👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille.

C'est au cours de trois heures de film qu'Anderson nous fait suivre la journée de neufs personnages qui n'ont, à première vu, aucun lien les uns avec les autres. On se laisse emporter par leurs histoires, un peu impatient, un peu intrigué. On se demande où ce cher Anderson veut nous enmener. Puis on commence à voir le lien entre chacun d'eux, leurs chemins étant liés, à l'instar des neufs pétales d'une magnolia. Neufs personnages pourtant très différents les uns des autres, chacuns portent en eux un regret, un remord, une blessure mais tous ne l'affrontent pas de la même façon. Un film qui parle d'auto-destruction mais aussi et surtout du combat de la vie de tous les jours, garder la tête hors de l'eau, quelqu'en soit la manière.

Alors que la journée suit son cours, le film gagne en intensité, le rythme accélère, on virevolte de personnages en personnages, la musique se fait omniprésente et prend une place considérable dans notre histoire valsant de style en style. Pour moi ce passage est et restera très jouissif. Alors qu'il ne se passe pourtant pas grand chose de très excitant dans le scénario, Anderson arrive à nous prendre au tripes et à nous montrer à quel point il peut jouer de nos sentiments. Passage qui pour moi reste fabuleux signe également ma plus grosse déception du film.

Alors que l'intensité est au plus haut, il tombe très rapidement et le film retrouve un rythme plus modéré, nous laissant sur notre fin. Je me suis redressé de mon siège, me demandant pourquoi cette baisse soudaine d'intensité, à dévorer chaque image, chaque phrase pour espérer un retour à cette folle cadence. J'ai pourtant rapidement déchanter en comprenant que c'était fini et c'est avec une grosse pointe de déception que j'ai repris le cours du film. Fort heureusement, après m'avoir néanmoins un peu perturbé, cette surprenante fin m'a satisfaite.

Je ne peux que féliciter Anderson pour ce fabuleux film. Tous ses longs plans resserés sur les visages des acteurs témoignant de chacune de leurs mimiques, de leurs expressions et bien entendu de leurs sentiments, le tout sur une merveilleuse et transcendante BO, c'est complètement envoûtant. Il me donne l'impression d'avoir completement compris la magie du cinéma, et le prouve avec ce film. C'est sur, Anderson m'a séduite.
Amethyste
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 10 ans

51 j'aime

2 commentaires

Magnolia
DjeeVanCleef
9
Magnolia

Magnolia Faux Rêveur

Magnolia te prend et t'emmène. C'est un fait. Si tu restes à quai, c'est que tu n'as pas de cœur. Et puis c'est tout. C'est comme une farandole mais avec des gens, un manège qui te fait croire...

Lire la critique

il y a 8 ans

136 j'aime

10

Magnolia
Kiwi-
8
Magnolia

PTA'l

Mais ou sommes nous ? Ce sentiment étrange de ne pas connaitre ce monde qui nous entoure, cette folie, ces coïncidences qui mènent à l'interrogation, ce plongeur qui vole dans le ciel. Pour son...

Lire la critique

il y a 7 ans

60 j'aime

7

Magnolia
Amethyste
7
Magnolia

Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille.

C'est au cours de trois heures de film qu'Anderson nous fait suivre la journée de neufs personnages qui n'ont, à première vu, aucun lien les uns avec les autres. On se laisse emporter par leurs...

Lire la critique

il y a 10 ans

51 j'aime

2

Donnie Darko
Amethyste
10
Donnie Darko

Why are you wearing that stupid man suit?

Je préviens à l'avance que ma critique va spoiler un peu le film. Soyez prévenu ! Richard Kelly nous prend aux trippes avec son Donnie Darko. Le scénario est brillant, intrigant. Lorsqu'on décide...

Lire la critique

il y a 11 ans

114 j'aime

14

This is England
Amethyste
9

Shaun of the skinhead.

This is England nous plonge dans une Angleterre des années 80, marquée par la politique de Thatcher et porte, tout particulièrement son regard sur le mouvement skin. Difficile, en voyant le script,...

Lire la critique

il y a 10 ans

111 j'aime

2

Moulin Rouge
Amethyste
9
Moulin Rouge

The show must go on.

Un rêve. Oui, il faut être un peu rêveur pour apprécier ce film. Réussir à mettre de coté les incohérences, les anachronismes, les niaiseries pour finalement se laisser submergé par les paillettes et...

Lire la critique

il y a 11 ans

92 j'aime

11