas » a pour mérite principal, assez rare, sa volonté d'éduquer les riches et les éduqués auxquels il... Lire la critique de Le Peuple d'en bas

10
Avatar ubrukelig
8
ubrukelig ·
L'oeil dans l'abîme

Un écrit, un récit, une fresque, une analyse, un regard, une immersion, un témoignage... Difficile de rester de marbre à la lecture de ce texte. London dans Londres, c'est une redondance sans l'être, tout en y étant. La misère est passée au peigne fin, et loin d'être un roman, il commence presque comme tel. L'écriture est d'un style propre, du côté de l'essai sans être lourd ni universitaire.... Lire l'avis à propos de Le Peuple d'en bas

6 2
Avatar Budokick
9
Budokick ·
Toutes les critiques du livre Le Peuple d'en bas (12)
Vous pourriez également aimer...