Les VRAIES aventures de Cendrillon

Après la mort de son père, Cendrillon se voit traitée comme une bonne par sa belle-mère et ses deux belles-sœurs. Un jour, le roi, désireux de voir son fils se marier, décide d’organiser un bal avec toutes les jeunes filles du royaume. Cendrillon voit là l’occasion de changer d’existence, mais c’est sans compter sur la méchanceté de sa belle-mère...


Sans nul doute, Cendrillon marque une étape capitale dans l’histoire des studios Disney. Dans leurs cartons depuis longtemps, cette adaptation fut mise au ban par la politique adoptée par les studios pendant la Seconde Guerre Mondiale, ne mettant au jour depuis 1942 que des compilations de courts-métrages, parfois sympathiques mais souvent décevantes, dues à la difficile situation financière dans laquelle ils se trouvaient. C’est après Le Crapaud et le maître d’école que Walt Disney décide que ses studios sont à nouveau capables de réaliser un véritable long-métrage, leur situation financière s’étant améliorée. Et c’est avec Cendrillon qu’ils se relancent, revenant sur le devant de la scène de la plus belle des manières.
Il y a du Blanche-Neige et les sept nains dans ce nouveau métrage, et Walt Disney lui-même ne s’y trompera pas, puisqu’il demandera sans cesse à ses animateurs de retravailler le film afin d’effacer toutes les ressemblances avec le premier long-métrage des studios. L’animation de Blanche-Neige reste sans doute au-dessus d’un Cendrillon où les limites budgétaires se font parfois encore sentir, mais ce dernier n’en est pas moins un retour aux grandes heures des studios Disney.
Jouant sur la parfaite alchimie entre la musique, signée des fidèles Oliver Wallace et Paul Smith, et l’animation, Cendrillon assume plus que jamais son aspect cartoonesque, au travers des mythiques séquences mettant en scène ou bien Anastasie et Javotte (hilarante leçon de chant) ou bien les animaux, particulièrement le conflit entre le chat et les souris, qui donne lieu à des scènes irrésistibles. Pourtant, et c’est là que le film rompt avec les compilations auxquelles il succède, Cendrillon n’oublie pas de raconter une histoire avant tout, et parvient à instaurer des enjeux aussi simples que forts, permettant d’impliquer les spectateurs de tous âges dans son récit.
Si, malgré l’influence omniprésente du romantisme allemand dans ses plans architecturaux (le château du roi et le manoir de l'héroïne), Cendrillon manque parfois d’une certaine ampleur, il ne manque en revanche jamais de magie, alliant avec bonheur le rire et les larmes selon la règle d’or de Walt Disney, une magie qui s’immisce dans les moindres détails, donnant à Cendrillon la même unité de ton que l’on trouvait dans les premiers grands classiques du studio. Le public ne s’y trompera d’ailleurs, pas, réservant un accueil royal à ce nouveau bijou des studios Disney, ouvrant ainsi la voie à ce qui allait être leur deuxième Âge d’or, et qui allait nous offrir les plus grands chefs-d’œuvre de Walt Disney.

Tonto
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films d'animation Disney et Les meilleurs films de 1950

Créée

le 11 sept. 2017

Critique lue 845 fois

26 j'aime

8 commentaires

Tonto

Écrit par

Critique lue 845 fois

26
8

D'autres avis sur Cendrillon

Cendrillon
Walter-Mouse
9

Les princesses à la rescousse

Les années 1940 sont passées et avec elles toutes les déceptions financières (voire même critiques) des Classiques Disney. La boîte aux grandes oreilles vient de vivre son premier Âge Noir et cela a...

le 6 juil. 2016

30 j'aime

7

Cendrillon
Neophyte
7

Rock that party tonight

Non mais parce que sérieusement, Cendrillon, en fait, son rêve c'était juste d'aller à la grosse bamboula du patelin pour harponner le beau-gosse du lycée avec ses Louboutins et sa robe Givenchy...

le 25 déc. 2012

29 j'aime

2

Cendrillon
Ugly
8

Un conte intemporel

Ce classique de Disney est un véritable enchantement visuel, un bijou intemporel dont la magie et la poésie s'accordent à une animation dont la perfection laisse pantois. Pas étonnant que l'usine à...

Par

le 27 août 2017

28 j'aime

10

Du même critique

Solo - A Star Wars Story
Tonto
8

Mémoires d'un Han

Dans les méandres de la planète Corellia, où la population a été asservie aux ordres de l’Aube écarlate, organisation au service de l’Empire, un jeune homme, Han (Alden Ehrenreich) tente de s’évader...

le 24 mai 2018

79 j'aime

32

Hostiles
Tonto
9

La fantastique chevauchée

1892, Nouveau-Mexique. Vétéran respecté de l’armée américaine, le capitaine Joseph Blocker (Christian Bale) se voit donner l’ordre de raccompagner le chef cheyenne Yellow Hawk (Wes Studi), en train...

le 20 mars 2018

78 j'aime

15