Denis Villeneuve est décidément un réalisateur intéressant.
Qu'il hérisse le poil ou fasse naître des frissons d'extase, il explore à chaque nouveau film une facette totalement différente de ses capacités ou de son talent. Cette fois, il réussit le petit exploit d'étoffer le cœur de ce qui ressemble à un réel élan artistique avec un enrobage parfaitement digeste. Ça à l'air de rien, mais tous les réalisateurs et scénaristes n'y parviennent pas si facilement.


Loving the alien


Parce qu'en vrai, on se fout pas mal de la présence de militaires autour de Louise et Ian. Le sujet est donc traité sobrement, mais sérieusement.
On se branle un peu de la réaction des différents pays autour de l'arrivée de vaisseaux extraterrestres aux douze coins du globe. L'affaire est donc rondement menée, de manière plutôt plausible, et avec même une petite pirouette sympathique.
Enfin, on pourrait se montrer irrité par le sempiternel trauma de l'enfant perdu. Mais c'est là une des réussites du projet: plutôt qu'être déploré comme un cliché éculé habituel dans ce genre de production, ce sous-thème va se mêler efficacement au principal, en laissant à chacun le soin d'interpréter selon sa sensibilité propre si le talent de Louise était antérieur ou lié à l'arrivée des aliens.


Illegal alien


Reste donc l'idée principale, dont il n'était pas évident de faire un film. L'exploit de Villeneuve est donc ici de faire passer un thème de réflexion que ne renierait pas Godard en un faux thriller SF assez malin pour que des producteurs acceptent de le financer, et -encore mieux- pour que des spectateurs aient envie de se déplacer pour le voir.
Songez donc que pendant le plus clair de ces 116 minutes, le film ne propose pas grand chose d'autre que deux scientifiques tentant de déchiffrer un langage d'abord parfaitement abscons (d'ailleurs brillamment imaginé par le réalisateur et son scénariste Eric Heisserer) proposé par Abbot et Costello, deux heptapode laconiques mais coopératifs.


Subterranean Homesick Alien


Drame familial, thriller psychologique, anticipation arachnide, polar frontalier et désormais SF atypique, le québécois semble donc capable d'aborder tous les genres avec un certain bonheur, et si parfois ici la copie pourrait évoquer un mix dangereux entre Nolan et Malick, le résultat est suffisamment convainquant pour le voir s'attaquer à un des piliers du cinéma SF du 20ème siècle avec bien plus de confiance que s'il s'agissait du créateur de la dite-œuvre elle-même.
Il y a encore peu, ce genre de réflexion pouvait passer pour parfaitement sacrilège, ce qui donne une idée du chemin parcouru par le réalisateur en huit ans.

Premier Contact
Velvetman
8

Le lexique du temps

Les nouveaux visages du cinéma Hollywoodien se mettent subitement à la science-fiction. Cela devient-il un passage obligé ou est-ce un environnement propice à la création, au développement des...

Lire la critique

il y a 5 ans

259 j'aime

19

Premier Contact
Sergent_Pepper
8

Mission : indicible.

La science-fiction est avant tout affaire de promesse : c’est un élan vers l’ailleurs, vers l’au-delà de ce que les limites de notre connaissance actuelle nous impose. Lorsqu’un auteur s’empare du...

Lire la critique

il y a 5 ans

190 j'aime

16

Premier Contact
trineor
5

Breaking news : t'es à court sur la drogue bleue de Lucy ? Apprends l'heptapode !

Bon, bon, bon. Faut que je réémerge d'une apnée boulot déraisonnable, rien que le temps d'un petit commentaire... parce que c'est que je l'ai attendu, celui-ci. Et fichtre, je suis tout déçu ...

Lire la critique

il y a 5 ans

153 j'aime

61

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

340 j'aime

50

Les 8 Salopards
guyness
9

Classe de neige

Il n'est finalement pas étonnant que Tarantino ait demandé aux salles qui souhaitent diffuser son dernier film en avant-première des conditions que ses détracteurs pourraient considérer comme...

Lire la critique

il y a 6 ans

311 j'aime

43

Interstellar
guyness
4
Interstellar

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

291 j'aime

141