Le Crystal nous appelle de nouveau !

Avis sur Dark Crystal : Le Temps de la résistance

Avatar PhenixduXib
Critique publiée par le

Oui, cette note est à 1000% subjective !
Il est vrai que je me serais plus honnêtement laissé tenter par un 9 couplé d'un coup de cœur mais bon dieu !!! On parle tout de même de l'univers de Dark Crystal ! On voulait un fils et nous avons un digne héritier au travail de Jim Henson et Franck Oz ! Nous avons Dark Crystal : Age of Resistance...

Passé l'excitation plutôt pâlotte de l'introduction transposée à l'écrit - il est dommage que je ne puisse vous hurler ma hype incontrôlée - passons à quelque chose d'un peu plus construit et sérieux.

En 1982 sortait le mythique et meilleur film de Fantasy (à titre personnel, j'entends bien) nommé Dark Crystal, créé par Jim Henson et Franck Oz pour me répéter. Et autant le rappeler pour ceux du fond, ce film a été une très grosse claque visuel, technique et scénaristique ! De plus, le film bénéficiait de l'excellent travail de Trevor Jones qui nous a offert un soundtrack absolument extraordinaire. Les marionnettes de Gelflings, Mystiques et Skeksès ont fait rire, émerveillé et effrayé les petits comme les grands. Et puis plus rien... Un chef d’œuvre dont on ne pensait plus jamais avoir de nouvelles malgré un lore des plus complexes et complets. Jusqu'à la motivation de Louis Leterrier, réalisateur français ayant décidé de reprendre le flambeau avec la bénédiction de la fameuse Jim Henson Compagny et nous offrir un nouveau voyage à Thra. Et ce que l'on aurait pu croire un magnifique rêve est devenu réalité !
Dark Crystal : Age of Resistance, série Netflix sortie il y a seulement quelques jours et servant de préquel au film de Jim Henson. Et mon dieu, quelle série ?! Mais quelle série ?!
D'un côté excité, d'un autre craintif, je me suis empressé (mais pas trop vite) de visionner la série et les 10 épisodes de la plausible saison 1 viennent seulement de commencer à être digérés. Si la découverte du film a bouleversé ma vision de la Fantasy, la série ne fait que renforcer ma passion démesurée mais légitime envers cet univers.

Cette série fait donc office de préquel, dans un temps où les Gelflings foulaient encore Thra, vouant un profond respect aux gardiens du Crystal de Vérité : les seigneurs Skeksès (oui, j'écris cristal crystal, et alors ?). Mais la folie de l'empereur va vite faire surgir une effroyable vérité et les Gelflings, alors en danger, vont devoir rejeter tout ce qu'ils croyaient vérité et s'allier contre un ennemi commun. C'est une des missions que trois Gelflings ont reçu de Aughra, première gardienne du Crystal, afin de sauver le monde de Thra.
Comme à mon habitude, pas plus de sp... Non, en fait, je ne sais pas si je vais pouvoir résister à la tentation tellement elle est puissante ; SPOILERS POTENTIELS, vous êtes prévenus !

Tout d'abord, comme beaucoup d'autres peut-être (sûrement au vue des notes et des critiques croisées jusque là) et dès que j'en ai entendu parler, j'ai attendu avec une impatience folle cette série, ayant un profond respect pour le film. Et, spoiler, je n'ai absolument pas été déçu !

Il est vrai cependant que j'ai plus d'une fois eu des craintes, notamment - et ce sera mon premier point - sur l'histoire. En grand amateur de lore, je dois avouer avoir, et ce dès le premier épisode, été crispé. Il fallait absolument (pour ma part, j'entends par là) que la série réponde au film et, dans un sens, vice-versa. Et autant dire que j'ai eu plus d'une frayeur mais c'est bon ! Globalement - car il reste des éléments discutables qui seront, si nos prières sont entendues, démêlés lors de la deuxième saison - nous avons une logique scénaristique des plus épatantes avec, en prime, la possibilité de découvrir la série sans avoir regardé le film (mais bon, je considère cela comme un sacrilège, un blasphème) et ça, c'est déjà un excellent point ! La série peut - à voir à l'avenir - se suffire à elle-même malgré quelques références tape-à-l’œil. Pour ce qui est de l'histoire, nous voulions des explications quant aux événements du film, nous en avons grâce à cette série : la corruption de Thra et du crystal, la séparation des Urskeks (là par contre, faut avoir vu le film/la série)... Du côté de la "grande histoire", on ne saurait demander mieux. Pour la "petite histoire" ; celle qui n'est mentionnée dans le film ; nous sommes également bien servis avec un aperçu de l'entente entre les différents clans Gelflings, leurs cultures, traditions, rites... Mais aussi pas mal de nouveautés "secondaires" sur la faune, la flore... en bref, sur le lore de manière générale.
Associées, ces deux histoires forment un conte haletant et grandiose, nous invitant à une fabuleuse épopée en Thra, et une épopée bien plus rythmée et énergique que ne l'était celle du film de 1982. En effet, le rythme semble être mieux géré, évitant les temps morts un peu trop morts justement ; là où le film semblait aussi abordé des thèmes plus sérieux, la série ne se cache pas de nous faire rire par de nombreuses situations burlesques ou des dialogues bien réfléchis. Néanmoins, elle sait parfaitement alterner entre passages drôles, moments de dégoûts (et mon dieu, il y en a à la pelle), séquences dramatiques... et ainsi de suite.
De plus, je salue le couplage avec la trame du livre Les Ombres du Dark Crystal qui m'a laissé bouche bée. C'est un vrai plaisir que de voir ces deux quêtes se réunir le temps de quelques épisodes ! Je saluerai également d'une mention spéciale un élément que j'aurais très bien pu présenter dans la partie dédiée aux effets et aux techniques mais que diable ! Une mention spéciale donc pour l'extraordinairement bien pensée mise en abyme : le spectacle de marionnettes donné par les marionnettes de la série !
En clair, côté scénario, si ce n'est quelques questionnements ou sourcils arqués, nous nous évadons sans peine, transporté par cette quête des plus remarquables. On regrettera peut-être quelques "deus ex machina" d'une subtilité spéciale ou encore d'éléments plus importants découverts bien trop rapidement :

