The Good dinosaur, the brute and the pterodactyl

Avis sur Le Voyage d'Arlo

Avatar Caledodub
Critique publiée par le

La vérité m’est apparue avec l’apparition des tyrannosaures : Le voyage d’Arlo est un western. Certes, un western avec des dinosaures, mais un western avant tout.

Concernant cette scène, je laisse parler le réalisateur Peter Sohn et la productrice Denise Ream (Source des citations)

« J'ai grandi en regardant des westerns, les films de John Ford. Au départ, nous avions tourné cette rencontre comme une parodie et nous nous sommes rendu compte que nous étions allés trop loin. Alors nous l'avons retravaillé en la filmant à la façon western et en ajoutant une musique typique sans se moquer de cet univers. » (Peter Sohn)

« Cette scène est un hommage aux pionniers et à la conquête de l'Ouest. C'est une grande partie de l'histoire américaine. » (Denise Ream)

Pour moi, ce n’est pas seulement cette scène, mais bien tout le film qui est un western.

Tout d’abord avec la famille d’Arlo, archétype des pionniers du mythe états-uniens : une nature hostile domptée par le courage et d‘abnégation d’une famille de fermiers.

Mais les pionniers ne font pas face qu’aux caprices de la nature, mais aussi à l’attaque des bêtes sauvages, ou plutôt des sauvages. Et à défaut d’Indiens, uchronie oblige, l’homo sapiens fera office de bon sauvage.

Après la mort de Charles Apatosaure Ingalls, Arlo se lance dans une quête initiatique le long de la rivière, qui n’est pas sans m'évoquer Rivière sans retour.

« Quand nous avons commencé le projet avec Denise Ream, nous avions décidé qu'Arlo suivrait la rivière durant son voyage et que les éléments naturels joueraient un rôle important durant son apprentissage. » (Peter Sohn)

Instant l’anecdote à sortir à une soirée mondaine :

Le Voyage d'Arlo possède un record dans la galaxie Pixar puisqu'il s'agit du film d'animation comprenant le plus de plans mettant en scène de l'eau ! La rivière en compte ainsi plus de 125 à elle toute seule. (Source Allociné)

S’ensuivent alors les rencontres fortuites et les grandes traversées. Les décors rappellent ces grands et magnifiques décors du far-west. Tellement beaux qu’on dirait une demo real des capacités graphiques de Pixar.

« À la fois somptueuse et effrayante, la nature n'est qu'une, ces deux versants se côtoient pour former un univers. Dans le film la nature est respectée et honorée. Le scénario était suffisamment simple pour que l'on puisse faire de la nature un personnage du film à part entière. » (Peter Sohn)

A ces décors, j’ajouterai aussi le bestiaire et ce drôle de serpent qui n’est pas sans rappeler les fameux serpents à sonnette.

Je passerai outre la scène avec les tyrannosaures, leurs voleurs de bétail, le bivouac au coin du feu… Il a fallu une telle débauche d’évidences pour me faire comprendre la forme (à défaut de fond) du film.

Seuls les ptérodactyles me posent problèmes, car j’ai du mal à les calquer à un archétype du western. Leur trip mystique les exclue de la catégorie banditos et autres foies jaunes.

Quand au retour d’Arlo chez lui, la façon de filmer a tout du retour au ranch…

Sans oublier la musique de Mychael Danna qui invite l’oreille à se croire dans un western.

Sinon, que pourrait être Le voyage d’Arlo à part un western ?

Une uchronie qui ne sert qu’à justifier un monde de dinosaure parlant ? Cars n’a pas eu besoin d’un tel subterfuge. A moins que cela ne serve qu’à justifier un homme transformé en toutou ? Il suffisait de faire un remake de Didier (avec le rire de Farrugia en guise de cri de t-rex).

Une histoire d’amitié décalée, mais profonde ? Un mécanisme de Je t’aime/Moi non plus vu et revu, un manque d’originalité indigne du studio de Vice-versa (et hop, une autopromo).

Non, vraiment, je préfère croire que The Good Dinosaur est un western.

I'm a poor lonesome dinosaur / I've a long long way from home…

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 302 fois
5 apprécient

Caledodub a ajouté ce film d'animation à 2 listes Le Voyage d'Arlo

Autres actions de Caledodub Le Voyage d'Arlo