👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ouch ! Parfois vaut mieux pas revoir un film. Pourtant, même au deuxième visionnage, ça passait encore, preuve en est avec ma note et ma critique plutôt positive. Mais cette fois ça n'a vraiment pas été. Je dis qu'il vaut mieux ne pas revoir certains films, mais je mens : c'est bien de les revoir, c'est bien de constater que les goûts changent. Peut-être que quand je le reverrai dans 10 ans, j'aurai encore changé d'avis, que j'adulerai ce film, que j'aurai envie de baiser les orteils de Danny Boyle, de monter sur sa jambe tel un chien et de frotter mon sexe contre son mollet. Ou peut-être que je mépriserai encore bien plus ce film. Allez savoir.

Toujours est-il que l'intrigue ne m'a pas vraiment emballé. Il ne se passe pas grand chose en fait. Je ne sais même pas si on peut appeler ça un film d'infectés tant on les voit peu, tant leur menace est faible. En effet, nos héros s'en sortent toujours, de jour comme de nuit, même si les infectés se déplacent en groupe et qu'ils courent comme des enragés, au final, tout se passe bien. Les conflits internes ne sont pas terrible non plus. Cela devient intéressant avec l'arrivée des militaires, sauf qu'il aurait fallu commencer par là afin de mieux approfondir ces personnages (les plus intéressants du film en fait).

Le concept est pas terrible, y a pas mal de choses un peu idiotes ; de la contamination du père à l'idée d'attirer les gens en allumant plein de loupiotes alors qu'on vient de voir dans une scène précédente que ce genre de chose attire l'infecté comme une insecte. Y a des gens qui retrouvent morts sur leur table à manger on sait pas trop pourquoi : visiblement ils ne se sont pas fait bouffer, ils sont entiers, ils ont juste attendus que leur repas refroidisse et puis que la mort vienne les chercher. Ou alors il y a des morsures... mais dans ce cas tout est bien trop propre. Comme ce magasin quasi intact. Les personnages ne sont pas des lumières non plus : leur insouciance lors de l'entrée au tunnel aurait pu être crédible si ç'avait été amené autrement : là c'est un choix idiot p^ris par le scénariste et non par les personnages. Ou alors il aurait fallu qu'ils n'aient pas le choix.

Mais bon, le summum de l'incohérence, c'est la manière dont le héros devient une sorte de Rambo à la fin. Et à nouveau on se questionne sur le concept, sur les règles. Parce que Danny Boyle et ses auteurs semblaient jusque là privilégier le drame plutôt que le ton typique d'une série B... et d'nu coup on s'y vautre sans aucune préparation. Sans aucun talent non plus, parce que bon, juste faire surgir des infectés de nulle part et ne pas vraiment préparer de scène pour bienj les exploiter, c'est assez faible.

La mise en scène n'est pas terrible non plus. Il y a pas mal de séquences où l'action n'est pas vraiment lisible : on la comprend parce qu'il y a une narration, qu'on n'est pas con, mais ce n'est pas quelque chose de perçu par les images. Danny peine à montrer les choses (d'où mon interrogation par rapport aux nombreux corps retrouvés morts de faim). La gestion de l'espace est encore plus chaotique, surtout lors de la prise du château à la fin, il y a des moments on pige rien, le héros se déplace comme un fantôme, on sait pas où sont les personnages les uns par rapport aux autres.

L'action est souvent surdécoupée et le montage excessif (à la Boyle quoi !). La musqiue n'est pas déplaisante, on retient même le thème principal assez facilement. Mais au-delà de ça, la bande son n'est pas hyper intéressante. Y a un moment où je me suis dit que c'était intéressant, quand on entend le gosse, dans la supérette, dire qu'il veut tuer le héros alors qu'il est infecté. Mais alors, ils parlent ? Dommage que ça ne soit pas plus exploité. Les acteurs sont bons. Pas assez de nudité à mon goût, mais ça c'est le côté drame sérieux qui veut ça.

Bref, pas terrible en fait ce film.

======================================================

Critique d'origine : 7/10
"À quand la préquelle 28 minutes plus tard?"

La première chose qui me vient à l'esprit en écrivant cette critique c'est : zombies qui courent. Beaucoup de gens en ont débattu et en débattent encore. Personnellement je trouve ça plus terrifiant quand ça marche, car justement il y a quelque chose de surréaliste, parce que on a beau être meilleur que eux en tout (intelligence rapidité et même probablement force), ce sont eux qui gagnent toujours.

Il est assez étonnant de voir à quel point les effets de style de Danny Boyle sont aujourd'hui indigestes et dépassés. La mise en scène, même si elle comporte de très beaux cadrages, est souvent un peu trop poseuse à mon goût. C'est un peu dommage. Les scènes de gore et d'action sont le plus souvent illisibles, la caméra bouge beaucoup trop tout en étant en longue focale, de quoi filer la gerbe sans savoir pourquoi. Les acteur sont bons. Je ne me souvenais pas du look 80-90s de Naomie Harris.

Le scénario comporte des scènes très fortes, de bons dialogues, lorgnant entre originalité et codes traditionnels du genre. C'est assez bien foutu. Evidemment ce n'est pas parfait, et l'on pourra dénoter quelques effets de style renforcés par la caméra de Boyle, ainsi que quelques incohérences utiles pour faire avancer le récit.

Bref, 28 jours plus tard est un film de zombies bourré d'adrénaline qui marche plutôt bien malgré une mise en scène qui ne me passionne plus autant qu'à sa sortie.

Fatpooper
4
Écrit par

il y a 10 ans

13 j'aime

10 commentaires

28 jours plus tard
Buddy_Noone
9

Le temps d'un long somme

La légende dit que Danny Boyle a longtemps regretté d'avoir refusé de diriger Alien 4, sous prétexte qu'il n'avait pas la garantie d'avoir les coudées franches. Hors ma théorie est que deux de ses...

Lire la critique

il y a 6 ans

42 j'aime

8

28 jours plus tard
Herwen
9

Critique de 28 jours plus tard par Herwen

28 jours plus tard nous sort du schéma habituel du film post-horreur de zombie. Dans un premier temps ce qui fait plaisir c'est d'avoir de vrais acteurs, ce qui n'est généralement pas monnaie...

Lire la critique

il y a 11 ans

36 j'aime

11

28 jours plus tard
Plume231
5

1h50 plus tard... une déception !!!

Je suis loin d'être un immense fan de Danny Boyle mais quand il met ses trucs clipesques à deux balles de côté, c'est un bon metteur en scène... "28 jours plus tard", à part sur quelques instants...

Lire la critique

il y a 8 ans

30 j'aime

1

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

99 j'aime

43

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27