la découverte du fragment de Crystal, même si son apparition donne une petit pincement d'excitation, soulève pas mal d'interrogations.

Pour les personnages maintenant.
Quelle joie ! Quelle joie de retrouver les grandes figures emblématiques du film, notamment du côté des Skeksès ! L'Empereur, le Savant, le Bibliothécaire... Le Chambellan ! Et en plus de ces retrouvailles, nous sommes encore plus joyeux que leurs caractères, attitudes et, bien évidemment, visuels sont remis au goût du jour : ils sont bien plus, si ce n'est 100 fois plus vivants (les techniques actuelles ayant énormément jouées mais nous y reviendrons en temps et en heure). Pour poursuivre avec les Skeksès, il est aussi admirable de souligner qu'ils sont plus complexes que dans le film. Si nous avons des seigneurs complétements dingues, fixés sur la corruption et l'obscurcissement, il est agréable de voir certains seigneurs (dont les mentions spéciales s'adressent au Chambellan et au Savant) plus difficiles à cerner, pas complétement maléfiques en un sens car ce sont les seuls à remettre en question la cassure dans l'équilibre de Thra. D'autant plus que le travail d'écriture du Chambellan est remarquable, à tel point que je l'ai surnommé le "Littlefinger de Thra".
Pour continuer du côté des visages familiers, nous retrouvons bien évidemment Aughra, la gardienne du Crystal, qui n'a pas changé dans sa manière de se comporter ou de s'exprimer, pour notre plus grand plaisir. Elle semble par ailleurs bien plus puissante et "utile" que dans le film, à l'image d'un Istari rassemblant ses Hobbits contre les généraux du seigneur Sauron (j'ai réellement eu ce parallèle en tête lors du visionnage de la série). La relation entre Aughra et les Skeksès est également mieux travaillé et l'on en apprend un peu plus, de qui ajoute à notre plaisir. Les Mystiques font également leur retour mais pas ceux du film, du moins pour le moment...

Et tant que l'on en est là, une mention spéciale pour le duo nommé Hérétique/Vagabond ! Ce Skeksès et Mystique (les êtres complémentaires ; autrefois ayant former un seul et même Urskek) sont de très loin la meilleure idée et la plus belle surprise que l'on aurait pu avoir !

Mais que serait une série Dark Crystal sans... les Podlings. Oui, ces fameux Hobbits de Thra comme j'aime les comparer. Toujours aussi joyeux et disposés à faire la fête. Certes, ils font plaisir à revoir mais je voulais avant tout parler des Gelflings et des trois principaux (en passant, les nouveaux personnages sont également fantastiques (et très très bien réalisés, notamment pour ce qui est des fluides corporels) et plutôt bien amenés dans l'histoire, ce qui me force à octroyer une nouvelle mention spéciale au Skeksès dit "Le Chasseur", le plus badass que l'on nous est jamais servi, le véritable fils de Legolas [en espérant en avoir terminé avec ces références bien trop évidentes au Seigneur des Anneaux/Le Hobbit]) : Rian, Brea et Deet. Nous sommes, en effet, très loin du duo Jen-Kira mais est-ce vraiment comparable ? Je ne pense pas ! Il en est que ce trio à tout pour plaire : une détresse commune, un soutien mutuel, une bonne entente et

une possible romance ? (par contre, j'ai l'impression que ça part en pentagone amoureux... Ma foi, c'est assez originale)

Charismatiques et attachants, ces trois personnages font plaisir à voir et à suivre.

