👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

In Baltimore, the Gods will not save us

Je viens tout juste de terminer The Wire. Cinq saisons, soixante heures, avalées en une semaine. Je rejoins donc maintenant le club des gens qui ont vu "la meilleure série de tous les temps". C'est évident.

Ce n'est pas que la série soit exempte de défauts. Il y en a, peu, mais il y en a. La fin est prévisible (mais ces trente dernières minutes m'ont fait chialé ma race). La saison 4 manque de rythme (mais reste la plus poignante de toutes). La saison 2 est foutrement isolée du reste. On peut trouver quelques oublis ici et là. Marlo Stanfield, tout terrifiant psychopathe sanguinaire qu'il est n'arrive pas à la cheville du Barksdale Crew. le coup du serial killer est peut-être un peu trop gros.

Mais à ce stade, on se branle bien des petits détails qui rendent la série perfectible puisque je prévoyais déjà de hacker Sens Critique pour lui foutre 11. Réalisation, musique, acteurs, écriture, timing, décors, réalisme, humour... Tout dans The Wire frôle par la perfection. Par le talent bien sur, mais aussi par le travail. En s'inspirant de leurs travaux, David Simon, ex-reporter au Baltimore Sun, et Ed Burns, ex-inspecteur à la crim de la même ville, les deux créateurs ont tout fait pour rendre la série la plus réaliste possible. Jusqu'à aller chercher d'anciens criminels pour jouer quasiment leur propre rôle (Snoop, le prêtre...). Ou en s'inspirant de véritables figures du crime ou de la politique de la ville.

Baltimore est le personnage principal de cette tragédie grecque, son décor et son âme. Une ville américaine comme toutes les autres, sauf qu'ici la population est majoritairement noire, le crime beaucoup plus fréquent, le pognon beaucoup plus sale et les démocrates toujours à la mairie. Les personnages (une centaine) vont et reviennent, mais la ville reste la même. The Wire n'est ni une série policière, ni une série sur l'école, ni une série sur le crime, ni une série législative, ni une série politique, ni une série sur la drogue, ni une série sur le port de Baltimore... Une série sociologique avec des flics et des dealers, des politiciens et des blanchisseurs, des indics et des reporters, des professeurs et des caméras de surveillance, des utopistes et des connards... Sans manichéisme, sans complaisance. Une épopée que toute ville rêve d'avoir avec un survol de toutes les communautés, toutes les classes, du citoyen le plus haut placé au SDF le plus ignoré.

J'aurai aimé que la série ne s'arrête jamais. Prêt à découvrir les pompiers, le service de santé, les putes, l'aéroport, les chemins de fer, les égouts, l'université ou même les champs de blé aux abords de Baltimore. Pour suivre Sydnor sur les traces de Freamon et McNulty, Carver sur celles de Daniels, Herc sur celle de Levy, Michael devenant le nouveau Omar , Bubs se trouvant un remplaçant comme Dukie, Marlo réalisant le rêve de Stringer Bell, Kenard en kingpin,..

I'm a free born man in the USA
MrShuffle
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Passe moi le sel, Top 15 des séries sur la politique américaine, Top 15 des séries sur la drogue, Top 15 des séries de banlieusards et Top 15 Home Box Office

il y a 11 ans

193 j'aime

22 commentaires

Sur écoute
MrShuffle
10
Sur écoute

In Baltimore, the Gods will not save us

Je viens tout juste de terminer The Wire. Cinq saisons, soixante heures, avalées en une semaine. Je rejoins donc maintenant le club des gens qui ont vu "la meilleure série de tous les temps". C'est...

Lire la critique

il y a 11 ans

193 j'aime

22

Sur écoute
ackboo
10
Sur écoute

La meilleure série de tout le monde entier

Bon, voilà, il y a les mauvaises séries, les bonnes séries, et il y a The Wire. Expliquer pourquoi The Wire est la meilleure série jamais produite, c'est un peu comme tenter d'expliquer le génie de...

Lire la critique

il y a 12 ans

172 j'aime

22

Sur écoute
Sened
10
Sur écoute

Comme un monument

Lorsque je conseille The Wire (Sur Ecoute), les gens me regardent toujours avec un air inquiet, parce qu'il paraît que j'ai l'air d'un malade mental. A raison. Parce que The Wire est un monument...

Lire la critique

il y a 12 ans

133 j'aime

16

Black Swan
MrShuffle
10
Black Swan

Critique de Black Swan par MrShuffle

Cher Darren, Je ne t'aime pas, je t'ai jamais aimé. Tu es prétentieux, égocentrique, m'as-tu-vu, moralisateur... Tu utilises des trucs archaïques pour faire des effets foireux. Tu embauches encore...

Lire la critique

il y a 11 ans

377 j'aime

57

L'Arrivée d'un train à La Ciotat
MrShuffle
1

Le Avatar du siècle dernier

Vide, spectaculaire, putassier... Le réalisateur a tellement confiance en ses effets spéciaux qu'il oublie d'en écrire en scénario. Alors que la thématique sociale aurait été puissante, à aucun...

Lire la critique

il y a 11 ans

228 j'aime

18

Le Roi Lion
MrShuffle
10
Le Roi Lion

La révolution n'est pas un diner de gala

Un royaume sous la coupe d'une famille royale autoritaire tombe en décrépitude après la mort du puissant monarque, Mufasa. Bien que le jeune et insouciant prince Simba soit pressenti pour prendre sa...

Lire la critique

il y a 12 ans

221 j'aime

18