Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Shanghaï Blues
7.5
Shanghaï Blues

Film de Tsui Hark (1984)

Premier film à sortir de Film Workshop, société de production fondée par Tsui Hark lui-même afin de s’autoriser une indépendance financière et artistique totale dans son travail, Shanghai Blues augure toutes les fantaisies auxquelles nous habituera par la suite le réalisateur hongkongais.


Déjà imprégnée par la culture chinoise et ayant une dimension historique non négligeable en évoquant les années de l’après-Seconde Guerre mondiale, l’œuvre souffre cependant d’un problème de rythme et d’un scénario trop simple (un triangle amoureux) pour pouvoir captiver le spectateur sur la durée comme le feront ses longs-métrages suivants. C’est en fait un mélodrame romantique (avec quelques interludes musicaux) qui enchaîne les gags – heureusement très drôles –, sans grande prétention serait-on tenté de dire.


Si l’on sent déjà poindre le style visuel inimitable de Tsui Hark dont seront empreintes ses œuvres majeures (The Lovers, Dans la nuit des temps), on ne peut s’empêcher de relever que Shanghai Blues accuse le coup des années en proposant une photographie pas toujours nette et des lumières qui manquent souvent de contraste. La mise en scène, formaliste, n’a pas encore le côté très enlevé des futures productions du réalisateur et saurait même être taxée par moments d’académique (diantre !).


Les envolées lyriques chères au cinéaste sont malheureusement trop rares et maladroites dans ce film pour venir combler le vide insistant du scénario dans son ensemble. Un problème accru par le manque de charisme des protagonistes, lesquels ne semblent pouvoir exister qu’en surjouant leur rôle de façon agaçante. Il manque la classe naturelle d’une Charlie Yeung ou la beauté fragile d’un Nicky Wu pour donner à cette histoire l’embolie tant attendue qui n’arrive malheureusement jamais.


Un bon moment, qui pourra séduire sans problème de par son exotisme très prégnant, mais auquel il manque le grandiose – le « baroque » – et les excès dans l’histoire et la mise en scène dont fera preuve par la suite Tsui Hark et qui font d'après moi tout le charme de son cinéma atypique.

grantofficer
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films hongkongais et Les meilleurs films de Tsui Hark

Créée

le 30 janv. 2021

Critique lue 126 fois

grantofficer

Écrit par

Critique lue 126 fois

D'autres avis sur Shanghaï Blues

Shanghaï Blues
pphf
8

Du pur burlesque, mais génialement décalé

Parce que ce délire survitaminé, permanent, absurde et incontrôlable est aussi un vrai récit romantique – ils se rencontrent sur fond de guerre mondiale et de bombardements, se distinguent à peine...

Par

le 20 oct. 2014

15 j'aime

2

Shanghaï Blues
Ryo_Saeba
8

Critique de Shanghaï Blues par Ryo_Saeba

1984, alors que Tsui Hark travaille encore pour la compagnie Cinema City et vient de réaliser Aces go places 3, il décide avec sa compagne, Nansun Shi, de fonder la Film Workshop afin d'obtenir plus...

le 3 oct. 2010

7 j'aime

Shanghaï Blues
bougnat44
8

Un film qui n'engendre pas le blues

Le film commence en 1937, au début de la guerre sino-japonaise où les Japonais bombardent Shanghai, dans la concession française. Deux clowns (l’oncle et le neveu) décident de quitter leur employeur...

le 28 févr. 2021

Du même critique

My Mister
grantofficer
9

Un homme d'exception

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : My Mister est l'une des plus belles séries que j'ai pu voir récemment. L'histoire de la série tourne autour des deux personnages de Park Dong-Hun,...

le 28 mai 2020

22 j'aime

15

My Name
grantofficer
6

The Girl From Nowhere

Un an après le très surprenant Extracurricular, Kim Jin-min rempile avec un nouveau drama produit par et pour Netflix. Cette fois le bonhomme s’inspire de l’univers des gangs et des stups pour...

le 16 oct. 2021

21 j'aime

1

Stranger
grantofficer
9

L'arbre qui cache la forêt (critique saisons 1 & 2)

Critique de la saison 1 Stranger, de son nom original coréen Secret Forest, nous plonge dans une affaire criminelle atypique dont a la charge un procureur génial qui, à la suite d'une opération du...

le 16 mars 2020

19 j'aime

11