Son succès, qui ne se dément pas, ouvrage après ouvrage, avec visiblement une fidélité farouche de ses lecteurs, est tel que l'on oublierait presque que Cécile Coulon n'a que 31 ans et déjà quelques romans mémorables à son actif (Le roi n'a pas sommeil, Trois saisons d'orage). Seule en sa demeure semble marquer la volonté de l'écrivaine de faire un léger pas de côté avec un livre qui lui ressemble toujours mais dans un cadre très référencé, celui du roman gothique, en l'accommodant à son propre style. Pourtant, d'emblée, quelque chose ne passe pas, dès l'introduction de son personnage principal, Aimée, une jeune femme qui quitte le cocon familial pour un mariage arrangé avec un riche propriétaire jurassien. La mise en place est lente et les différents protagonistes semblent beaucoup trop lisibles, voire même à la limite de la caricature, dans une intrigue du XIXe siècle qui avance sans beaucoup d'originalité par la prise de conscience progressive de l'héroïne de la chape de plomb qui pèse sur elle désormais et dont elle ne pourra pas se défaire, à moins que ... Théoriquement, l'angoisse devrait monter à mesure que les révélations se font jour et au rythme languissant du début du livre s'oppose un tempo trépidant vers son dénouement où le caractère rocambolesque des faits semble quelque peu forcé. Étonnamment, Les personnages manquent de chair et la tension n'étreint jamais complètement, Cécile Coulon ne réussissant pas, pour une fois, à nous faire partager par ses mots l'esprit (maléfique) d'un lieu, chose qu'elle a fait sans peine dans la plupart de ses textes précédents, grâce à une puissance narrative peu commune dans le paysage littéraire français actuel. Un peu trop construit et écrit "à la manière de" (plusieurs auteurs anglo-saxons viennent à l'esprit), Seule en sa demeure déçoit par son côté presque "ordinaire" au sein d'une œuvre marquée jusqu'alors par l'audace et la spécificité.,

6nezfil
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Mes livres de 2021

Le 6 septembre 2021

7 j'aime

Seule en sa demeure
6nezfil
5

Maléfices d'un mariage arrangé

Son succès, qui ne se dément pas, ouvrage après ouvrage, avec visiblement une fidélité farouche de ses lecteurs, est tel que l'on oublierait presque que Cécile Coulon n'a que 31 ans et déjà quelques...

il y a 1 an

7 j'aime

Seule en sa demeure
LouKnox
7

Critique de Seule en sa demeure par Lou Knox

Est-ce pour la couverture que ce livre capte l'attention tel ce petit lapin pris dans les phares de ta potite twingo violette de 1998 ? Est-ce à cause de l'intarissable sympathie qu'on éprouve...

il y a 1 an

4 j'aime

3

Seule en sa demeure
ManonRosario
9

Seule en sa demeure, Cécile Coulon

Aimée a 18 ans quand elle épouse Candre Marchère, un homme riche, très pieux et de bonne réputation : l’époux parfait. Ce mariage représente le passage à l’âge adulte mais c’est aussi pour Aimée un...

il y a plus d’un an

4 j'aime

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

il y a 1 an

63 j'aime

12

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

il y a 2 ans

55 j'aime

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

il y a 3 ans

55 j'aime

9