Transposition stylisée des souvenirs d'enfance de Fellini à Rimini dans l'Italie fasciste des années 30, "Amarcord" se présente comme une suite de vignettes nostalgiques et loufoques, réel festival de libido baroque et fétichiste, à la manière habituelle du maître. Le meilleur du film n'est cependant pas la cocasserie de ses caricatures (le fascisme décliné sous forme de plaisante absurdité...) mais les quelques moments où se révèle la dimension tragique du regard de Fellini. "Amarcord" est un film choral avant l'heure, souvent drôle, truculent et terriblement attachant. Point d'orgue et symbole ultime de ce film appartenant à la veine intimiste et nostalgique de Fellini, l'apparition du navire en carton sur une mer de bâches en plastique, magnifique matérialisation de la croyance pure en la magie du Cinéma... [Critique écrite en 1999]

EricDebarnot
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs films de Federico Fellini

Créée

le 28 oct. 2014

Critique lue 768 fois

7 j'aime

Eric BBYoda

Écrit par

Critique lue 768 fois

7

D'autres avis sur Amarcord

Amarcord
Pravda
10

Grazie Federico

Que dire si ce n'est que je n'ai pas envie de noter ce film sans vous raconter à quel point je l'ai aimé ? Fellini m'a déjà plu. Avec la Dolce Vita ou La Strada. Roma m'a grandement intéressée. Mais...

le 21 juil. 2014

38 j'aime

Amarcord
Docteur_Jivago
10

L'hiver qui meurt

Amarcord ou "Je me souviens" en dialecte de Romagne. Un titre qui va à merveille avec cette oeuvre de Federico Fellini où le cinéaste italien évoque sa jeunesse dans l'Italie fasciste...

le 12 juil. 2017

33 j'aime

2

Amarcord
Theloma
9

Je me souviens d'Amarcord

Je me souviens avoir vu Amarcord quand j’étais lycéen Je me souviens que j’avais l’âge de Titta et de ses copains Je me souviens qu’Amarcord veut dire « Je me souviens » Je me souviens de la prof de...

le 19 mai 2019

30 j'aime

10

Du même critique

Les Misérables
EricDebarnot
7

Lâcheté et mensonges

Ce commentaire n'a pas pour ambition de juger des qualités cinématographiques du film de Ladj Ly, qui sont loin d'être négligeables : même si l'on peut tiquer devant un certain goût pour le...

le 29 nov. 2019

204 j'aime

152

1917
EricDebarnot
5

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

le 15 janv. 2020

190 j'aime

105

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

le 15 sept. 2020

187 j'aime

25