👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"La poésie, c'est faire de l'or avec de la boue"

L'idée d'un film tourné intégralement en un seul plan séquence m'avait tout de suite séduit, mais je dois dire, ou plutôt écrire, que mon enthousiasme s'est transformé en furieuse mélancolie teintée d'amertume après avoir vu ce qui doit être qualifié de petit chef d'oeuvre du film de guerre. 1917 n'est pourtant pas un de ces films prétentieux qui, je dois le confesser, obtiennent d'habitude mes faveurs, mais se révèle être un long poème cinématographique qui, selon les magnifiques mots de Charles Baudelaire, fait de l'or avec de la boue. Ils sont rares les films de guerre qui réussissent à inspirer qu'autre chose qu'une malsaine exaltation jouissive, ou un peu plus qu'une complaisance pathétique dans le larmoyant. Plus rare encore sont les films de guerre qui arrivent à allier la plus sainte des horreurs avec la beauté. Pourtant, Sam Mendès réussit cet exploit digne de la grande poésie en déroulant devant les yeux du spectateur une fresque épique incroyablement esthétique et profondément mélancolique. Sans se complaire dans l'hystérie lacrymale, le film parvient à insuffler dans sa longue symphonie de mouvements ininterrompus de corps déchirés ou en passe de l'être des sentiments d'une rare intensité. Il y a quelque chose de magnifique dans ce qui est pourtant la reproduction horrifique d'un vaste et terrible charnier. Derrière cette simple et efficace histoire, Mendès réussit à toucher quelque chose d'enfoui dans notre mémoire, ce vague sentiment que nous avait inspiré le récit en noir et blanc de la Grande Guerre, plus que les autres récits épiques qui jalonnent notre civilisation : celle de respirer la Mort portée à incandescence. De la vivre si fort qu'elle s'exorcise dans de compulsifs élans de beauté. A l'instar de la Grande Peste qui accoucha d'un Monde Occidental tout fait de danses, de flagellations et de vanités, c'est dans la plus grande des guerres du Monde que s'est fondée une certaine manière de percevoir la Mort. Ce film en restera une parfaite démonstration.

PaulStaes
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films vus et revus en 2020

il y a 2 ans

5 j'aime

1 commentaire

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

177 j'aime

92

1917
guyness
5
1917

Fier Mendes (dans le nord de la) France

Certains films souffrent de leur intention. Surtout quand cette intention est mise en exergue par leur promotion. Impossible alors de ne voir que le résultat sans juger l’œuvre à l'aune de ce qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

128 j'aime

20

1917
Sartorious
5
1917

Immersif, vraiment?

Cette critique, (et bien d'autres), illustrée par de jolies photos, est disponible sur https://www.epistemofilms.fr/post/1917-critiqu-analyse 1917… Aucun conflit n’a plus marqué les...

Lire la critique

il y a 2 ans

93 j'aime

26

La Tresse
PaulStaes
3
La Tresse

Niaiseries, caricatures et banalités.

Laetitia Colombiani a écrit un livre de magasines féminins bas de gamme, qui ferait presque rougir Amélie Nothomb ou Marc Lévy par sa médiocrité. Pourtant, l'envie était très forte : une publicité...

Lire la critique

il y a 5 ans

17 j'aime

8

Le Goût de la haine
PaulStaes
9

La Pologne et le Nihilisme : voyage parmi les cyniques, les allumés et les désespérés.

Le Goût de la haine est sans doute l'un des films les plus glaçants, les plus profonds et les plus éclatants de l'année 2020, notamment sur Netflix. Dans cette Pologne magnifique et traversée de part...

Lire la critique

il y a 2 ans

12 j'aime

2

Orgueil et Préjugés
PaulStaes
5

Les aventures niaises et mièvres des petites bourgeoises anglaises

Âpre lecteur de classiques en tout genre, admirateur absolu de tous les stylistes et grands romanciers des temps perdus, je m'attaquai à Orgueil et Préjugés avec l'espérance d'un nouveau coup de...

Lire la critique

il y a 4 ans

11 j'aime

10