Trois flics, un Tadjik et le cinéma français sont dans un Berlingo. Qui va morfler ?

Après le Police de Maurice Pialat et le Polisse de Maïwenn, voici donc le Police d’Anne Fontaine, moins brillant que le machin chaotique et fiévreux de Pialat, mais pas plus que le machin lourdaud de Maïwenn. Fontaine et sa coscénariste Claire Barre ont adapté le roman d’Hugo Boris pour en faire, elles, un machin insipide malgré les forts enjeux psychologiques proposés par l’histoire. Soit trois flics qui doivent reconduire Tohirov, un demandeur d’asile tadjik, à la frontière (du moins à l’aéroport), sachant que celui-ci risque d’être exécuté s’il rentre dans son pays. Un cas de conscience s’impose alors à eux : faire "simplement" le boulot sans (se) poser de questions ou permettre à Tohirov de s’échapper (et d’échapper à une mort probable).


Entre deux rengaines variétoches à la radio (du Balavoine et du Lavoine, et il faut réussir à ne pas éclater de rire, ou à ne pas soupirer de découragement, quand Omar Sy se met à fredonner Elle a les yeux revolver) et quelques atermoiements existentiels et sentimentaux, Virginie, Aristide et Erik se demandent si la désobéissance civile est soluble dans le port de l’uniforme. Cette réflexion, censée opposer les trois protagonistes à leur propre vérité et amener, selon Fontaine, le spectateur à "pouvoir naviguer avec ses propres interrogations sur la transgression", se retrouve malheureusement très vite diluée dans une artificialité tant au niveau des dialogues (entre autres lors d’une scène de drague entre Virginie et Aristide, gênante) que dans une construction narrative poussive : les changements de points du vue, en début de film, n’apportent strictement rien au développement de l’intrigue et des personnages, avant que le film ne se resserre en un huis clos dans une voiture entrecoupé de flashbacks maladroits.


Et puis cette façon de mettre en parallèle les tracas du quotidien de trois flics au dilemme moral auquel ils sont confrontés (ainsi qu’au sort incertain de Tohirov, qui n’a plus que son silence comme seule dignité) est plus que contestable, réduisant le possible geste de sédition (et, accessoirement, la vie d’un homme) à un truc de plus à gérer dans la journée entre une décision d’avortement, un mariage qui bat de l’aile, un mari violent ou une mère infanticide. Étude sociale et "suspens humaniste" ne sont visiblement pas compatibles, en tout cas Fontaine ne parvient jamais à les concilier, à composer avec, pas aidée non plus par Virginie Efira, Omar Sy et Grégory Gadebois qui, et on les comprend, ne semblent pas vraiment à l’aise ni inspirés dans des rôles sans finesse.


Article sur SEUIL CRITIQUE(S)

mymp
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Flop 2020

Le 7 septembre 2020

20 j'aime

Police
DavidRumeaux
3
Police

Police !

Alors là. Autant j’apprécie la carrière éclectique d’Anne Fontaine, autant il me sera tout simplement impossible de défendre ce film d’une quelconque maniére ! Virginie, Erik et Aristide (si si,...

Lire la critique

il y a 2 ans

19 j'aime

Police
6nezfil
5
Police

Sous l'uniforme

Anne Fontaine continue à être une réalisatrice déconcertante et inégale, capable du meilleur (Les innocentes, Nettoyage à sec) comme du moins bon. Police possède un vrai beau sujet de départ (la...

Lire la critique

il y a 2 ans

10 j'aime

1

Police
QuentinBombarde
7
Police

Peau lisse

Police est un titre trompeur. Anne Fontaine ne signe pas là son premier film policier mais continue son observation humaine dans un long-métrage porté par de superbes acteurs. Anne Fontaine, malgré...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

Moonlight
mymp
8
Moonlight

Va, vis et deviens

Au clair de lune, les garçons noirs paraissent bleu, et dans les nuits orange aussi, quand ils marchent ou quand ils s’embrassent. C’est de là que vient, de là que bat le cœur de Moonlight, dans le...

Lire la critique

il y a 5 ans

171 j'aime

2

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Lire la critique

il y a 7 ans

157 j'aime

25

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

147 j'aime

21