Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

À 10 ans, Ludo tombe éperdument amoureux de Lila, une jeune polonaise aristocrate venue en famille en vacances dans la région. Cette région, c’est la Normandie et son petit village Cléry où vivent Ludo et son oncle Ambroise Fleury, facteur mais surtout fabriquant de magnifiques cerfs-volants. Cet amour devra faire face à de nombreux obstacles dont la différence de classe sociale et surtout la guerre. Lorsque cette dernière éclate, Ludo n’aura plus qu’une obsession, celle de retrouver sa bien-aimée.


Loin d’un simple roman à l’eau de rose, Les Cerfs-volants est un pur délice littéraire. Sous la plume de Romain Gary, ce récit d’une grande finesse en devient poétique. Romain Gary est un maître des mots avec lesquels il jongle pour faire briller l’audace et la volonté de son héros Ludo. La force du récite réside aussi dans une galerie de personnages haute en couleur à laquelle le lecteur ne peut que s’attacher.


En toile de fond de cette histoire d’amour, le basculement de l’Europe dans le déchirement de la Seconde Guerre mondiale. Pointant du doigt, en autres, les résistants de la dernière heure, l’auteur, à travers Ludo, nuance la vision manichéenne dans laquelle il est facile de tomber en narrant cette triste époque. Ici, les nazis sont décrits comme humain à travers leur inhumanité. Romain Gary met à nu la part de monstruosité qui nous habite et défend les valeurs humaines.


Ce qui est triste, c’est que ce roman, incarnation de l’espoir et de la vie envers et contre tout (et tous) sera le dernier de l’écrivain. Romain Gary se suicida peu de temps après sa parution. A l’image de son pacifiste personnage Ambroise Fleury et ses cerfs-volants flottants dans le firmament, l’écrivain appelle chacun de nous à la tolérance, à la défense des valeurs morales ainsi qu'au refus de céder à la médiocrité. De porter un certain idéalisme en somme, même si l’utopisme est malheureusement toujours perçu comme un aveu de faiblesse.


Un livre apaisant que je vous recommande fortement.

Vincent-Ruozzi
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Quoi!? La littérature ne se résume pas à la science-fiction, la fantasy et le fantastique?

Créée

le 24 févr. 2017

Critique lue 3.5K fois

50 j'aime

6 commentaires

Vincent Ruozzi

Écrit par

Critique lue 3.5K fois

50
6

D'autres avis sur Les Cerfs-volants

Les Cerfs-volants
Plume231
9

Une certaine idée de la France !

On continue à rire d'Ambroise Fleury et de ses cerfs-volants, me dit M. Pinder. C'est bon signe. Le comique a une grande vertu : c'est un lieu sûr ou le sérieux peut se réfugier et...

le 28 déc. 2020

39 j'aime

13

Les Cerfs-volants
Black_Key
10

Blue Skies

"Dis, pourquoi ils volent pas tes cerfs-volants ?" S'entendre dire ça, c'était replonger dans le passé. La question était pourtant bourrée de l'innocence propre aux enfants, frappée sous le coup du...

le 5 nov. 2017

36 j'aime

7

Les Cerfs-volants
Much
8

Critique de Les Cerfs-volants par Much

Il y a longtemps que je ne m'engage plus dans la lecture d'un roman de Romain Gary avec l'illusion de l'objectivité. Les histoires qu'il a écrites m'ont trop plu et la sienne trop touchée. Je m'y...

Par

le 26 févr. 2014

6 j'aime

2

Du même critique

Whiplash
Vincent-Ruozzi
10

«Je vous promets du sang, de la sueur et des larmes»

Whiplash est un grand film. Il est, selon moi, le meilleur de l’année 2014. Une excellente histoire alliant le cinéma et la musique. Celle-ci ne se résume pas à une bande son, mais prend ici la place...

le 20 janv. 2015

190 j'aime

11

Mad Max - Fury Road
Vincent-Ruozzi
9

Sur les routes de Valhalla

Je viens de vivre un grand moment. Je ne sais pas si c’est un grand moment de cinéma, mais ce fût intense. Mad Max: Fury Road m’en a mis plein la gueule. Deux heures d’explosions, de fusillades et de...

le 16 mai 2015

182 j'aime

21

The Irishman
Vincent-Ruozzi
8

Le crépuscule des Dieux

Lèvres pincées, cheveux gominés, yeux plissés et rieurs, main plongée dans sa veste et crispée sur la crosse d'un revolver, Robert De Niro est dans mon salon, prêt à en découdre une nouvelle fois. Il...

le 29 nov. 2019

152 j'aime

10