Amarcord: Je me souviens.

Fellini dans ce film se souvient et mêle ses souvenirs aux fantasmes typiques du cinéaste dans cette oeuvre baroque, bourrée de vie et de sensibilité. D'un hiver à un autre, on assiste à une véritable fresque sur une Italie campagnarde en proie à la montée du fascisme. Pour autant le film n'est pas exclusivement politique bien que ce contexte servant de toile de fond soit quand même bien mis en avant à l'écran. Mais Amarcord c'est d'abord l'exposition de tranches de vie. Celle-ci apparaît ici exubérante, Fellini nous livre un film coloré et libre mettant en scène un quotidien loufoque et véritablement exaltant. La structure narrative du film est particulière, à la frontière entre le film à sketchs et le film choral. On y suit particulièrement Titta, qui pourrait être Fellini, un adolescent fantasque rôdant dans les rues de ce petit village animé avec ses amis tout en fantasmant sur tout ce qui caractérise la gent féminine et notamment La "Gradisca", véritable pin-up des champs et objet de toutes les convoitises par tous les hommes du village. La première partie est la plus légère, avec énormément d'humour, de poésie et de tendresse. La galerie de personnages proposée est assez énorme, le symbole-même de l'exubérance. Toute la séquence à l'école est un sommet de comédie, tout comme la fameuse scène du dîner qui brille par la vision acide que dégage Fellini.

Par la suite le ton devient nettement plus sérieux avec la peinture du fascisme proposée par la cinéaste. Certaines scènes deviennent plus rudes, comme celle du clocher ou encore de l'interrogatoire. Progressivement, le film devient plus dur tout en conservant sa ligne de conduite initiale. Amarcord se révèle être une oeuvre vraiment dense et très profonde. Cette ode à la vie mêle divers sentiments dans un contexte froid et impitoyable. De plus techniquement le film est juste sublime. La photographie est un vrai régal, les couleurs sont tout simplement parfaites. Le tout est appuyé par une magnifique mise en scène typique de Fellini avec ses plan-séquences inspirés faisant la part belle à cette société baroque. Et puis Nino Rota nous gratifie une nouvelle fois d'une BO exceptionnelle. C'est un film que j'ai déjà envie de revoir tant celui-ci fut un véritable plaisir du début à la fin. Amarcord c'est ni plus ni moins que la vie, qu'une exposition de la vie avec toute la part de beauté qui la caractérise tout en ne dissimulant pas son impitoyable cruauté. Une oeuvre majeure du cinéaste italien qui comporte son lot de scènes mythiques.
Moorhuhn
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films italiens et Les meilleurs films de Federico Fellini

Créée

le 11 déc. 2012

Critique lue 732 fois

13 j'aime

4 commentaires

Moorhuhn

Écrit par

Critique lue 732 fois

13
4

D'autres avis sur Amarcord

Amarcord
Pravda
10

Grazie Federico

Que dire si ce n'est que je n'ai pas envie de noter ce film sans vous raconter à quel point je l'ai aimé ? Fellini m'a déjà plu. Avec la Dolce Vita ou La Strada. Roma m'a grandement intéressée. Mais...

le 21 juil. 2014

38 j'aime

Amarcord
Docteur_Jivago
10

L'hiver qui meurt

Amarcord ou "Je me souviens" en dialecte de Romagne. Un titre qui va à merveille avec cette oeuvre de Federico Fellini où le cinéaste italien évoque sa jeunesse dans l'Italie fasciste...

le 12 juil. 2017

33 j'aime

2

Amarcord
Theloma
9

Je me souviens d'Amarcord

Je me souviens avoir vu Amarcord quand j’étais lycéen Je me souviens que j’avais l’âge de Titta et de ses copains Je me souviens qu’Amarcord veut dire « Je me souviens » Je me souviens de la prof de...

le 19 mai 2019

30 j'aime

10

Du même critique

Monuments Men
Moorhuhn
3

George Clooney and Matt Damon are inside !

Ma curiosité naturelle, mêlée à un choix de films restreint sur un créneau horaire pas évident et dans un ciné qui ne propose que 10% de sa programmation en VO m'a poussé à voir ce Monuments Men en...

le 12 mars 2014

61 j'aime

7

Eyjafjallajökull
Moorhuhn
1

Eyenakidevraiharetédefairedéfilmnull

J'imagine la réunion entre les scénaristes du film avant sa réalisation. "Hé Michel t'as vu le volcan qui paralyse l'Europe, il a un nom rigolo hein ouais?", ce à quoi son collègue Jean-Jacques a...

le 23 oct. 2013

60 j'aime

6

Koyaanisqatsi
Moorhuhn
10

La prophétie

Coup d'oeil aujourd'hui sur le film Koyaanisqatsi réalisé en 1982 par Godfrey Reggio. Point de fiction ici, il s'agit d'un film documentaire expérimental sans voix-off ni interventions, bref un film...

le 1 mars 2013

56 j'aime

9