Affiche Le Goût du saké

Critiques de Le Goût du saké

Film de (1962)

Scènes de la vie conjugale

On reconnaît très vite un film d'Ozu. D'abord par les cadrages si particuliers, faits à la hauteur d'un homme à genoux. Mais aussi par la description si juste de son époque, et par la finesse des sentiments des personnages. Ce film est donc signé Ozu. Et derrière l'apparente limpidité de l'action, qui semble couler toute seule, se cache une incroyable complexité. Les scènes s'enchaînent, les... Lire l'avis à propos de Le Goût du saké

34 3
Avatar SanFelice
9
SanFelice ·

Vieillesse et Solitude

Après une période d'adaptation, je me suis laissé prendre à ce dernier film d'Ozu : Le Goût du Saké, où il est avant tout question de la solitude, de la vieillesse, du rapport des pères à leurs filles, Hirayama est veuf, et de l'égoïsme sans bornes de ceux-ci quand ils ont perdu leur femme. De beaux moments douloureux quand Michiko ayant accepté presque malgré elle de se marier, son père... Lire la critique de Le Goût du saké

84 32
Avatar Aurea
9
Aurea ·

Point et ligne sur plan

Le plus frappant à cette xième vision c'est l'incroyable formalisme de ce film. Presque chaque plan est habité de lignes droites. A l'extérieur, ce sont les enseignes lumineuses des bars, la verticalité des cheminées d'usine, à l'intérieur, ce sont les différents plans des pièces, couloir, portes, croisillons des shōji. Chaque fois qu'il rentre chez lui, le héros semble enfermé dans trois ou... Lire l'avis à propos de Le Goût du saké

51 8
Avatar Gizmo
9
Gizmo ·

Face à l'angoisse de la vie

Testament pour Ozu qui décèdera brutalement d'un cancer peu de temps après, Le Goût du Saké met en scène un père veuf qui songe à l'avenir de sa fille lorsqu'un de ses amis lui propose un gendre pour elle. D'abord, je retrouve dans Le Goût de Saké tout ce que j'ai aimé dans ma courte expérience... Lire la critique de Le Goût du saké

21 1
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Une autre leçon de (grand) cinéma

Ozu ou l'anti-cinéma. Des plans parfaits, de plus en plus obsessionnellement vides, de plus en plus répétitifs. Le même sujet, le seul qui compte encore pour un vieil homme (la solitude après le départ des enfants, et aussi la peur de n'avoir pas fait ce qu'il fallait pour leur assurer le bonheur). Sans le moindre cri, ni geste de violence, ni coup de feu, une calme peinture... Lire la critique de Le Goût du saké

11 4
Avatar Eric BBYoda
7
Eric BBYoda ·

L'art de la litote cinématographique

Difficile de ne pas aborder "Le Goût du saké" autrement qu'en tant que "dernier film de"... Et à ce titre, le dernier plan montrant Chishû Ryû seul chez lui, après avoir fait le tour de sa maison que sa fille vient de quitter, est un immense déchirement. On peut retrouver dans ce film de nombreuses thématiques abordées dans "Voyage à Tokyo" (et propres à Ozu, plus généralement), la... Lire l'avis à propos de Le Goût du saké

12 9
Avatar Morrinson
8
Morrinson ·

Le goût du congre (debout)

Dernier film d'Ozu, le goût du saké ne peut pas être tenu pour son testament artistique - tout simplement ... parce qu'il n'avait pas pu programmer l'heure de sa mort précoce. Cela dit, sa place dans l'oeuvre, les thèmes abordés, la méditation sur l'âge et sur le temps lui confèrent pourtant une forte dimension testamentaire. En amont, OZU YASUJIRO, 1903-1963 Personnage extraordinairement... Lire la critique de Le Goût du saké

29
Avatar pphf
8
pphf ·

Le goût d'une vie digne

Shuhei Hirayama est le personnage presque omniprésent de "Le goût du congre". Mais qui est son modèle ? Qui influence le mieux leur groupe d'amis ? Le testament philosophique de Yasujirô OZU (son dernier film avant sa mort en 1963) semble incarné par M. Shuzo Kawai. Celui-ci poursuit l'idéal d'une vie de qualité. Il craint que Shusei, à... Lire l'avis à propos de Le Goût du saké

6 8
Avatar Lionel Bonhouvrier
9
Lionel Bonhouvrier ·

Critique de Le Goût du saké par Julien Chesneau

Film exceptionnel! Avec certaines répliques cultes: - Keskil se serait passé si le Japon avait gagné la guerre? On serait tout les deux à New-York si on avait gagné la guerre... Pas dans ce bistrot, dans un vrai bar Américain! Depuis la défaite, les jeunes n'écoutent que de la musique américaine... Si on avait gagné la guerre, ce serait leurs gosses aux yeux bleus qui joueraient du Shamisen. -... Lire l'avis à propos de Le Goût du saké

7 1
Avatar Julien Chesneau
8
Julien Chesneau ·

Tempête dans une coupe de saké

Voici donc le dernier film du grand maître japonais Yasujirô Ozu. Le chant du cygne d'un cinéaste de l'absolu qui aura su scruter l'âme du peuple japonais comme aucun autre cinéaste. Pour comprendre le japon de l'avant et de l'après guerre, il faut avoir vu un Ozu. Ce réalisateur aura réussi à transfigurer les rapports familiaux en pénétrant les intérieurs,... Lire l'avis à propos de Le Goût du saké

4 2
Avatar Philippe Quevillart
9
Philippe Quevillart ·