Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Shanghaï Blues
7.5
Shanghaï Blues

Film de Tsui Hark (1984)

Alors jeune cinéaste Hong-Kongais qui a fait ses armes dans les universités américaines puis à la télévision, Tsui Hark fonde lui-même sa société de production en 1984, Worshop Film, pour espérer pouvoir bénéficier de plus d'indépendance, Shanghaï Blues sera sa première expérience à travers cette boite.


Le futur réalisateur de Peking Opera Blues nous emmène ici avant, pendant et surtout après la seconde guerre mondiale, où un couple va vivre plusieurs aventures, des bas-fond à la réussite, et tenter de se construire. Le jeune metteur en scène propose un mélancolique et remarquable cocktail où burlesque, émotion, poésie et musique seront au rendez-vous, sans pour autant qu'il ne néglige les personnages. Il prend le risque de jouer sur plusieurs tableaux et ça fonctionne avec grand brio, sachant proposer tout un panel d'émotion où aucune ne laisse vraiment indifférente.


La force de l'oeuvre de Tsui Hark se trouve notamment dans la mise en scène et les tableaux dépeints, dans les cadres et les couleurs sublimés par sa caméra et offrant tout un lot de séquences mémorables (à l'image de la colorée scène de danse), surtout lorsque la musique et les violons viennent s'y mêler. Une réelle et puissante dimension romanesque se dégage de l'oeuvre, où l’intérêt se trouve aussi dans la description d'une époque révolue ainsi que dans le chaos qui se dégage du Shanghaï d'après-guerre.


Il ne tombe jamais dans l'excès et se révèle d'une grande justesse, sachant éviter de trop tomber dans le romantisme ou la comédie. Les thématiques abordées (le triangle amoureux, la vie, l'amour, le regard de Tsui Hark sur la société...), que ce soit en profondeur ou non, n'empêche jamais l'avancement de l'histoire, tandis qu'une grande nostalgie et qu'un charme à toute épreuve flottent tout le long sur l'oeuvre. Enfin, que serait Shanghaï Blues sans Kenny Bee et surtout la belle Sylvia Chang, qui donnent tout simplement vie à leur personnage.


Tsui Hark propose avec Shanghaï Blues une oeuvre à la fois drôle et émouvante, où il montre un réel sens du burlesque et de la mise en scène pour nous transporter, avec charme et musique, dans le Shanghaï d'après-guerre. Un film remarquable annonçant déjà Peking Opera Blues.

Créée

le 16 sept. 2016

Critique lue 716 fois

23 j'aime

3 commentaires

Docteur_Jivago

Écrit par

Critique lue 716 fois

23
3

D'autres avis sur Shanghaï Blues

Shanghaï Blues
pphf
8

Du pur burlesque, mais génialement décalé

Parce que ce délire survitaminé, permanent, absurde et incontrôlable est aussi un vrai récit romantique – ils se rencontrent sur fond de guerre mondiale et de bombardements, se distinguent à peine...

Par

le 20 oct. 2014

15 j'aime

2

Shanghaï Blues
Ryo_Saeba
8

Critique de Shanghaï Blues par Ryo_Saeba

1984, alors que Tsui Hark travaille encore pour la compagnie Cinema City et vient de réaliser Aces go places 3, il décide avec sa compagne, Nansun Shi, de fonder la Film Workshop afin d'obtenir plus...

le 3 oct. 2010

7 j'aime

Shanghaï Blues
bougnat44
8

Un film qui n'engendre pas le blues

Le film commence en 1937, au début de la guerre sino-japonaise où les Japonais bombardent Shanghai, dans la concession française. Deux clowns (l’oncle et le neveu) décident de quitter leur employeur...

le 28 févr. 2021

Du même critique

Gone Girl
Docteur_Jivago
8

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

le 10 oct. 2014

170 j'aime

32

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

le 25 oct. 2014

156 j'aime

43

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

le 19 févr. 2015

151 j'aime

34