Une série comme celle ci,une fois la première saison achevée, me fait irrémédiablement penser que les amoureux de Fantasy (au sens large) ne doivent plus rien attendre d'Hollywood en particulier ni du cinéma en général. Cette série enterre tout ce qui a été tenté sur grand écran depuis des décennies.
Le Trône de Fer c'est comme retomber amoureux du genre, se passionner pour tout ce que l'on voir à l'écran et d'avoir à nouveau l'esprit vagabond quant aux non dits ou aux non vus. Le plaisir de contempler une intrigue solide et des personnages parfaits, de se laisser balloter entre les enjeux et les conséquences des buts de chacun.
Il faut donc s'attendre à ce que Le Trône de Fer marque les esprits pour très longtemps, ce n'est que justice face au travail accompli sur les 10 premiers épisodes et naturellement l'attente de seconde saison se fera avec la plus fervente impatience.


[MAJ] La fin de la saison 2 approche, avec un 9ème épisode d'une puissance rare qui retire la frustration de n'avoir jamais vu de siège ni d'affrontements à grande échelle. En un peu plus de 50 minutes cet épisode frappe fort (au sens premier comme figuré) et renforce un peu plus les attentes pour les futures saisons.
Le monument reste sur sa stèle.


[MAJ] Saison 3 en cours, multiplication des personnages et des intrigues, développement de certains et mise de coté d'autres, réponses à quelques questions et nouvelles interrogations...wait and see.
Fin de la saison 3, l'attente va être longue : certains personnages voient leur destinée s'affirmer d'autres franchement s'embourber, cette 3ème saison d'excellente facture a le même penchant que la seconde. Un avant dernier épisode qui atteint des sommets, le dernier épisode traçant la trame de la future parution.
Le monument reste sur sa stèle, la foule autour s'amasse pour le contempler !


(Maj 5 ans plus tard)
Le monde est dans l'attente d'une ultime saison. Une attente longue, longue comme un hiver glacial un hiver rude et qui semble sans fin.


De l'eau a coulé sous les ponts, du sang et des larmes aussi. Got reste à juste titre comme une production majeure de cette décennie. Certains épisodes sont à n'en pas douter ce qui s'est fait de mieux depuis très longtemps et continuent d'écraser sous sa violence et sa maestria les sorties cinéma.
J'ai suffoqué pendant la guerre des bâtards, un frisson d'effroi teinté de fascination m'a traversé lors de la démonstration de force d'une reine à dos de dragon.
Je me suis surpris à ne pas souhaiter la mort de certains tout comme je souhaiterais bien à d'autres d'échouer.
C'est à ce moment précis que je me dis que cette série bien que monstrueusement suivie ne renie jamais son ambivalence et qu'ici le manichéisme n'a pas lieu d'être. Les décisions et les mensonges, les manipulations et les luttes de pouvoir trouvent en partie leurs issues.
Le Rendez-vous est pris pour 2019, à ce moment là il faudra gérer les adieux...

S_Plissken
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Top 10 Séries et Les meilleures séries de 2012

Le 30 mai 2012

80 j'aime

17 commentaires

Game of Thrones
Kevan
5

Dans le livre un héros, à la télé un hareng...

Mettons nous d'accord : Game of Thrones part avec des avantages non négligeables. Un sujet en or, une intrigue aux petits oignons, certains acteurs qui n'ont plus rien à prouver, le soutien d'HBO, la...

Lire la critique

il y a 8 ans

156 j'aime

37

Game of Thrones
MatthieuS
10

And now my watch is not going to end

Game of Thrones n’est pas une série banale. Bien qu’elle n’ait pas le plus gros budget de l’histoire des séries télévisées, ni même les meilleurs salaires pour ses acteurs, elle est considérée à...

Lire la critique

il y a 5 ans

153 j'aime

123

Game of Thrones
Anyo
8

(R)évolution télévisuelle

HBO a régné sur le petit écran pendant une bonne dizaine d'années avec des séries comme "Oz", "Les Sopranos", "Six Feet Under", "The Wire", "Deadwood" et j'en passe. Avec l'arrêt des "Sopranos" et...

Lire la critique

il y a 10 ans

141 j'aime

24

The Thing
S_Plissken
10
The Thing

Critique de The Thing par S_Plissken

La grande majorité des films de Carpenter partent d'un conflit, un conflit qui tend à supprimer l'individu au profit de quelque chose de plus global et surtout de maîtrisé. En somme le cinéaste n'en...

Lire la critique

il y a 9 ans

61 j'aime

10

Vol au-dessus d'un nid de coucou
S_Plissken
10

Critique de Vol au-dessus d'un nid de coucou par S_Plissken

McMurphy est un électron libre, il tente de se soustraire à la prison est choisissant l'option hôpital psychiatrique mais les fenêtres ici aussi ont des barreaux. Il va aussi découvrir que les...

Lire la critique

il y a 9 ans

59 j'aime

4

Seven
S_Plissken
10
Seven

7 deadly sins, 7 ways to die

Fin de l'obscurité, fin d'un film, dehors la pluie venait de cesser. Les rues brillaient, la foule réapparaissait, les parapluies se fermaient. Peu à peu toute la ville reprenait son ronronnement...

Lire la critique

il y a 12 ans

57 j'aime

12