Avant Barry Lyndon et après Love Story,Ryan O' Neal a tourné la Barbe à Papa avec sa fille Tatum. La curiosité de ce film de 1973, c'est sa touche noir et blanc et son sujet (comment deux âmes délaissées par le rêve américain finissent par former un tandem de choc). Deux raisons qui donnaient envie de voir le film de Peter Bogdanovitch.Au début, la rencontre entre le représentant véreux et la petite fille orpheline interpelle et leurs échanges discordants sont assez savoureux. Du moment que les deux compères s'accordent, la Barbe à Papa aligne une série de scènes creuses où le rythme et la dramaturgie sont relégués.J'avoue donc un ennui formidable qui m'a gagné où la prestation des acteurs principaux et secondaires ne suffisait plus à masquer un manque de consistance derrière l'esthétique.J'en viens aussi à m'interroger sur l'envie des enfants d'acteurs à tourner avec leurs parents ( Will Smith le fit avec sa fille Wilow et son fils Jaden plus tard) et si cela est une chance ou une obligation filiale.Le cinéma,usine à rêves, a parfois des limites à ne pas franchir.Pour ces quelques raisons, la Barbe à Papa restera un film prometteur mais inabouti et peut-être un tournant dans la filmographie de Ryan O'Neal qui deviendra un acteur de second rang après le film de Kubrick.Un destin que la Barbe à Papa annonçait quelque part avant l'heure avec ce représentant de commerce déclassé qui continua à maintenir sa place dans un système qui ne l'attendait plus.La barbe,Papa !

Specliseur
5
Écrit par

Créée

le 25 sept. 2017

Critique lue 735 fois

1 j'aime

Specliseur

Écrit par

Critique lue 735 fois

1

D'autres avis sur La Barbe à papa

La Barbe à papa
-IgoR-
9

Le voyage dans la lune

Sur le canevas classique du road movie, Peter Bogdanovich brode une fable délicieusement surannée. Parfaitement assumé et réalisé, le noir et blanc se fait émissaire d’une époque révolue, difficile...

le 7 mai 2014

44 j'aime

12

La Barbe à papa
Docteur_Jivago
9

To Moze from Addie

S’ouvrant sur la chanson It’s only a Paper Moon, La Barbe à Papa débute avec une scène d’enterrement remarquable et donnant tout de suite le ton du film, où l’on va suivre un petit escroc qui va se...

le 5 juil. 2014

42 j'aime

14

La Barbe à papa
Vincent-Ruozzi
9

Arnaquer pour survivre, aimer pour vivre

Venant simplement à l’enterrement d’une ancienne amie, Moses ne pensait pas repartir avec Addie, la fille de celle-ci. Cherchant vainement à s’en débarrasser, il accepte à contrecœur d’accompagner la...

le 2 mars 2017

33 j'aime

10

Du même critique

Eiffel
Specliseur
8

Un biopic alternatif remarquable

Ce qui marque d’entrée dans Eiffel est la qualité des scènes d’époque du côté de Bordeaux où de Paris. Martin Bourboulon effectue une mise en scène épatante où chaque détail compte. Les extérieurs de...

le 13 oct. 2021

40 j'aime

Paddington
Specliseur
7

Un petit ours débonnaire dans un film drôle et optimiste

Je comprends mieux pourquoi nos voisins britanniques ont une affection si particulière pour Paddington.Ce petit ours péruvien et déraciné qui débarque à Londres a déjà un regard naïf mais pas tant...

le 14 déc. 2014

25 j'aime

3

Les Frères Sisters
Specliseur
5

Le western: pas un background pour Jacques Audiard

Quand j’ai lu,comme beaucoup de monde,que les Frères Sisters était une proposition de John C Reilly au réalisateur,j’ai commencé à avoir quelques doutes sur la nature de ce film pas véritablement...

le 20 sept. 2018

19 j'aime