👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Jim Jarmush est marqué d'une sorte de spleen baudelairien à la sauce post-moderne (faut le voir pour le croire). Son Ghost Dog est un film de fin de siècle qui résonne comme un appel lointain, venu du Japon ancien, qui se mêle avec style au milieu urbain des USA. Ce mélange des genres a priori étrange n'est pas nouveau puisqu'il était une sorte de marque de fabrique du Wu Tang Clan dont le membre RZA compose la bande originale du film (coïncidence?). Le film s'amuse de son ambition à rassembler, à mélanger, au moyen de scènes drôles et attendrissantes où dialoguent trois langues différentes qui ne se comprennent pas tout en disant la même chose.


Un reflet loufoque qui cache des réalités plus graves que Jarmush refuse de traiter de manière frontale, préférant une voie plus imagée qui correspond mieux à sa façon de faire, plus efficace finalement. Un samouraï aux États Unis, à la société dite "libre" mais finalement pervertie et corrompu par quelques artefacts futiles, Jarmush oppose une tradition où le respect et les codes éthiques fondaient la cohésion de la société. Vision un peu simpliste mais qui, en refusant une diabolisation malvenue, se fait entendre et donne à penser.


Seulement Jarmush a les défauts de ses qualités, en ce sens qu'en voulant faire de son film un appel universel, il perd en concision et réveille les démons qui emporteront quelques années plus tard son intelligent Broken Flowers dans des déboires insipides. Nuisant à la substance première du film, Jarmush égare sa trame initialement épurée dans des épaisseurs inutiles et handicapantes. On a tout de même envie de le défendre, de retenir ce qu'il y a de bien dans ce Ghost Dog, son humanité et ses élans artistiques, même si on regrette certains écarts naïfs et un scénario quelque peu additif.
Heisenberg
7
Écrit par

il y a 10 ans

20 j'aime

5 commentaires

Ghost Dog - La Voie du samouraï
Sergent_Pepper
8

L’ascète samouraï

L’inimitable grâce avec laquelle Ghost Dog se déplace dans la ville résume à elle seule la place de Jarmusch dans le cinéma indépendant américain : présent, mais intouchable, presque inaperçu des...

Lire la critique

il y a 6 ans

112 j'aime

8

Ghost Dog - La Voie du samouraï
DjeeVanCleef
9

Le Dernier Samouraï

La balade funèbre de Jim Jarmusch, télescope les codes des films de Samouraïs et ceux du Polar US. On y croise un samouraï érudit ( Forest Whitaker, grand et souple, froid et tendre, tout son être,...

Lire la critique

il y a 9 ans

71 j'aime

8

Ghost Dog - La Voie du samouraï
Velvetman
9

Un sabre penseur

Ghost Dog est le récit d’un vagabond des temps modernes se soumettant à un code d’honneur ancestral samourai. Influencé par le Samourai de Jean Pierre Melville, c’est l’œuvre hybride d’un réalisateur...

Lire la critique

il y a 7 ans

58 j'aime

4

Community
Heisenberg
10
Community

"Totally Meta"

Dire que Community s'apprécie proportionnellement au degré de connaissance de la culture populaire américaine est partiellement faux. S'il est indéniable que le fonctionnement ultra-référentiel de la...

Lire la critique

il y a 10 ans

180 j'aime

14

The Infamous
Heisenberg
10
The Infamous

"They shook 'cause ain't no such things as halfway crooks"

C'est peut être dur à imaginer, mais Mobb Deep n'a pas toujours eu la renommée qu'on leur connait actuellement. En effet, leur premier album Juvenile Hell, où Havoc arbore une faucille sur la...

Lire la critique

il y a 10 ans

100 j'aime

8

The Master
Heisenberg
9
The Master

Complexes deux types

The Master, et c'est l'apanage des grands films tels que je les perçois, cache derrière sa perfection esthétique, sa classe et sa mise en scène d'une précision horlogère, des tournures narratives un...

Lire la critique

il y a 9 ans

92 j'aime

16