Intéressant documentaire.


La femme de Refn se colle à l'exercice, histoire de s'émanciper un peu. Cela donne lieu à un double projet : un making of et un documentaire sur la vie de couple. Malheureusement, à cause de ce concept, forcément, on en vient à regretter que chaque 'intrigue' ne soit pas plus développée. Mais on a tout de même droit à de belles séquences de chaque côté. Cette scène absurde où Refn accepte de présenter un film en échange d'une grosse somme d'argent, ou encore cette scène où Refn traite sa femme comme de la merde parce qu'il a encore changé d'avis sur son film et que sa femme ne le comprend pas. Au moins, le portrait n'est pas lisse et on s'attaque bel et bien aux coulisses d'un film. En plus, ce n'est pas trop long. la fin, prévisiblement, est un peu facile, un peu faible ; je pense qu'il aurait fallu se servir de la production du film comme d'un vrai objectif à atteindre, ça aurait permis de mieux le structurer et ainsi de mieux profiter des scènes intimistes pour nourrir le film, pour lui conférer un sens plus profond.


La mise en scène est correcte. La réalisatrice n'est pas forcément une bonne cadreuse, mais au moins sa naïveté la pousse à filmer frontalement les chose, à ne pas tourner autour du pot. Et puis, de par sa relation directe avec Refn, elle se permet d'entrer véritablement dans son intimité, de le questionner sans gêne, de le bousculer même un peu. Mais pas trop non plus, parce qu'après tout, c'est quand même lui le chef de famille, c'est lui qui décide de tout. Et en cela c'est assez bien pensé, la réalisatrice donne vraiment le mauvais rôle à son mari et son montage fonctionne sans en faire des tonnes. Il y a quelques plans qui auraient pu disparaître au montage, d'autres scènes où on aurait voulu que ça dure un peu plus longtemps, mais dans l'ensemble il y a un bon équilibre.


Bref, ce moyen métrage est plutôt intéressant, bien plus riche que "Gambler". Ce qui est marrant ou sordide, finalement, c'est que cette petite émancipation, elle ne l'a gagne que grâce à son mari : s'il n'était pas le réalisateur de "Drive", son docu aurait moins intéressé. Son émancipation dépend donc très fortement de Refn, ce qui revient à se demander s'il s'agit vraiment d'émancipation ?

Fatpooper
7
Écrit par

Créée

le 27 mai 2016

Critique lue 596 fois

4 j'aime

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 596 fois

4

D'autres avis sur My Life Directed by Nicolas Winding Refn

My Life Directed by Nicolas Winding Refn
Cinemaniaque
8

Critique de My Life Directed by Nicolas Winding Refn par Cinemaniaque

Quiconque a été confronté à la création artistique, en particulier d’un film (ou quiconque vit avec cette personne) ne pourra être que touché, interloqué, amusé et mis en défaut par ce documentaire...

le 25 sept. 2021

3 j'aime

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

116 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

104 j'aime

55