👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Cette journée commençait bien mal pourtant, arrivé au cinéma pour découvrir que la séance de Night Call était complète et s'orienter par défaut vers celle de The Search n'augurait rien de bon. C'était sans compter sur un incroyable concours de circonstance durant lequel les deux films ont été inversés dans leurs salles respectives. Après avoir entendu les gens râler et conspuer contre la médiocrité des services proposés par le cinéma et un type ayant acheté un billet pour Night Call crier " mais c'est quoi ce film de merde, on veut le notre " avant que son ami lui rappelle que c'était justement ce qu'il avait sous les yeux, le spectacle pouvait commencer.

Je vous le dis immédiatement, Night Call va diviser, d'une part comme on a droit à beaucoup de scènes dans lequel le héros conduit de nuit, et en plus du Kavinsky, certains y vont y voir immédiatement des références à Drive puis vont pousser plus loin et faire une analogie avec Taxi Driver et la solitude. Ensuite d'autres vont plutôt s'orienter vers ce qu'ils perçoivent une apologie du rêve américain particulièrement maladroite, un peu les mêmes en fait qui ont reproché à Scorsese de rendre fun l'univers de la finance à coup de cocaïne et de sex en ajoutant un ton humoristique peu adapté. J'avais déjà trouvé à l'époque que c'était plutôt l'inverse, en mettant en avant la futilité et l'artifice de ses vies déconnectés de la réalité et en les ridiculisant à outrance, le parti pris était génial.

En ce qui me concerne, j'ai plutôt vu un digne héritier d'une pièce maîtresse de l'œuvre de Lumet, Network, certes avec un peu moins de classe peut être et avec une réalisation moins saisissante mais avec des intentions similaires. S'attaquer directement au pouvoir des médias, à cette course à l'audimat malsaine et glaciale, empreint d'un cynisme et d'une noirceur difficile à digérer.
Et quoi de mieux pour poser cette base que d'utiliser le regard d'un personnage aussi bien fascinant qu'abject sous les traits d'un Jake Gyllenhaal méconnaissable. Terrifiant à souhait, aussi bien dans sa façon de communiquer avec ses congénères pour qui il semble ne pas ressentir la moindre émotion que lorsqu'il s'octroie un sourire qui durant quelques secondes semble refléter le monstre qui se cache prêt à dévorer quiconque se mettra en travers de son chemin. Un homme totalement obsédé par sa réussite avec un business plan tout tracé et prêt à faire parler sa caméra dans n'importe quelle situation pour dégotter la une du soir.

Night Call est une œuvre saisissante, déshumanisée, troublante et pourrie de l'intérieur, mais elle n'est qu'une vitrine de notre société. À l'heure où des décapitations font un buzz incroyable et génèrent des millions de téléchargement, comment se plaindre que certains essaient de construire un empire autour de ça et fournir la substance pour assouvir le désir toujours glauque de certains pour le sensationnel. Où est la limite à ne pas franchir, quelles sont les conséquences, le récit posé à mon sens les bonnes questions tout en conservant un angle intéressant. S'il ne pose pas un jugement de valeur, il pose un jugement de fait sans avoir besoin de prendre la main son spectateur qui avec un peu de bon sens n'a pas besoin qu'on lui martèle que tout ceci est mal.
Porté par un Jake Gyllenhaal magistral, Night Call fait mouche aussi bien dans sa forme que dans son fond, un film glaçant de réalisme que je vous recommande à tous.
Night Call
Gwimdor
8
Night Call

La nouvelle obsession de Jake !

Cette journée commençait bien mal pourtant, arrivé au cinéma pour découvrir que la séance de Night Call était complète et s'orienter par défaut vers celle de The Search n'augurait rien de bon...

Lire la critique

il y a 7 ans

104 j'aime

8

Night Call
CableHogue
4
Night Call

Tel est pris qui croyait prendre...

Lou est un petit escroc qui vit de larcins sans envergures. Seulement, il veut se faire une place dans le monde, et pas n’importe laquelle : la plus haute possible. Monter une société, travailler à...

Lire la critique

il y a 7 ans

93 j'aime

36

Night Call
Saymyname-WW
9
Night Call

Un thriller haletant et sans compromis ! (Sans spoilers)

Ce film retrace donc le parcours de Lou, un jeune homme qui n’a pas fait d’études et qui se débrouille comme il peut pour survivre. Jusqu’au jour où il décide de se lancer dans une carrière de «...

Lire la critique

il y a 7 ans

90 j'aime

28

Interstellar
Gwimdor
10
Interstellar

All you need is love, love, love, love...

Aïe Aïe Aïe, nous y voilà, Interstellar, le film dont on ne doit pas prononcer le nom, celui qui déchaîne les passions, film de la décennie pour certains, arnaque pour d'autres. Déjà moqué pour ces...

Lire la critique

il y a 7 ans

480 j'aime

23

Mad Max - Fury Road
Gwimdor
9

My Name is Max, Mad max !

Putain........................... Du moment où les lumières se tamisent jusqu'au générique de fin laissant traverser le nom de Georges Miller, je suis resté scotché dans mon siège, halluciné par le...

Lire la critique

il y a 7 ans

299 j'aime

27

Whiplash
Gwimdor
8
Whiplash

Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, J.K FUCKING SIMONS

J'ai quitté la salle il y a quelques heures maintenant, et pourtant j'entends encore les baguettes claquer contre les cymbales avec une fougue hors norme, ais-je perdu la raison ou suis-je encore...

Lire la critique

il y a 7 ans

250 j'aime

5