Avis sur

Gran Torino par BibliOrnitho

Avatar BibliOrnitho
Critique publiée par le

Walt est un vieux monsieur qui a fait la guerre de Corée. Son quartier a peu à peu évolué pour devenir plus asiatique qu’américain. On se regarde en chien de faïence : Walt ne supporte plus ces « jaunes » qu’il a combattus et qu’il a aujourd’hui pour voisins tandis que les « jaunes » ne comprennent pas pourquoi Walt s’accroche à ce quartier qui n’est plus le sien.

Mais Walt découvre que le monde n’est pas aussi bipolarisé qu’il voulait le croire. Son manichéisme s’écroule en effet lorsqu’il découvre qu’il y a des gens biens parmi les « bridés ». Une découverte tardive qui le bouleverse. Il se prend alors d’affection pour Tao, son jeune voisin qui se défend d’une bande cherchant à le recruter. Walt prend un jour sa défense et se retrouve ainsi du jour au lendemain dans un rôle d’ange gardien dont il n’a pas l’habitude.

L’ours rongé par la culpabilité et le traumatisme de la guerre s’humanise au fil du film. Sort la tête de l’eau. Clint est décidément un homme qui n’aime pas qu’on vienne le faire chier. L’acteur campe à nouveau un homme de principe et d’honneur, bourru, irritable, blasphémateur mais attachant. Un film superbe comme Clint sait si bien les faire sur la violence de ces quartiers ghettos, le pouvoir des gangs et sur la tyrannie qu’ils exercent sur les habitants dont ils sont pourtant issus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 732 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

BibliOrnitho a ajouté ce film à 2 listes Gran Torino

Autres actions de BibliOrnitho Gran Torino