Intéressant.


L'intrigue est plaisante. Je m'attendais à un truc sur la parano, mais ça va plus loin. Par contre, ça ne va pas assez loin ; par exemple, l'idée de changer des décors en cours de film parce que l'héroïne se remet en question, c'est sympa, mais vu que parallèlement ses souvenirs s'étiolent forcément à force de ne plus voir, il est dommage que les décors ne soient pas plus épurés voire modifiés à cause de cela au fil du film. Les personnages sont sympas, on reste un peu sur sa faim en terme d'exploitation, mais ils sont tous globalement bien écrits. Les conflits se ressentent avec en plus une touche de poésie. Et puis on a un personnage accro au porno, qui est plutôt bien traité, mais sous-exploité (car après la présentation du personnage on n'en parle plus trop, au point de se dire que c'était gratuit).


Surtout que le réalisateur ne se prive pas de placer des extraits pornos trash, de quoi interdire l'accès à un public plus jeune, alors que le reste du film est nettement plus sage et accessible, drôle de choix donc. Le découpage est bien pensé, le montage est bien rythmé, la photographie est bien composée. Le casting est très bon. Les décors sont bien trouvés et bien exploités.


Bref, le film est bien mis en scène ; le scénario n'est pas parfait mais est suffisamment plaisant.

Fatpooper
7
Écrit par

Le 7 septembre 2020

Critique lue 92 fois

1 j'aime

Blind
Clode
6

La vie sans la vue

Pour son premier film, Eskil Vogt, scénariste de Joachim Trier et du très beau Oslo, 31 août, s’offre un sujet en or. Potentiellement passionnant mais particulièrement casse dent. Retranscrire la...

il y a 8 ans

6 j'aime

Blind
mymp
6

Dans les ténèbres

Ingrid est devenue aveugle. Une histoire de nerf optique abîmé, qui s’est désagrégé. Les ténèbres maintenant, elle connaît. Assise sur une chaise face à la fenêtre, elle passe ses journées à écouter...

Par

il y a 8 ans

4 j'aime

Blind
Roromax
8

Critique de Blind par Roromax

Ingrid devient soudainement aveugle et doit apprendre une nouvelle façon de vivre. Ne se sentant en sécurité que chez elle, elle passe ses journées à attendre son mari et à écrire. Un film étonnant,...

il y a 9 ans

3 j'aime

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

il y a 7 ans

118 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

il y a 9 ans

112 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

il y a 12 ans

94 j'aime

54