Avatar Voracinéphile

Critiques de Voracinéphile

Versus
  Suivre
Bande-annonce
3.1

Nicolas Cage, nomination pour le meilleur acteur bourré

C'est un plaisir coupable, à la fois mesquin et jubilatoire, que d'entamer un film où on voit tout de suite qu'aucun effort ne va être fait, et qu'on va donc pouvoir se délecter des contre-performances du casting, et notamment de sa star principale à savoir Nicolas Cage. Vous avez adoré la scène de cuite dans Mandy ? Vous adorez Ghost Rider ? Vous vous rassasiez du remake de The wicked man ?... Lire l'avis à propos de Between Worlds

1
Avatar Voracinéphile
2
Voracinéphile ·
Bande-annonce
7.1

Salauds de patrons ! N'avez vous pas de coeur ? Non, mais on a des dents !

En guerre réussit le prodige de parler pendant près de 2 heures des politiques de délocalisation sans jamais mentionner le mot "Europe", qui a légalisé de par son principe de libre circulation les délocalisations. Il n'y a que des salauds de patrons et d'actionnaires qui veulent faire encore plus de profits, ainsi qu'un Etat qui refuse d'intervenir sur des questions de gestions de grands... Lire la critique de En guerre

3 2
Avatar Voracinéphile
4
Voracinéphile ·
Bande-annonce
5.6

L'anti-revenge

Cela commençait plutôt bien, c'était élégant et plutôt sobre niveau film et décors naturels, cette petite romance saphique avait un peu de saveur, puis dès le déclenchement de l'intrigue survival, on sait que c'est foutu. Car notre victime fait une chute de 20 mètres en tombant sur des pierres. Et elle se relève sans fracture. On ne parle même pas de décès ici, mais de blessures basiques.... Lire l'avis à propos de What Keeps You Alive

Avatar Voracinéphile
3
Voracinéphile ·
6.7

A ressortir aujourd'hui

Assez sublime morceau de cinéma que l'on peut découvrir avec L'esclave libre, car non content de nous prodiguer tout le savoir faire du cinéma d'aventure classique à la Autant en emporte le vent (sans l’inconvénient d'une durée trop étendue), il remet à plat pas mal de choses sur l'époque de l'esclavagisme, et parvient à en restituer une synthèse cohérente qui, disons le, réhabilite le Sud... Lire la critique de L'Esclave libre

1 3
Avatar Voracinéphile
8
Voracinéphile ·
Bande-annonce
7.1

Combattre le réel

Oh, vous avez vu ? Le film s’appelle Girl mais c’est un garçon qui a le rôle principal ! Quelle époque ! Car il semble que Girl est bien un film de notre époque, qui s’engage à fond sur des sujets en les banalisant par la même occasion, ce qui finit par aboutir à des films qui n’ont plus trop de saveur transgressive ou de propos à développer. Tomboy distillait admirablement ses théories de... Lire la critique de Girl

3 12
Avatar Voracinéphile
6
Voracinéphile ·
Bande-annonce
6.7

The Abhorrance you create

Consécration de la plainte victimaire qui accuse de racisme tout ce qui ne porte pas sa couleur de peau, The hate U Give est la bannière de l'idéologie #blacklivesmatter, qui nous explique que les policiers blancs sont toujours suspects de racisme en cas d'interpellation de personnes noires. D'ailleurs, comment des blancs comme nous pourraient comprendre la douleur que les personnes noires... Lire la critique de The Hate U Give – La Haine qu’on donne

37 50
Avatar Voracinéphile
2
Voracinéphile ·
Bande-annonce
6.5

L'âme t'ampute

Sauvage est un film que l'on va voir en sachant qu'on va l'apprécier, et il a au moins l'honnêteté de ne pas décevoir les attentes que l'on plaçait en lui. Il appartient à la catégorie des films punks, suivant ces individus qui vivent au jour le jour, en capturant leurs petites énergies déployées pour canaliser leur quotidien de survie. S'éloignant du glamour, on baigne plutôt dans le trash... Lire la critique de Sauvage

6 3
Avatar Voracinéphile
6
Voracinéphile ·
Bande-annonce
6.8

Plonger dans l'extase

Les Doors est un des rares biopics à avoir tenté l'expérience, avoir oublié le culte iconique habituellement de rigueur dans un biopic pour se lancer dans une expérimentation sensorielle à l'image de ses personnages. Il abandonne la distance pour s'abandonner à l'ambiance de son époque et aux aspirations psychédéliques de ses créateurs, quitte à embrasser leurs divagations jusque dans les... Lire la critique de Les Doors

Avatar Voracinéphile
7
Voracinéphile ·
Bande-annonce
6.6

Quintessence de vanité

Direction artistique froide, persistance jusqu'auboutiste dans le malaise, postulat pseudo-fantastique qui s'obstine à prendre l'air d'une démonstration, le cinéma de Lantimos ne laisse pas de confirmer toute sa vacuité, soignant pompeusement sa forme (magnifique photographie, décors de prestige...) pour illustrer un script qui emmerde la logique, et dont la cohérence aboutit sur... rien. On... Lire la critique de Mise à mort du cerf sacré

4 3
Avatar Voracinéphile
3
Voracinéphile ·
Bande-annonce
6.0

A trop vouloir s'émanciper...

Difficile de faire remake plus éloigné de l'esprit du film original. Conscient de toucher à un matériau culte, l'équipe n'essaye jamais de singer argento, au point d'en reprendre de nombreux éléments qui y trouvent constamment une résonance différente. On retrouve l'école de danse, les sorcières (mentionnées dans le premier dialogue pour couper court à toute l'obscurité qui régnait sur le... Lire la critique de Suspiria

7 9
Avatar Voracinéphile
5
Voracinéphile ·