👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Après, Skyfall et Spectre les deux derniers projets de Sam Mendes et également les deux derniers volets des aventures de James Bond. Sam Mendes revient cette fois pour rendre hommage à son grand-père avec ce film intitulé 1917 qui nous plonge au coeur de la Première Guerre Mondiale. 1917 est clairement le film de ce début d'année. Après son triomphe aux Golden Globes début janvier en remportant le prix du meilleur film dramatique et du meilleur réalisateur pour Sam Mendes au nez de Martin Scorsese, Bong Joon-ho ou encore Quentin Tarantino s'il vous plaît alors même que le film n'avait toujours pas été visionné par tout le monde aussi bien en France que partout dans le monde, puisque le film est sorti le 15 janvier dernier en France et le 10 janvier aux États-Unis et en Grande-Bretagne. L'attente était donc bien présente surtout après ce boost que représente cette victoire aux Golden Globes qui a permis de mettre en lumière le film auprès du grand public juste avant sa sortie comme l'espérer d'ailleurs dans son discours aux Golden Globes Sam Mendes :


“This is a huge, huge thing for this movie. It opens in a week wide. It’s difficult to make movies without big movie stars in the lead and get people to come and see it in a cinema. I really hope this means that people will turn up and see it on a big screen as it was intended.”


Tout d'abord, Sam Mendes nous invite clairement à voir ce film sur grand écran et après l'avoir vu je peux vous garantir que l'immersion que l'on ressent en salle justifie à lui tout seul d'aller le voir en salle mais il dit également dans son discours que faire un film sans “ big movie stars in the lead ” n'est pas facile et pour le moins risqué surtout pour un film avec un tel budget et d'une telle ampleur puisque le film est tourné en plan-séquence et il est centré sur deux jeunes personnages interprétés par Dean-Charles Chapman et George MacKay deux jeunes acteurs britanniques qui portent le film et qui sont vraiment excellents. Parce que oui 1917 est un film sur la Première Guerre Mondiale inspiré par la vie de son grand-père et filmé en plan-séquence mais c'est surtout la manière de filmer ses personnages et le rôle qu'ils leur donnent qui fait toute la différence. Techniquement ce film est une prouesse impressionnante avec ses plans-séquences qui servent à l'immersion du spectateur tout au long du film en suivant ses deux personnages brillamment interprétés et centraux au récit, on est dans les tranchées avec eux, on vit cette mission “ suicide ” avec eux et l'impact émotionnel devient très fort. Notamment lors de la scène où :

le personnage de Black interprété par Dean-Charles Chapman se fait poignarder par le pilote allemand alors qu'il avait demandé à Schofield interprété par George MacKay de lui chercher de l'eau pour l'aider. Cette scène est tout simplement magistrale et très réaliste, j'ai rarement été aussi triste pour un personnage que je connais depuis aussi peu de temps, la scène est très touchante avec les deux amis et frères d'armes qui restent ensemble mains dans la main jusqu'à ce que la mort les sépare. D'ailleurs, Schofield bouleversé n'a même pas le temps d'enterrer son ami et doit vite repartir pour le bien de la mission ensuite.


Tout le long du film je suis demandé comment Sam Mendes et ses équipes ont pu filmer certaines séquences tellement elles semblent réglées au détail près. Le premier plan-séquence qui se conclut

lorsque Schofield se fait tirer dessus par un soldat allemand


restera probablement pour moi le plus marquant et le plus réussi. Sans parler de la photo du film qui est vraiment fantastique, assurée par Roger Deakins qui s'est notamment occupé de Blade Runner 2049 récemment mais surtout de Skyfall déjà en compagnie de Sam Mendes qui m'a profondément marqué jusqu'à aujourd'hui. Tout le travail sur la photo au sein du film est somptueux et notamment avec cette superbe séquence de poursuite de nuit qui marque forcément.

Ainsi, avant peut-être son triomphe au prochain Oscars où il est l'un des favoris si ce n'est le grand favori. 1917 lance l'année 2020 de la plus belle des manières avec un grand film mais surtout avec un film de guerre qui marque les esprits de par l'immersion qu'il procure et la place centrale donnée à ses personnages. Hommage aux soldats et à son grand-père. Tout simplement remarquable.

HXXVI
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films de guerre et Les meilleurs films de 2020

il y a 2 ans

2 j'aime

3 commentaires

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

177 j'aime

92

1917
guyness
5
1917

Fier Mendes (dans le nord de la) France

Certains films souffrent de leur intention. Surtout quand cette intention est mise en exergue par leur promotion. Impossible alors de ne voir que le résultat sans juger l’œuvre à l'aune de ce qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

128 j'aime

20

1917
Sartorious
5
1917

Immersif, vraiment?

Cette critique, (et bien d'autres), illustrée par de jolies photos, est disponible sur https://www.epistemofilms.fr/post/1917-critiqu-analyse 1917… Aucun conflit n’a plus marqué les...

Lire la critique

il y a 2 ans

93 j'aime

26

L'Événement
HXXVI
7

La Solitude

Eliza Hittman avec Never Rarely Sometimes Always sorti en 2020, nous rappelait que le droit à l'avortement n'est toujours pas un droit acquit pour les femmes. Et ce même à notre époque, avec...

Lire la critique

il y a 6 mois

5 j'aime

1917
HXXVI
8
1917

Une Prouesse

Après, Skyfall et Spectre les deux derniers projets de Sam Mendes et également les deux derniers volets des aventures de James Bond. Sam Mendes revient cette fois pour rendre hommage à son grand-père...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

3

The Batman
HXXVI
9
The Batman

Nocturnal Animals

Après le très réussi remake de la trilogie la Planète des singes, Matt Reeves s'attaque à un monument de la Pop culture : Batman. La tâche n'est pas des moindres, elle est même gigantesque. Surtout...

Lire la critique

il y a 3 mois

1 j'aime