👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

[critique faite après le visionnage de la première saison uniquement]
Black Mirror est une série de trois moyens métrages ayant pour fil rouge l’influence néfaste des medias et des nouvelles technologies sur nos vies. Le postulat de départ est simple, lucide et critique. Au fond, il n’y a pas de quoi se relever le nuit tellement il est quasiment impossible de nos jours de ne pas constater tous les effets pervers de nos moyens de communications actuels (télé, internet, facebook et compagnie).

Seulement voilà, les trois pans de Black Mirror sont brillamment réalisés et parviennent malgré tout à surprendre et surtout à mettre vraiment mal à l’aise. C’est le premier constat que je peux faire de cette série, notamment avec le premier « épisode » qui parvient à tordre l’estomac comme très peu de films peuvent le faire. Une fois le générique de fin défilant sur l’écran, il est difficile de s’expliquer comment 50 minutes de film ont pu autant nous raconter, nous retourner qu’un long-métrage de 2 heures.

J’avoue que le second opus est mon préféré des trois car bien que déroulant une trame classique, il possède un univers totalement maîtrisé dans un contexte d’anticipation vraiment bien taillé. J’ai beaucoup aimé le personnage principal qui parvient (encore une fois) à surprendre, même si avec le recul on se rend compte que la trajectoire qu’il emprunte est inévitable. Cela nous rappelle combien notre cerveau veut toujours rechercher l’espoir là où il est fatalement absent, et tricoter des scénarii qui, même si tragiques, ne seront jamais aussi désespérants que la réalité.

Seul le troisième métrage est un peu plus faiblard, même si non dénué de qualités et parvenant à bien anticiper ce à quoi notre futur pourra ressembler. Il est construit autour de la paranoïa et ici, la technologie n’est qu’un outil et non la clé du scénario. Ainsi, on peut aisément se dire que l’histoire de base pourrait très bien se passer même sans l’apport de cette technologie. La jalousie, la colère, le sentiment de trahison et d’abandon sont malheureusement le lot de l’être humain même sans gadget électronique.

Malgré cela, je trouve qu’il boucle parfaitement cette trilogie glaçante et sombre sur le devenir de l’Humanité qui n’a de cesse de se confronter à des miroirs déformants et des écrans dans lesquels le virtuel, le superficiel ne sont finalement que l’écho d’une société qui part en vrille.

Before-Sunrise
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleures séries de 2012 et Séries suivies en 2017

il y a 9 ans

100 j'aime

9 commentaires

Black Mirror
TheBadBreaker
7
Black Mirror

I fear the day that technology will surpass our human interaction

Avant de commencer, je dois dire que je ne savais pas trop quoi penser du concept. Je me demandais s'il était judicieux pour une série de faire des épisodes indépendants les uns des autres, avec...

Lire la critique

il y a 8 ans

111 j'aime

11

Black Mirror
Before-Sunrise
8
Black Mirror

L’Homme, ce sac à puces

[critique faite après le visionnage de la première saison uniquement] Black Mirror est une série de trois moyens métrages ayant pour fil rouge l’influence néfaste des medias et des nouvelles...

Lire la critique

il y a 9 ans

100 j'aime

9

Black Mirror
Liehd
5
Black Mirror

En un miroir explicitement

Avant d'appréhender une oeuvre comme Black Mirror, il convient de se poser la question qui fâche : pourquoi un auteur se pique-t-il de faire de l'anticipation ? Réponse : parce que c'est un genre...

Lire la critique

il y a 6 ans

96 j'aime

37

Mon voisin Totoro
Before-Sunrise
10

Parce que j'ai 6 ans.

Totoro est sans doute mon Miyazaki préféré (avec Ponyo). Certes, il en a fait des plus classieux (Porco Rosso), des plus fouillés (Chihiro) ou des pleins de messages (Mononoké) mais celui-ci...

Lire la critique

il y a 11 ans

179 j'aime

51

Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain
Before-Sunrise
10

Méli-Mélo

Le film qui m'a fait découvrir les sot-l'y-laisse. Donc 10/10. Bon trève de plaisanterie, je me dois de rédiger une "vraie" critique d'Amélie Poulain. Après l'avoir vu 5 fois, je crois que je m'en...

Lire la critique

il y a 11 ans

168 j'aime

39

Spring Breakers
Before-Sunrise
1

Halt Disney

Le film démarre comme un clip de MTV, avec de la musique merdique et la caméra qui tremble. Il n’y a pas de dialogue, juste des cons qui sautent à moitié à poil en buvant de la bière (yeaah on se...

Lire la critique

il y a 9 ans

159 j'aime

38