Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

L’heure est aux crossovers.
Vous avez aimé cowboys et extraterrestres. (Cowboys et envahisseurs)
Vous avez frémi à Us Navy et extraterrestres. (Battleship)
Vous devriez adorer ninjas et extraterrestres. (La Grande muraille)


L’objectif est d’en mettre plein les yeux aux Occidentaux. Le Blanc est un barbare, cupide et dépourvu d’idéal. Alors même qu’il vivait reclus dans sa grotte, la civilisation chinoise était à son apogée, mieux elle luttait, seule, pour sauver l’humanité.


Le moyen : un blockbuster.
Le budget : illimité.
Le modèle : Le Seigneur des anneaux. Curieusement, le scénario est confié à un Ricain, Tony Gilroy, qui signa les Jason Bourne et Rogue One.
La mission : Faire mieux, plus beau, plus féroce, plus épique.
Le moyen : On troque les Hobbits contre une jeune femme gracile et en remplace les orques par des extraterrestres belliqueux. Tiré de la mythologie chinoise, le taotei est dopé par Girloy. Le petit varan est cloné avec Alien. Il se déplace en meute avec la terrifiante agilité des zombis de Word war Z.


Le tout est réalisé par le grand Zhang Yimou en personne, l’homme des admirables et cérébraux Wu xia pian : Hero ou Le secret des poignards volants. Sauf que la tâche est désormais toute autre : oubliez subtilité et élégance, place à l’action et à l’outrance.


C’est très mauvais. De ce produit de propagande, je sauverai les décors ; le désert de Gobi reste magnifique ; les costumes ; trop propres, trop parfaits, mais réussis ; et les scènes de mise en place, avant les batailles, avec des déploiements d’armures colorées inspirés du sublime Ran. C’est tout.


Le scénario est stupide, une grosse baston, une petite baston, une poursuite et une résolution invraisemblable. Matt Damon, Willem Dafoe et Pedro Pascal, les barbares de service, cachetonnent. Matt s’est découvert une passion pour l’arc. Incapable de jouer l’elfe bondissant, le quadra a pris du poids, toute la vigueur de son jeu s’est rassemblée dans les rares séquences de tir. Une chance, il tire juste. Jing Tian est fort jolie. Son visage inexpressif n’exprime que l’amour de son pays et de l’Ordre sans nom, une société secrète de moines guerriers des deux sexes. Elle jouera de ses armes secrètes pour repousser les grosses bébêtes. Nous aurons droit aux catapultes enflammées, aux extravagantes et mortelles plongeuses de haut vol, aux flèches sifflantes, aux détonantes grenades, aux ciseaux à taotei et, pour finir, à une compétition de montgolfières !
Mais, le ballon chaud, c’est à nous !
Ou plutôt aux frères Montgolfier.
Rendez-nous nos montgolfières !


Matt Damon n’a même pas le droit à l’ombre d’une esquisse de romance avec la froide Jing Tian. Mes filles sont déçues. Moi aussi. À oublier.

Créée

le 1 juin 2017

Critique lue 1.3K fois

18 j'aime

7 commentaires

Step de Boisse

Écrit par

Critique lue 1.3K fois

18
7

D'autres avis sur La Grande Muraille

La Grande Muraille
Behind_the_Mask
5

Blockbuster bridé

Jusqu'ici, ce n'était que par l'apparition quelque peu incongrue du nom d'un grand groupe (Alibaba, au hasard), juste avant la première scène d'un film, le paiement faste des services d'un...

le 14 janv. 2017

72 j'aime

12

La Grande Muraille
Racoon3000
5

...Une bouse comme je les adore. :)

La Grande Muraille a trouvé sa place entre Pacific Rim, BattleShip et le dernier Godzilla, dans mon temple très personnel des films bousesques et jouissifs. Matt Damon sauve la Chine et le monde en...

le 12 janv. 2017

30 j'aime

2

La Grande Muraille
Tonto
6

Comme quoi il n'y pas que Trump qui aime bien les murs...

Seuls rescapés d’un groupe d’aventuriers européens venus en Chine chercher la mystérieuse poudre noire, une arme mythique qui y est fabriquée, William Garin (Matt Damon) et Pero Tovar (Pedro Pascal)...

le 18 janv. 2017

30 j'aime

1

Du même critique

Gran Torino
SBoisse
10

Ma vie avec Clint

Clint est octogénaire. Je suis Clint depuis 1976. Ne souriez pas, notre langue, dont les puristes vantent l’inestimable précision, peut prêter à confusion. Je ne prétends pas être Clint, mais...

le 14 oct. 2016

125 j'aime

31

Mon voisin Totoro
SBoisse
10

Ame d’enfant et gros câlins

Je dois à Hayao Miyazaki mon passage à l’âge adulte. Il était temps, j’avais 35 ans. Ne vous méprenez pas, j’étais marié, père de famille et autonome financièrement. Seulement, ma vision du monde...

le 20 nov. 2017

123 j'aime

12