👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Il faut d’abord prévenir les fans de Bergman et de son séminal "Scènes de la Vie Conjugale" : contrairement aux effets d’annonce et à la traduction de son titre en français, "Scenes from a Marriage" n’a pas grand-chose à voir, ni dans le fond, ni dans la forme, avec le chef d’œuvre bergmanien. Après un premier épisode qui reprend, en effet, le thème du dîner entre deux couples, Hagai Levi, créateur et scénariste de cette mini-série, fait ce qu’il sait faire de mieux depuis "Be Tipul", c’est à dire une approche exhaustive, très professionnelle et néanmoins sensible de la psychothérapie… appliquée cette fois à un couple en perdition.

Ceci posé, nous sommes en face ici d’un très beau travail de toute l’équipe de la série, en commençant bien entendu par la justesse de l’écriture de Levi qui dépasse aisément les poncifs du malaise du couple contemporain – sujet des plus usés et ayant donné lieu à tellement de mauvais films, en particulier en France, qu’il effraie d’emblée – livre une analyse totalement pertinente de l’hystérie et de la perversion narcissique au féminin. Ces affections, elles aussi bien connues par les psychothérapeutes, mais souvent ignorées dans la vie quotidienne par ceux qui en sont victimes, sont ici parfaitement incarnées par une Jessica Chastain, qui n’a peut-être jamais été meilleure que dans le rôle de cette femme jouant à détruire son couple pour provoquer une réaction de son mari, et se retrouvant – en particulier dans le quatrième épisode passionnant, sommet de la mini-série – piégée par le mécanisme destructeur qu’elle a mis en branle et qu’elle croyait contrôler.

Toutes les critiques ont pointé avec justesse la complicité entre Chastain et Isaac, proches amis dans la vie et issus de la même école d’acteurs, et il est vrai qu’il est magnifique d’observer le travail de ces deux vrais “grands” qui nourrissent leurs personnages de leurs liens dans la réalité : ils portent régulièrement "Scenes from a Marriage" vers les sommets, et constituent la meilleure raison de regarder la mini-série…

Pour le reste, c’est à dire au-delà de ce qui est ici au centre, ces cinq dialogues ininterrompus d’une heure entre un mari et une femme qui s’aiment, se désirent, et n’arrêtent pas sans jamais y arriver vraiment, de se quitter, on sera nettement moins enthousiaste vis à vis à de nombreux aspects de la série. Le choix de protagonistes très aisés, faisant partie d’une certaine élite financière des USA, les privera certainement de l’empathie de nombreux téléspectateurs ; le fait de faire clairement de la femme la source du conflit, alors que l’homme souffre avant tout des travers classiques de l’éducation judaïque – bien connus de tous les fidèles du cinéma de Woody Allen – mais recueille la plupart du temps notre sympathie, est également un peu gênant ; quant à l’idée d’une mise en abyme de la fiction en encadrant les chapitres de brèves introductions ou conclusions montrant – ou plutôt prétendant montrer – le filmage, l’équipe technique et les acteurs dans notre monde du Covid19, elle a tout d’une coquetterie arty, d’un geste artistique complètement inutile, car sans aucun impact sur le récit ni sa perception par le téléspectateur.

Mais la plus grosse déception d’une série qui ne fera finalement que frôler occasionnellement l’excellence, c’est bien sûr son cinquième chapitre, ennuyeux et inutile, voire illogique par rapport à tout ce qui a précédé : c’est certes le seul faux pas de la construction scénaristique, mais comme c’est la conclusion de "Scenes from a Marriage", il nous laisse avec un sentiment d’insatisfaction des plus regrettables.

[Critique écrite en 2021]
Retrouvez cette critique et bien d'autres sur Benzine Mag : https://www.benzinemag.net/2021/10/26/ocs-scenes-from-a-marriage-jessica-et-oscar-au-sommet/

EricDebarnot
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 9 mois

8 j'aime

2 commentaires

Scenes From a Marriage
EricDebarnot
7

Hors thérapie

Il faut d’abord prévenir les fans de Bergman et de son séminal "Scènes de la Vie Conjugale" : contrairement aux effets d’annonce et à la traduction de son titre en français, "Scenes from a Marriage"...

Lire la critique

il y a 9 mois

8 j'aime

2

Scenes From a Marriage
the_stone
7

Two people in a room

Le concept est simple : Deux acteurs (qui jouent le rôle d’un couple hétérosexuel) dans une pièce. Ils vont échanger, se disputer, s’aimer, bref faire le tour de leur relation qui évolue au fil des...

Lire la critique

il y a 8 mois

7 j'aime

4

Scenes From a Marriage
jigolo
9

Jeu d'acteur

L'alchimie entre Oscar Isacc et Jessica Chastain n'était certainement plus à prouver, l'excellent A most violent year l'ayant déjà fait 7 ans auparavant. Et pourtant, comment ne pas rester bouche bée...

Lire la critique

il y a 9 mois

5 j'aime

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

Lire la critique

il y a 5 ans

193 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

178 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

Lire la critique

il y a 2 ans

162 j'aime

22