👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

She wore blue velvet, but in my heart there'll always be...

La première fois que je l'ai vu, j'étais déçue. Je n'avais pas tout de suite saisi que ce film et son ambiance angoissante s'étaient introduits au plus profond de mon inconscient.

L'envoûtante Dorothy Vallens (Isabella Rossellini) continue toujours de me hanter, parce qu'il faut l'avouer, son jeu est impressionnant. Partagée entre terreur et consentement, elle doit se livrer à un rituel sadomasochiste avec le surréel et horrible Franck, pour espérer sauver encore un peu son mari et son fils. (Petite anecdote : son rôle a tellement perturbé, que son agent l'a méchamment lâchée après la sortie du film...)
Mais le personnage principal est Jeffrey Beaumont (Kyle MacLachlan). Il est arraché à son innocente adolescence lorsqu'il découvre une oreille dans un champ. C’est de là que la douce niaiserie servie par Lynch s’écroule et que l’on découvre l’envers du décor de Lumberton. Sans aucune longueur, l’intrigue est amenée intelligemment dès les premiers plans du film.

Qui d’autre que Lynch pour pondre une œuvre pareille ? On y retrouve tout son univers : une petite ville à l'allure paisible, des rideaux de velours et autres objets ondulant sur la musique inquiétante de Badalamenti, des personnages excentriques aux mimiques extraordinaires (Franck et sa drogue en aérosol, Ben au jeu délicieusement horrible…), des situations surréalistes. A retenir surtout, cette scène jubilatoire chez Ben, parfaite en tout point, mythique et inoubliable.

Bref, vous l'avez compris, je suis tombée amoureuse de Blue Velvet. Pour le paradoxe entre deux univers qui se côtoient, se heurtent et s’empoisonnent, pour Isabella Rossellini, pour la musique angoissante qui sert à merveille l’ambiance fébrile de la nuit et du mal qui submerge petit à petit les esprits chastes.

Merci Lynch, pour cette oeuvre qui reste engluée dans chaque petit recoin de mon cerveau et de mon inconscient !

il y a 5 ans

58 j'aime

12 commentaires

Blue Velvet
Quantiflex
10
Blue Velvet

Deep River

Bien qu' aimant beaucoup le bonhomme, j' avoue avoir quelques réserves sur les films que Lynch a fait ces dernières années, mais par contre "Blue Velvet" (1986) est un objet hors du commun . "Laura"...

Lire la critique

il y a 11 ans

80 j'aime

14

Blue Velvet
Gand-Alf
9
Blue Velvet

David Lynch au sommet de son art.

Après l'expérience désastreuse de "Dune", David Lynch revient à ses véritables obsessions avec ce qui s'avère un de ses meilleurs films, à une époque où le cinéaste parvenait à tenir son intrigue...

Lire la critique

il y a 10 ans

71 j'aime

10

Blue Velvet
Luanana
9
Blue Velvet

She wore blue velvet, but in my heart there'll always be...

La première fois que je l'ai vu, j'étais déçue. Je n'avais pas tout de suite saisi que ce film et son ambiance angoissante s'étaient introduits au plus profond de mon inconscient. L'envoûtante...

Lire la critique

il y a 5 ans

58 j'aime

12

Comment chier au bureau
Luanana
3

Pièce en 2 actes : Une heure de la vie d'un site lucide

Dans un monde où tout tourne à l’envers Sans CiTrique est un site sur l’Internet qui permet aux utilisateurs de discuter cinéma, musique, littérature etc… il crée des amitiés mais des fois ça clash...

Lire la critique

il y a 3 ans

62 j'aime

37

Blue Velvet
Luanana
9
Blue Velvet

She wore blue velvet, but in my heart there'll always be...

La première fois que je l'ai vu, j'étais déçue. Je n'avais pas tout de suite saisi que ce film et son ambiance angoissante s'étaient introduits au plus profond de mon inconscient. L'envoûtante...

Lire la critique

il y a 5 ans

58 j'aime

12

Les Proies
Luanana
5
Les Proies

Tiré(es) à quatre épingles

C'est clair, Sofia Coppola avait un bon sujet entre les mains. Grâce à son esthétique parfaitement travaillée elle aurait pu nous livrer une alternative de Mademoiselle. Malheureusement le film...

Lire la critique

il y a 5 ans

46 j'aime

31