👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une jeune femme et un jeune homme marchent le long de la rivière Fuchun qui traverse la ville. Ils flirtent depuis quelques temps mais hésitent à manifester davantage leur amour. Il faut dire qu'une partie de la famille de la jeune femme désapprouve cette liaison. La caméra, placée au milieu de la rivière les suit à distance. C'est alors que le jeune homme lance un pari à sa compagne de promenade " je t'assure que j'arriverai là bas avant toi, moi à la nage et toi par le chemin". Pari tenu. Le jeune homme se déshabille et se jette à l'eau. La jeune femme emprunte le chemin à travers les arbres. Le jeune homme brasse du mieux qu'il peut, tandis que la jeune femme apparait/disparait à travers la frondaison des arbres. Ils se retrouvent au bout de quelques minutes au lieu d'arrivée, puis ils poursuivent leur balade le long du fleuve tout en discutant. Ils arrivent enfin à l'embarcadère juste à temps pour grimper à bord.
Ce travelling/plan-séquence d'une dizaine de minutes est magnifique dans sa simplicité et dans sa force de suggestion. C'est fin, c'est juste. Une vraie leçon de cinéma.

D'autres passage du film sont de la même veine, associant comme dans un haïku une nature sereine et des émotions complexes. Comme ce moment où un des quatre frères autour duquel le récit gravite, le plus jeune, mais déjà quadragénaire et n'ayant toujours pas trouvé de compagne, accepte, poussé par ses ainés, un rendez-vous avec une femme. On les retrouve sous le couvert d'un arbre magnifique, un camphrier multi centenaire qui domine le fleuve, métaphore de la vie qui passe. Ils conversent maladroitement, à demi-mot, car l'homme n'est pas bavard. Une scène toute simple mais très efficace.

Un très beau premier film, sans héros, sans coup d'éclat ou si peu, sans véritable tension dramatique mais porté par un rythme, une poésie visuelle et une mise en scène parfaitement maitrisée.

8.5/10
<3

Personnages/interprétation : 9/10
Histoire/scénario : 6/10
Mise en scène/réalisation : 10/10

Théloma
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Lumière d'été, Films : mon top 100, Plans séquences exemplaires, Dans ce film il y a un feu de camp et Les meilleurs films de 2020

il y a 2 ans

15 j'aime

19 commentaires

Séjour dans les monts Fuchun
Plume231
8

Les Quatre Saisons !

À ce qu'il paraît, c'est le premier film d'un certain Gu Xiaogang. Ben, on ne peut pas dire qu'il ait perdu du temps pour nous montrer qu'il a beaucoup de talent. C'est une chronique familiale qui...

Lire la critique

il y a plus d’un an

24 j'aime

7

Séjour dans les monts Fuchun
blacktide
7

Le Chant des Saisons

« Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières. » Non, nous n’avons pas trouvé ce proverbe chinois dans un biscuit où l’aphorisme se lit autant qu’il se mange. Et pourtant,...

Lire la critique

il y a plus d’un an

17 j'aime

1

Séjour dans les monts Fuchun
Théloma
9

Le fleuve et le camphrier

Une jeune femme et un jeune homme marchent le long de la rivière Fuchun qui traverse la ville. Ils flirtent depuis quelques temps mais hésitent à manifester davantage leur amour. Il faut dire qu'une...

Lire la critique

il y a 2 ans

15 j'aime

19

L'Anomalie
Théloma
8
L'Anomalie

Perte de sens...critique

Il est assez rare que j’écrive des papiers sur des romans sauf quand il m’ont vraiment emballé ou qu’ils sortent de l’ordinaire. C’est doublement le cas de cette savoureuse Anomalie que je viens de...

Lire la critique

il y a plus d’un an

95 j'aime

13

Ad Astra
Théloma
5
Ad Astra

La gravité et la pesanteur

La quête du père qui s’est fait la malle est un thème classique de la littérature ou du cinéma. Clifford (Tommy Lee Jones) le père de Roy Mac Bride (Brad Pitt) n’a quant à lui pas lésiné sur la...

Lire la critique

il y a 3 ans

94 j'aime

55

Life - Origine inconnue
Théloma
7

Martien go home

Les films de série B présentent bien souvent le défaut de n'être que de pâles copies de prestigieux ainés - Alien en l’occurrence - sans réussir à sortir du canevas original et à en réinventer...

Lire la critique

il y a 5 ans

79 j'aime

17