Venons en à présent à la partie réservée aux effets spéciaux.
Quel plus bel hommage au film de 1982 que de proposer une série entièrement réalisée avec des marionnettes ? Très sincèrement, c'est à mon sens le point fort de la série comme il peut être le point faible pour d'autres. En effet, il ne faut pas oublier que, si le film de Jim Henson a eu un immense succès, il était très (voire trop) original pour l'époque et nous allons peut-être revivre la même chose aujourd'hui, à une ère où les productions cinématographiques ou télévisées croulent sous les effets spéciaux. Alors, réaliser une série avec uniquement des marionnettes est un pari risqué mais un pari audacieux qui m'a complétement séduit tout comme m'avait séduit le film. D'autant plus que, comme beaucoup avant moi l'ont fait remarquer, les techniques ont eu le temps de changer et de se perfectionner : les mouvements des marionnettes est bien plus fluides dans la série que dans le film. Nous avons le droit à des plans larges où les marionnettes se déplacent, combattent ou courent à couper le souffle - même si, de temps à autre, nous aurons le droit à de la 3D qui n'empêche cependant en rien au résultat donné, toujours époustouflant !
Très franchement, la précision sur les mimiques, les traits du visage est si minutieux que l'on ne peut qu'applaudir les efforts de l'équipe technique. Par contre, on peut leur taper sur les doigts pour ce qui est des zooms sur les jambes de Podlings/Gelflings en train de marcher ou de courir ! Mon dieu, que ces séquences sont ratées et c'est presque dommage car le reste tend vers la limite de la perfection... On regrettera donc un court instant de voir l'action et la magie de l'animation être coupé par ces scènes d'une seconde ou deux.
Outre cela, c'est une véritable prouesse !
Il en va de même pour les effets spéciaux, généralement réservés pour le Crystal de Vérité, et je me dois de dire un mot sur la faune, la flore... sur les décors !
J'ai été ébahi par le film sur ce plan-ci mais je dois avouer que la série a passé son temps à me distribuer des paires de baffes. C'est absolument merveilleux ! Les décors sont sublimes, le jeu des lumières exquis, le souci du détail se fait ressentir dans chaque plan, dans chaque lieu ! La flore est superbe et la faune - si l'on retrouve des créatures symboliques du film - l'est encore plus avec des créations inventives et surprenantes. On sent un travail acharné afin de rendre Thra quasi vivant et ne tournons pas autour du pot plus longtemps, le défi est totalement accompli !

Mais la véritable force du film était sa bande son. Le génie de Trevor Jones avait offert un thème absolument récurrent (plus d'informations sur le soundtrack de Dark Crystal - le film) dans le domaine de la Fantasy (du moins, de manière personnelle si ce n'est universelle). En apprenant la participation de Daniel Pemberton, qui m'avait surpris et scotché avec son travail sur le film
Le roi Arthur : La Légende d'Excalibur au soundtrack de la série, je me suis vraiment dit qu'on allait atteindre le septième ciel avec une création musicale à couper le souffle.
Je n'ai jamais été autant DÉÇU de toute ma vie !!!
Alors attention ! Ne me faites pas écrire ce que je n'ai absolument pas pensé ! La musique de la série est sublime, immersive et la présence de quelques chants finit par nous faire craquer (une mention spéciale au chant funéraire qui est de toute beauté ; je n'ai malheureusement pas le titre en tête). Mais je m'attendais à une reprise, une référence, un hommage au thème principal du film, le fameux "Overture" de Trevor Jones ! A la place : un thème, certes, qui possède un charme incomparable mais qui est loin de toute la puissance de l'ancien thème et surtout, ce qui m'a le plus frustré, c'est qu'on entend bien l'ancien thème dans la série ! On entend quatre pauvres notes dans le prologue et dans le générique du dernier épisode... Mais ? Mais quoi ? Pourquoi ? POURQUOI ???
Ma déception est sans nom malgré une bande son qui parvient sans mal à hisser cette série vers les plus grandes créations de Fantasy.

Dark Crystal : Age of Resistance est une série à double tranchant.
D'un côté, elle rassemblera les fans du film, ça ne fait absolument aucun doute mais de l'autre, elle laissera perplexe le nouveau public qui ne sera pas forcément attiré par les marionnettes. Comme déclaré plus haut, c'était un risque. Mais un risque qui va faire replonger en enfance et en rêve une génération et qui pourra peut-être attiré de nouveaux passionnés qui découvriront un peu tardivement le film. Cette série est une réussite absolue, la suite (ou du moins, le préquel) ultime et respectueux d'une œuvre maîtresse d'un réalisateur talentueux. A ne pas se tromper (mais on prie tout de même), il est fort probable qu'une saison deux fasse son apparition - le plus tôt sera le mieux pour mon petit cœur. Avec elle, une promesse de faire revivre un monde oublié, parfois négligé. Cette série se propose comme un après Game of Thrones et si elle ne le dit pas (ou veux pas) directement, elle le fait indirectement. Comme pour le film de 1982, je recommande cette série absolument magnifique qui promet tant de belles choses que l'on aurait presque envie de ne jamais voir la fin. A ne pas se tromper, si Jim Henson était encore en vie, il l'apprécierait et comme nous, repartirait vers ce monde étrange et mystérieux, à la rencontre du Crystal de Vérité.
Et n'oubliez pas que la Fantasy nous appartient !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 539 fois
4 apprécient

PhenixduXib a ajouté cette série à 1 liste Dark Crystal : Le Temps de la résistance

Autres actions de PhenixduXib Dark Crystal : Le Temps de la résistance