👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Mais ou sommes nous ? Ce sentiment étrange de ne pas connaitre ce monde qui nous entoure, cette folie, ces coïncidences qui mènent à l'interrogation, ce plongeur qui vole dans le ciel.

Pour son troisième long métrage et auréolé du succès de "Boogie Night" Paul Thomas Anderson réussi donc cet exploit qu'est "Magnolia", un film compliqué à produire qui fera un flop en salle, un Tom Cruise imposé, un script de plusieurs centaines de pages. Le tout pour construire un film choral de trois heures sur neuf personnages radicalement différents avec au centre de l'intrigue le décès d'un homme âgé.

Un film étrange, rythmé, une ode au hasard, à la coïncidence pour une trame sans début, sans milieu, sans fin. Tout sauf classique. "Magnolia" prend et emmène, nous rapproche de petits êtres insignifiants, d'un gourou du masculanisme à un jeune génie qui a par dessus tout le désir d'aller aux toilettes, d'un policier simple qui va trouver l'amour avec une toxico, à une femme qui n'arrive pas à se satisfaire de la mort de son mari. PTA survole ces personnages, les transperce, nous fait admirer ce qu'il y a à l'intérieur, tous ayant le même temps à l'écran. Sans faire dans la facilité, son film est malheureux, travaillé et sublime, entre plan séquence sur un Tom Cruise illuminé ou une pluie de grenouille qui veut tout dire. Basculant entre l'optimisme et le pessimisme, d'une richesse incroyable, d'une mélancolie prenante.

Ici la distance entre nous et les personnages est inexistante, "Magnolia" filme la vie et impose son régime qui tourne plein fort. PTA arrivant à faire passer trois heures pour un éclaire du fait de son rythme qui pratiquement jamais ne faiblit. PTA adapte sa mise en scène à chacun des protagonistes, annonce les connections entre eux sans en négliger un seul. Rien que pour ces raisons "Magnolia" vaut le statut de chef d'oeuvre à proprement parler. Au delà de sa complexité, il met en scène la complexité du genre humain, suffit de penser au personnage de Tom Cruise qui se construit un masque pour ne pas avoir à faire face à son passé obscure. Des gens qui ont mal grandi, mal vécu, vivant dans les souffrances de leur passé.

Les pétales tapissent l'existence, les mots croisés s'y faufilent, le cancer de l'homme serait il l'amour ?

Kiwi-
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste La Filmothèque, le valeureux temple de la découverte

il y a 7 ans

60 j'aime

7 commentaires

Magnolia
DjeeVanCleef
9
Magnolia

Magnolia Faux Rêveur

Magnolia te prend et t'emmène. C'est un fait. Si tu restes à quai, c'est que tu n'as pas de cœur. Et puis c'est tout. C'est comme une farandole mais avec des gens, un manège qui te fait croire...

Lire la critique

il y a 8 ans

136 j'aime

10

Magnolia
Kiwi-
8
Magnolia

PTA'l

Mais ou sommes nous ? Ce sentiment étrange de ne pas connaitre ce monde qui nous entoure, cette folie, ces coïncidences qui mènent à l'interrogation, ce plongeur qui vole dans le ciel. Pour son...

Lire la critique

il y a 7 ans

60 j'aime

7

Magnolia
Amethyste
7
Magnolia

Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille.

C'est au cours de trois heures de film qu'Anderson nous fait suivre la journée de neufs personnages qui n'ont, à première vu, aucun lien les uns avec les autres. On se laisse emporter par leurs...

Lire la critique

il y a 10 ans

51 j'aime

2

Mademoiselle
Kiwi-
9
Mademoiselle

Édulcorée(s).

Déjà reconnu pour ses incursions dans le domaine du thriller machiavélique diaboliquement érotique, Park Chan-Wook s'aventure avec « Mademoiselle » dans un film de manipulation opulent se déroulant...

Lire la critique

il y a 6 ans

103 j'aime

8

Seul sur Mars
Kiwi-
8

Le Gai savoir.

La semaine où la NASA annonce officiellement avoir trouvé de l’eau sur Mars, Ridley Scott, jadis grand créateur d’atmosphère, sort son nouveau film sur un homme égaré sur la planète rouge après avoir...

Lire la critique

il y a 6 ans

97 j'aime

4

Batman v Superman : L'Aube de la Justice
Kiwi-
5

Nero nemesis.

Tout comme dans « Man of Steel » qu’il avait sorti en 2013, Zack Snyder alterne, dans « Batman vs Superman », les réussites et les échecs. Vendu comme l’énième événement geek ultime, ce combat entre...

Lire la critique

il y a 6 ans

95 j'aime

9