Le premier épisode est la chose la plus terrifiante qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps. Une menace sourde s'empare de la pellicule dès les premières secondes. Tellement terrifiant que l'appréhension de l'insoutenable commence à éclore, la crainte que Craig Mazin se cantonne au démonstratif et nous montre la même scène en boucle pendant 5 heures. Tu t'approches trop de la centrale = tu vas mourir par dissolution interne. Au suivant.


Pourtant, il est ardu de saquer le show tant il est solide, entier de bout en bout dans sa logique dénonciatrice et d'une sobriété exemplaire dans le même temps. "Chernobyl" est factuel, froid, terrestre, minéral. La série parviendrait même à personnifier une certaine "russitude", notamment par ses environnements réels, alors même qu'elle est filtrée par le prisme américain. Ils ont même choisi les acteurs qui vont avec, pas vraiment profilés comme des voitures de sport, pour faire honneur à la sobriété soviétique (sans doute...), et ils sont tous particulièrement justes et habités. Tout est donc parfaitement maîtrisé, mais malgré tout, consciemment ou pas, orienté. Il ne faut pas s'étonner que les russes grognent tant la série tape fort, avec raison ou pas, peu importe, sur les responsabilités de l'État et des appareils, même si elle n'oublie pas l’erreur humaine et qu'il est rigoureusement impossible que les russes parviennent à faire une série mieux tenue et plus objective.


Il est finalement primordial que cette histoire soit contée et vue par un maximum de monde. "Chernobyl" est en ce sens essentiel et met en image une peur cachée globale bien plus prégnante qu'il n'y parait, un effroi qui explique aussi et en partie une telle résonance avec le public.


Mais "Chernobyl" est malgré tout très américain dans sa manière d’identifier le bien, le mal et de les opposer dans la quête rédemptrice de la vérité contre le mensonge. Même si le scénario est très habile à ne pas être trop manichéen et si Greg Mazin répertorie les faits avec un maximum de soins, certains raccourcis se font jour, par exemple, le fait de synthétiser les dizaines de scientifiques qui ont soutenu Legasov en une seule personne, l'irréprochable Emily Watson.


La vérité sur la plus grande catastrophe engendrée par l'Homme (à ce jour) reste insondable et "Chernobyl" de se concentrer sur son nœud dramatique qui s'étale de tout son poids. Les subtils rapports humains de ses personnages secondaires, exposés petit à petit par une caméra appliquée, sont aussi étrangement succincts, comme si l'objectivité nécessaire au déroulé des faits les estompait alors que surplombe la charge envers "la manière russe".


Débuter le show avec en tête le nom du réalisateur de "Scary Movie 2" et "3", "Super Hero Movie" et autre "Cowboy Ninja Viking" aux commandes impose de suite une certaine prudence alors que "La bataille de Tchernobyl", référence absolue, aide aussi à tempérer les envolées sensorielles trop fictionnelles.


Malgré cela, la série se doit de faire sa démonstration et impose au spectateur le devoir de bien comprendre tous les enjeux de la catastrophe. L'atome est l'énergie la plus formidablement porteuse mais aussi la plus dangereuse jamais conçue par l'Homme, tout comme l'esprit brillant de Legasov n'empêche pas sa faillibilité.


Au final, Chernobyl est une série poids-lourd qu'il est difficile de réfuter mais je ne doute pas que certains esprits critiques y verront une simplification de l'Histoire trop démonstrative et moralisatrice, bien dissimulée derrière sa démarche scientifique et factuelle irréprochable et la sobriété de sa parfaite mise en scène.

drélium
8
Écrit par

Le 14 juin 2019

98 j'aime

3 commentaires

Chernobyl
Sergent_Pepper
9
Chernobyl

Science, inconscience, ruines et larmes

Malin, malin, malin… le mot ne cesse de revenir à l’esprit, dès l’ouverture de ce petit fleuve de 5 heures pour une immersion dans les eaux contaminées de l’Histoire. Maline, cette idée de...

Lire la critique

il y a 3 ans

140 j'aime

10

Chernobyl
drélium
8
Chernobyl

Soft Power Plant

Le premier épisode est la chose la plus terrifiante qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps. Une menace sourde s'empare de la pellicule dès les premières secondes. Tellement terrifiant que...

Lire la critique

il y a 3 ans

98 j'aime

3

Chernobyl
guyness
8
Chernobyl

Dies iradie

Le 26 avril 1986, alors que des tubes aussi prémonitoires que "ouragan", "burning heart" ou "in the heat of the night" inondent les ondes françaises, une extraordinaire combinaison de bêtise humaine,...

Lire la critique

il y a 3 ans

97 j'aime

17

Drive
drélium
5
Drive

Dry

Une masse du public en extase, une presse dithyrambique, une moyenne SC indolente, un paquet d'éclaireurs divers et variés quasi unanimes en 8 et 9. Même le projectionniste avant la séance me sort un...

Lire la critique

il y a 11 ans

197 j'aime

85

World War Z
drélium
2
World War Z

Brade pire.

Misérable. Pire film de zombies. Je m'attendais à rien et j'ai eu rien. J'ai même eu plus que rien, ou plutôt moins que rien. Il n'y a rien. Les seules scènes valables sont les trois moments...

Lire la critique

il y a 9 ans

177 j'aime

65

Requiem pour un massacre
drélium
10

Va et regarde la guerre

Il y a peut-être un micro poil trop de gros plans de visages pétrifiés qui mettent en évidence un fond légèrement binaire comparé à d'autres œuvres plus ambigües et analytiques. Il n'est pas question...

Lire la critique

il y a 11 ans

169 j'aime

18