Long, trop Lon(g)tano.

Avis sur Lontano

Avatar Jb_tolsa
Critique publiée par le

J'ai lu tous les Grangé, et ce à peu près au fur et à mesure de leur parution. C'est une sorte de rituel, une tentative désespérée de retrouver des sensations de lectures découvertes étant gamin. Parfois, ces tentatives sont fructueuses, parfois non, et c'est pourquoi ma critique ne sera pas forcément acerbe quand à cet opus raté : je ne m'attends plus à rien depuis longtemps.

Quand un livre de 800 pages de cet acabit nous tombe entre les mains, de deux choses l'une, soit l'auteur s'est perdu en longueur dans son récit et on va s'ennuyer, soit on a affaire à un chef d'oeuvre dans laquelle la description s'alterne bien à l'action.
C'est clairement la première option qui domine ici :

*Eminence grise du pouvoir, Gregoire Morvan a connu ses heures de gloire en Afrique dans les annees 80, en arretant au Zaire « l'Homme clou », tueur en serie au rituel atroce, inspiré des plus violents fetiches africains.
Quarante ans plus tard, en France, les cadavres mutilés s'accumulent : la marque de « l'Homme clou ». Le passé trouble de son père rattrape alors Erwan Morvan, le meilleur flic de la crim'. *

=> L'affaire de l'Homme-Clou : correcte mais sans plus, se perd dans de nombreux rebondissements qui n'ont pas l'aplomb de certains précédents opus, et n'accroche pas suffisamment le lecteur. De plus, on nous vend en plus de l'omnipotence du père son fils qui serait le "meilleur agent de la crim'" : l'un comme l'autre passent plus de temps à régler des problèmes annexes, des histoires de coeur voire à ralentir l'enquête qu'à s'en occuper.

=> L'ambiance : Entre meurtres, mutilations et univers SM, l'ambiance se veut noir au possible. Pour autant, elle disparaît elle aussi au fil des pages, dans le désintérêt du lecteur. On est à des milliers de lieues de "La Ligne Noire". Le pire à mon sens, c'est qu'il en ressort une certaine platitude : tout les à coté de l'intrigue sont sombres, et rabaissent la glauquitude de l'enquête.

=> Les personnages, principal défaut du livre : En cherchant à décrire toute une famille, en consacrant des chapitres entiers à chacun d'entre eux, l'auteur perd le lecteur dans des épisodes inintéressant, qu'on lit en diagonale. Pourquoi faire rentrer la soeur-pute sans lien avec cette histoire, et lui allouer autant de pages ? La même critique peut être attribuée à Loïc, le frère cocaïnomane, et à Sophia, la belle-soeur richissime, et encore plus à la mère, dont on ne saura au final rien. Sans leurs histoires respectives, en se concentrant sur ce qui compte pour l'histoire, les péripéties des deux Morvant : Grégoire et Erwan, le livre ne compterait que la moitié des pages.
Chaque personnage reste dans son rôle, et le tout nuit à l'ensemble : forcément certaines parties plaisent mieux que d'autres, et on est pris à sauter des chapitres entiers pour que çà avance.

=> La volonté du dytique : je n'ai pas suivi la sortie commerciale du livre, et j'ai donc compris seulement dans les dernières pages que le livre appelait une suite, voire plusieurs. Et c'est la pire chose que le livre pouvait me faire : en gros il m'explique que toutes les longueurs et les intrigues non élucidées étaient intentionnées. C'est une très mauvaise idée pour moi, et j'en conclue que le prochain livre sera de la même facture.

On a donc une affaire typique des romans de Grangé, et donc exactement ce qu'on était venu chercher, un thriller policier tendu et sombre. Pour autant, on s'ennuie dans les longueurs du texte et les nombreuses choses inutiles placées çà et là, et dans l'absence d'épaisseur des personnages : On referme le livre comme on l'a commencé, en attente du prochain, sans plus.

Ma critique de la suite ici : http://www.senscritique.com/livre/Congo_requiem/critique/96635141

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3671 fois
3 apprécient

Autres actions de Jb_tolsa Lontano